Marianne de Jacques France
Daniel Keller et la Marianne de Jacques France qui orne la salle de réunion du Conseil de l'Ordre du GODF. Photo Ronan Loaec, Grand Orient de France

Le discours d’installation Daniel Keller : l’école, une véritable cause obédientielle

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 31 août 2015
  • 3
    Mateo2015
    3 septembre 2015 à 18:13 / Répondre

    Les 19è et 20ème siècles ont vu fleurir une folle espérance : l’éducation serait le remède miracle qui permettrait de donner une plus grande humanité dans le vécu des sociétés et la mis en oeuvre de la dignité de la personne humaine.

    Avec le 21è siècle, cet espoir se révèle être un leurre : dans les sociétés hyper développées du monde dit civilisé, le développement de l’éducation et de l’instruction publique n’empêche pas les inégalités, les atteintes à la dignité de la personne humaine ne cessent pas, le racisme, la xénophobie et l’antisémitisme font des émules et en plus les jeunes hyper diplômés connaissent le chômage ce qui aurait été impensable le siècle dernier !

    Convaincus que l’apprentissage est la base de la connaissance nous oublions parfois que cela est vrai pour toutes les connaissances ; apprendre les sciences, l’histoire et la géographie, c’est important, mais l’apprentissage du vivre ensemble n’est-il pas négligé ?

    Dans nos sociétés occidentales, où les parents gèrent comme ils peuvent de multiples contraintes, le vivre ensemble est souvent oublié au profit d’appétits égoïstes, individuels et communautaires !

    Espérons que le monde enseignant, oubliant pour une fois des revendications catégorielles très primaires, saura trouver des réponses élaborées pour permettre à notre jeunesse de trouver dans le vivre ensemble autre chose que la peur et la haine !

  • 2
    Roland Mars
    31 août 2015 à 16:34 / Répondre

    Que la Laïcité et l’Ecole soient deux causes obédientielles majeures, tous les FF et SS du GODF en sont, certainement, très conscients.
    Tellement conscients qu’on peut penser qu’ils estiment que la Laïcité mérite mieux qu’un « débat » baclé en assemblée générale et que l’école mérite une réflexion de fond et de longue haleine pour qu’elle redevienne le creuset où se forme l’est citoyen.
    Pourquoi ne croit-on plus à ce puissant mouvement d’émancipation ? Peut-on avancer l’idée que c’est, entre autres, parce que depuis plus de vingt ans les francs-maçons courent après l’actualité au lieu de réfléchir à l’évolution de notre société à moyen et long terme. Oui, il faut remettre l’utopie au cœur de la démarche maçonnique. Pas le dire, le faire !

  • 1
    357
    31 août 2015 à 13:47 / Répondre

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous