Le droit de critiquer les religions doit être défendu

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
vendredi 31 janvier 2020
  • 1
    David
    31 janvier 2020 à 12:28 / Répondre

    Une telle déclaration (tendanciellement cléricale selon toute apparence), prouve que le personnel politique ignore jusqu’aux fondements de la République française. Historiquement, la République n’est pas neutre en matière confessionnelle ou religieuse ; dès l’origine, c’est à dire depuis la 1ère République, elle a tenu à se distinguer fortement de la « superstition ». Du calendrier français présenté par Fabre d’Églantine aux déclarations de l’Incorruptible, la religion a été tenue en respect, car assimilée à l’oppression cléricale. Si aujourd’hui le catholicisme semble être rentré dans le rang, il n’en va pas de même pour l’Islam : certains de ses coreligionnaires ont encore beaucoup de mal à accepter ou à comprendre la sécularisation de notre société. Malgré les horreurs commises contre la liberté au moment de l’attentat de Charlie Hebdo, la pilule laïque passe très mal pour ces personnes. Et ce n’est pas de tels propos, pointés à juste titre pour le Comité Laïcité République, qui pourront contribuer à asseoir de manière définitive les principes républicains en matière de liberté d’expression.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous