Gardere_LeMonde240216
La page du Monde du 24 février consacrée à l'affaire.

« Le Monde », le préfet Gardère et la franc-maçonnerie

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 25 février 2016
  • 19
    lazare-lag
    28 février 2016 à 15:45 / Répondre

    A n’en pas douter, le frère Reco a du style.
    Un style tout en fraternité, chacun et chacune ici peut s’en rendre compte: « salir les gens », « vérifier tes âneries », « sors l’oursin de tes poches », « payer un salaire au toquard qui a rédigé sa bouse » ( je l’aime beaucoup celle-ci).
    Un style apaisé, détendu, tout en retenue, fait de, comment dit-on déjà (dans mon obédience en tout cas)? « de tolérance mutuelle, de respect de l’autre et de soi-même ».
    A n’en pas douter, on y sent une pratique ancienne et magnifiée du respect de la prise de parole et de sa circulation.
    C’est bien, c’est ainsi que se créé un environnement solide de sympathie. J’aime ces pierres bien travaillées apportées à l’édifice.
    « Vérifier tes âneries ». L’âne a vérifié, recoupé les informations, cherché à être objectif.
    Ne livrer que les faits, qui sont ceux-ci:

    – 23/09/2015: ouverture d’une information judiciaire,
    – 19/01/2016: garde à vue du principal intéressé, préfet en exercice, précédemment commissaire de police, pour 48 heures.
    Quatre proches, dont le directeur de cabinet du préfet mis en cause, également entendus par l’Inspection Générale de la Police Nationale. Le dit directeur de cabinet étant commandant de police,
    – 19/01/2016: concomitamment à la garde à vue, suspension des fonctions exercées à la tête du C.N.A.P.S. (Conseil National des Activités Privées de Sécurité),
    – 21/01/2016: mise en examen pour les faits de:
    – corruption passive par un agent public,
    – recel d’abus de biens sociaux,
    – prise illégale d’intérêts,
    – détournement de fonds publics.
    assorti de:
    – placement sous contrôle judiciaire,
    – interdiction de tout emploi public jusqu’à nouvel ordre,
    – versement d’une caution de 150.000 €.
    Et, sur le plan maçonnique, suspension à titre conservatoire de son obédience (G.L.N.F.) depuis fin janvier. Ce avant saisine de la Commission de discipline provinciale compétente.

    Pas de commentaires, ceux-ci n’ayant pas l’heur de plaire. Les faits, uniquement les faits.

    Par contre, il est un point où je dois battre ma coulpe: le prix du journal « Le Monde ». Le prix de 2 €!
    L’âne que je suis est de la vieille école. Un journal pour moi, c’est du papier, je l’achète donc en kiosque, parfois devant un commissariat de police, c’est ainsi, et mes références sont donc celles du prix au numéro.
    N’ayant pas pour cela le réflexe informatique, l’âne veut bien ici reconnaître cette maladresse d’appréciation.

    Dans ses aimables, chaleureux et conviviaux propos, Reco a cru bon de faire allusion, sans le nommer toutefois, au Préfet Erignac.
    Sauf erreur de ma part, et je ne doute pas que l’on saura me corriger si nécessaire, le Préfet Erignac n’a vécu ni garde à vue, ni mise en examen, a fortiori avec des qualifications du type de celles évoquées à l’encontre du responsable du CNAPS, ni suspension de son emploi préfectoral, ou versement de caution.
    Le Préfet Erignac était un grand Préfet, qui fait honneur à la préfectorale.

    Pour conclure, et comme m’y invite si élégamment et si délicatement Reco, je ne commenterai pas davantage.
    Un compliment à lui faire cependant, avant de le quitter, suivi d’un dernier mot.
    J’ai beaucoup apprécié le « Lazare, lève toi [de tes certitudes] et marche ». Elle est très bonne, on ne me l’avait jamais faite!
    Quant au « Si tu te prétends maçon, conduis toi comme tel », je ne peux pas répondre là-dessus. Tu sais très bien que je ne peux me prétendre Franc-Maçon, qu’il appartient à d’autres que moi de reconnaître si je le suis ou peut l’être.
    Me rapprochant de la vingtaine d’années de fréquentation maçonnique, tu me parais bien être le premier à m’en contester la qualité.
    Mon Très Cher Frère Reco, pressentant chez toi de réelles aptitudes humanistes, je te souhaite le meilleur cheminement maçonnique au sein de ta propre obédience, qui me semble-t-il, ne doit pas être la mienne.

  • 17
    Reco-et-c-est-Frere
    27 février 2016 à 13:02 / Répondre

    Lazare,

    Lève toi de tes certitudes et marche !

    Quel genre de maçon es tu pour asséner tes vérités sans rien vérifier, salir les gens et même me mettre en doute :

    « J’ai des doutes sur la véracité de cet achat, cela faisant très longtemps que « Le Monde » ne s’achète plus à 2 €. »

    Prends la peine de vérifier tes âneries avant de te prendre pour un sage. Et tant qu’à faire, avant de croire pouvoir salir Gardère et porter tes jugements à l’emporte pièce, prends la peine de lire l’article du monde.

    Sors l’oursin de ta poche et paie toi l’article pour 2€ en cliquant ici sur l’article du Monde lui même :

    http://www.lemonde.fr/inscription/enregistrement.html

    Je n’ai que 2 regrets : avoir contribué au chiffre d’affaire du Monde ce qui permet de payer un salaire au toquard qui a rédigé sa bouse, et avoir cru 1 seconde que tu parlais en connaissance de cause sans que la radinerie soit telle que tu te permette de faire des phrases sur l’idée que tu te fais des choses.

    Si tu te prétends maçon conduis toi comme tel.

  • 11
    lazare-lag
    27 février 2016 à 10:05 / Répondre

    Attention mes Frères, ou même visiteurs profanes, dans vos commentaires.
    Le Monde « s’enfonce dans la démagogie », « un journal qui pue », »dirigé par un commissaire politique », « on frise la médiocrité, voire la servilité ».
    Ici nous parlons de quoi?
    D’un article qui couvre un évènement, une information, quasiment un fait-divers. Il se trouve que la matière, voire le ou les acteurs, préfet inclus, sont plus glauques qu’autre chose.
    Qu’avec un tel terreau de départ, la facilité journalistique a consisté – notamment – à égratigner au passage la Franc-Maçonnerie en général à travers ce particulier qui en ternit l’image, ça oui, ça peut ne pas plaire, tant la perche était facile à saisir pour un journaliste et, au dessus de lui un rédacteur en chef, paresseux.
    Car souvent journaliste est paresseux et souvent journaliste cède à quelque facilité de traitement.
    C’est l’article qui mérite la critique.
    Pas, à travers lui, et par un syllogisme facile le journal dans son ensemble.
    Cela dit, oui la presse écrite (pour ne parler que d’elle ici) n’est plus exactement la même qu’autrefois.
    Et, de ce point de vue là, je veux bien éventuellement me mêler au choeur de ceux qui disent que « c’était mieux avant ».
    Mais de mon point de vue, qui est toujours le reflet d’un vécu, qui peut donc être davantage une subjectivité émotionnelle qu’un réel recul rationnel, n’est-ce pas plutôt la presse hebdomadaire qui n’est plus que l’ombre d’elle même?
    L’Obs semble avoir bien fait d’abandonner son qualitatif de Nouvel, tant il est devenu conventionnel, il m’arrive de penser que même Jean Daniel doit s’y trouver un peu seul; l’Express de l’excellence datant du temps de Françoise Giroud, semble être passé au temps de la girouette.
    Du temps d’Olivier Chevrillon, la fierté du Point était une volonté de faire le point sur l’actualité.
    Un peu trop souvent désormais, à défaut de le faire, il semble se contenter de le mettre. Et j’aurai la courtoisie d’éviter d’évoquer Paris-Match, tant il est devenu gazette à faire perdre des clients aux coiffeurs chez lesquels on le trouve.
    Revenons-en au Monde.
    Je l’ai découvert au Lycée, en classe terminale, c’était du temps de la Giscardie, on parle d’une époque qui rappelle quasiment l’Aurignacien.
    Depuis, nous avons appris à nous connaître, et si nous ne nous croisons pas quotidiennement, tant il y a à lire, même aujourd’hui, nous nous voyons plusieurs fois par semaine. Longtemps, l’achetant le mardi, on pensait que je le faisais pour ses pages économiques. Pas du tout, mais c’était l’époque où Jean Lacouture venait vous raconter le mardi une saga, une aventure, une épopée là où le samedi précédent vous pensiez avoir vu un match du Tournoi des Cinq (à l’époque 5) Nations.
    Depuis, pour gommer et rajeunir le vieux monsieur vieillissant (je parle du journal, plus du regretté Jean Lacouture), le journal a connu maints soubresauts. Le passage à la photo fût l’un d’eux, dans tous les sens du terme, l’un des plus voyants.
    Où en sommes nous maintenant? Est-ce le quotidien qui a le plus décliné, autant sur le plan formel que sur le fond? Je n’en suis pas certain. Je suis par exemple beaucoup plus déçu par la récente évolution de Libération. La surface photographique y a pris tellement le pas sur le rédactionnel que désormais il s’apparente à, en à peine un peu mieux, un quotidien gratuit, lui ne l’étant pas.
    Aucun de nous ne retrouvera sa jeunesse, un journal pas davantage. Sans oublier qu’avec Internet, une véritable révolution d’approche de la lecture (autant pour les livres que pour les journaux) est en marche.
    Umberto Eco, que tout le monde cite et se souvient depuis son récent décès, est de ceux qui perçoivent dans Internet non pas une opposition frontale avec la lecture « papier », mais une complémentarité, éventuellement des interférences utiles, une évolution où chacun se fait écho, s’alimente, s’enrichit plus qu’un décès annoncé de la lecture traditionnelle.
    L’évolution du Monde me semble être surtout de cet ordre.
    Une gloire journalistique passée ne se retrouvera pas. Edwy Plenel qui bien qu’ayant des cotés irritants, j’en conviens, n’est pas responsable à lui seul et de tout concernant les virages du Monde depuis en gros vingt ans, encore moins de tout concernant l’évolution de la presse écrite sur la même période.
    On peut certes préférer bouder la presse française et se tourner soit vers le New York Times,( ça fait peut-être plus chic à citer dans les salons), soit le Réveil du Gâtinais (quoiqu’en étant établi ou originaire du 64, on pourrait préférer La République des Pyrénées, géographiquement plus proche), mais je crois qu’ici, sur ces colonnes (avec un double sens dans ce terme, pour qui saura le relever), certains m’ont paru bien sévères avec un journal, « Le Monde » qui, dans la morosité ambiante de la presse quotidienne, n a peut-être plus tout à fait le même lustre qu’avant mais, je veux le croire, garde encore la tête encore haute.
    Comme dans un couple, nous avons évolué, un peu vieilli, pas toujours ensemble, l’enthousiasme peut n’être plus tout à fait le même qu’au moment de la découverte, où on pardonne tout, et maintenant moins.
    Mais, désolé, même après avoir remarqué ses imperfections, je lui garde mes fidélités.

    • 13
      Reco-et-c-est-Frere
      27 février 2016 à 11:26 / Répondre

      Non !

      Tu n’as pas le droit de dire « c’est un particulier qui ternit l’image de la maçonnerie ».

      C’est très gentil de jouer les journaleux offusqués par la « peccadille » de l’un d’eux.

      Pour le moment il n’y a qu’un seul fait : le Monde flétrit un homme, Préfet, et accessoirement la maçonnerie au plus total mépris de la présomption d’innocence. Seule la presse est à cet instant condamnable !!!

      Les Préfets de la République ne sont pas justes bons à se faire assassiner en Corse, parce que des élus n’assument pas leurs fautes lourdes…

      Ce F a prêté les mêmes serments que nous. Rien ne permet à cet instant de le condamner ! Et ce n’est pas non plus le rôle des journalistes de le faire. A cet heure ci il est réputé être présumé innocent !!!!

      Etre maçon, ne peut pas être de condamner un F avant l’heure pour sauver une image ou défendre une corporation.

      Tant que cet homme n’aura pas été condamné (s’il l’est un jour) je ne lui tournerai pas le dos !

      • 16
        HRMS
        27 février 2016 à 12:42 / Répondre

        Ne pas respecter la présomption d’innocence et ainsi donner en pâture « aux chiens », manipuler opinions, juges, jury, politiciens, participent gravement à l’affaissement de la Justice et des principes républicains qui y président ou devrrait y présider; une loi de salubrité devient donc urgente notamment contre les « pouvoirs », non élus, devenus exorbitant, allant par exemple, de facto jusqu’à l’induction de coup d’état occulte : Que le juge d’instruction, qui est le seul « patron » de son instruction soit pénalement et civilement responsable de toute fuite, je dis bien de toute fuite de son dossier avec la capacité de mettre en justice tout citoyen qui s’autorise à faire fuiter et divulguer et publier ces fuites; cette responsabilité étant détachable du service son statut ne le protégerait pas pour cette infraction;
        La sanction du juge d’instruction étant le renvoi de la magistrature, il serait bien le garant responsable « du secret de Son Instruction » avec aurait la capacité indépendante du procureur de poursuite contre toute personne faisant fuiter ou , exploitant une fuite et/ou en publiant des éléments du dossier d’instruction;
        la dérive de la justice comme la presse et des médias ont en droit une capacité et un droit de diffamation et de calomnie, en font la bras séculier d’un système inquisitoriale qui apparente notre société à une dictature de l’opinion.

      • 18
        lazare-lag
        27 février 2016 à 13:58 / Répondre

        Très Cher Frère Reco,
        (et non pas Rocco, mais j’ai bien compris l’astuce cinématographique du pseudo),
        Je vais te supposer franc-maçon puisque, d’une part,tu me tutoies et que d’autre part,le mot frère est bien en évidence dans ton pseudo.
        Pourtant le ton que tu emploies, lui n’est pas vraiment fraternel.Loin de là.
        « Non, tu n’as pas le droit ». Bon, c’est ton style. Pas de souplesse, pas de nuance, je vais m’adapter, des rigides j’en ai vu d’autres…. Mais je ne savais pas, surtout entre Frères, qu’on pouvait se laisser aller à ces outrances. A l’occasion, ce n’est pas ici le sujet, ta définition maçonnique de la Fraternité mériterait d’être donnée.
        1/ je ne suis pas « journaleux offusqué » et où vois-tu que je parle de « peccadille »? Au contraire, je réagis en lecteur de journal et, si tu prends le temps de me (re?)lire j’ironise sur la paresse journalistique qui consiste à salir rapidement La Franc-Maçonnerie quand ça l’arrange, et quand elle n’a pas envie d’aller plus loin.
        2/ Je suis tout à fait d’accord avec toi lorsque tu t’offusques (tu t’offusques souvent d’ailleurs)sur le fait que les Préfets de la République ne sont pas là pour se faire assassiner en Corse, tu aurais pu dire ou ailleurs. Tu aurais même pu ajouter, car le fait est incontestable, que depuis les Préfets décédés durant la 2ème Guerre (Jean Moulin n’est pas seul, je peux te citer un Sous-Préfet de la République, fils de Préfet, Franc-Maçon, élevé Compagnon de la Libération à titre posthume pour avoir été assassiné par la Gestapo), depuis la guerre donc, le Préfet Erignac est le premier et le seul préfet tué sur le sol français. Et le seul tué par des détenteurs de la carte nationale d’identité française. Les tueurs d’Erignac ne sont pas allemands, eux.
        3/ Tout à fait d’accord pour la présomption d’innocence. Sur ce point tu as raison. Tu ne contesteras pas toutefois que la mise en examen n’est pas virtuelle? Et qu’en conséquence le trouble peut légitimement, j’écris bien « légitimement », peut exister? Qu’il touche un Préfet, ancien haut responsable policier, et pas un réparateur de bicyclettes, qu’y puis-je? Tu peux critiquer la façon dont sont relatés les faits, pas les faits eux-mêmes.
        4/ J’observe enfin que tu ne réagis qu’à mon message 11, pas au message 12 par lequel je doute que tu ais acheté le Monde contenant l’article incriminé, et où j’explique pourquoi.
        Et toute ma fraternelle indulgence pour le ton courroucé qui est le tien. Ca arrive parfois, je suis sûr qu’à part ça, tu dois être un Frère qui a bon fond.

    • 14
      Yasfaloth
      27 février 2016 à 11:58 / Répondre

      Mon TCF Lazare, je suis d’accord (comme souvent) avec beaucoup des choses que tu écris là.
      .
      Et effectivement il vaut mieux ne même plus parler de « Libé », de toute façon en état de mort clinique, dont le volume de tirage commence à se rapprocher de celui de « L’humanité » et dont, à part quelques nostalgiques on se demande qui peut bien encore le lire (même leur site est devenu quasi infréquentable)…
      .
      Pour ce qui concerne mon allusion au New York Times, qui était aussi un journal en difficulté, je voulais juste souligner qu’y a été fait un pari qui me semble différent de celui du Monde qui est celui de la qualité éditoriale, et que cela semble lui réussir.
      .
      En tout cas, en tant que citoyen du monde j’y trouve des analyses (même si naturellement orientées, je ne suis pas dupe), d’une précision et d’une profondeur que je ne trouve nulle part ailleurs… y compris et surtout sur ce qui se passe actuellement dans les primaires US, qui est à mon sens d’une extrême gravité et nous concerne tous.
      .
      Pour ce qui est de Umberto ECO, je me demande s’il aurait ré-affirmé cela aujourd’hui, mais paix à son âme…

    • 15
      astronome64
      27 février 2016 à 12:06 / Répondre

      Sois rassuré, je lis les pages locales de la Pravda (Sud ouest) surtout celles relatives à Bayonne….La République des Pyrénées c’est dans le Béarn…. pouah !!! Sinon je lis les pages culture de Télé Z…..et vu mon niveau, ça suffit bien.

  • 10
    Reco-et-c-est-Frere
    27 février 2016 à 09:21 / Répondre

    Odieux, pitoyable, lamentable. Je viens de payer 2€ pur lire le torchon du monde. 1 pleine page pour du « ici Paris » de bas de gamme.
    Comment peut on salir un homme à ce point en « le livrant aux chiens » sur la base d’autant de riens !?
    De maçonnerie il n’est pas question, hormis qu’un type aurait voulu être introduit dans une loge ce que n’est pas arrivé. Un Préfet a obéi à une demande de l’Elysée (de l’actuel Président). Ce Préfet chargé des aéroports est diligent avec les VIP français qui ont des jets au Bourget !? Mais on se fout de qui ? Qu’arriverait il à un préfet qui enverrai chi… Martin Bouygues au Bourget ? Ces VIP arrivent déjà en escortes ordonnées par l’Etat.
    Il a refusé de créer un emploi fictif, il a refusé de délivrer un permis bidon à un élu de Marseilles. Mais que lui reproche t’on !?
    Il serait corrompu pour avoir bénéficié d’un bon prix sur une alarme et aurait reçu 2 caisses de vins !? Mais c’est une farce !?

    Pourquoi n’y aurait il pas une pleine page pour se demander si il n’y aurait pas un acharnement de l’IGPN face à ce Préfet à l’origine de l’affaire de la BAC Nord de Marseilles ? Et quand il est cité une acrimonie des « chefs de services de la PAF à son égard », ne pourrait on pas se demander si ces derniers pourraient être motivés par un peu de revanchardise envers leur ancien chef qui n’aurait justement pas été assez coulant envers eux ?

    Quiconque a été proche de Sarko semble dans notre pays se retrouver devant la justice. Et si ce n’était pas un « clan mafieux », ne faudrait il pas s’interroger sur ces lynchages médiatiques et sur cette nouvelle façon de « faire de la politique » ? Je n’ose y croire….

    • 12
      lazare-lag
      27 février 2016 à 10:24 / Répondre

      J’ai des doutes sur la véracité de cet achat, cela faisant très longtemps que « Le Monde » ne s’achète plus à 2 €.
      Etant actuellement à 2,40 après avoir été 2,20 au moins deux ans.
      Quant à la bonne ville où Marius, César et les autres vécurent, il s’agit de Marseille, pas de Marseilles. Cette orthographe n’est pas la française, mais l’anglaise, pour la même ville.
      Sinon, même s’il ne se réfère pas à l’article lui-même, le journal n’ayant pas pu être acheté au prix indiqué, merci quand même pour ce commentaire tout en nuance, tout en finesse. Et à l’humour insoupçonné.

  • 9
    speculum
    26 février 2016 à 13:49 / Répondre

    Alain Gardè à ėlé dévoilé par le Grand Maître de son obedience. Bravo la GLNF, vous aviez la réputation d’être discret et au dessus du lot, c’est surfait, la com. vous à happés.

  • 7
    yasfaloth
    25 février 2016 à 17:54 / Répondre

    Bonsoir,
    .
    Oui, c’est triste ce qu’il se passe au « Monde » depuis quelques années, on dirait que d’une manière générale, en France, pour palier à sa crise la presse qui était dite « de qualité » s’enfonce dans la légèreté, la démagogie et le sensationnalisme de pacotille… ailleurs on cherche plutôt à en sortir par le haut : je viens de m’abonner au New York Times (numérique) tellement la qualité, l’universalité et la profondeur des articles qu’on peut y lire ne se trouve plus chez nous… sauf rares exceptions !

    • 8
      GépluAdministrateur
      25 février 2016 à 20:54 / Répondre

      A Yasfaloth, Astronome 64 et HRMS.
      .
      Hélas oui.
      Le Monde a été un grand journal, « le » journal de référence de nombreuses années durant, sur la lancée et l’exigence de son fondateur Beuve-Méry. Depuis son départ (en 1970 !), petit à petit le niveau a baissé et l’on est aujourd’hui bien bas… On frise même parfois la médiocrité et la servilité. Désolant.
      .
      Comme hélas la majorité de la presse française (et européenne), incapable aujourd’hui de vivre des ventes qui lui assuraient autrefois son indépendance, et ayant donc du se vendre…
      _____________________
      N.B. : C’est pour cela que pour qu’Hiram.be reste indépendant, il faut que vous vous y abonniez (30 € pour l’année). C’est ces petits dons qui, loin de payer le caviar, me permettent de couvrir les charges tout de même réelles du site.

  • 6
    astronome64
    25 février 2016 à 12:50 / Répondre

    Le Monde ??? voyons voir… le monde, le quotidien de référence de mon temps ? ou celui qui fut dirigé par le commissaire politique Plenel ? Cela dit si les infos de ce journal sont toutes aussi sérieusement traitées je préfere lire le Réveil du Gatinais ou Paris Boum Boum…

  • 4
    HRMS
    25 février 2016 à 11:15 / Répondre

    A travers de nombreux articles récents, le Monde en considération de ses qualités d’origine, est devenu un journal qui pue, et qui sans avoir l’air d’y toucher, utilise de moins en moins de désodorisant.

  • 2
    chicon
    25 février 2016 à 08:33 / Répondre

    Vraiment rien de probant entre ce préfet et la franc-maçonnerie qui reste un marronnier (= sujet bateau utilisé par un rédacteur en mal d’inspiration )

  • 1
    templum
    25 février 2016 à 08:10 / Répondre

    TCF
    juste une remarque:
    Habituel à la GLNF?
    idem chez les Auvergnats, les Corses..et que dire des anciens de l’ENA ou de polytechnique…
    et je ne parle pas des fraternelles de toutes obédiences.
    Au fond, si ce genre de « combines » est le seul reproche fait à la GLNF ça me va.

    • 3
      GépluAdministrateur
      25 février 2016 à 10:25 / Répondre

      Templum,
      Peut-être n’as-tu pas compris que mon « évidemment » était sarcastique.

      • 5
        templum
        25 février 2016 à 11:35 / Répondre

        no problemo..une réaction épidermique…

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous