Le Nègre des Lumières

Publié par Jiri Pragman
Dans Divers

Saint-George, rappel

Fils d’une esclave d’origine sénégalaise et d’un planteur noble, Saint-George est né en Guadeloupe en 1739. Il a un peu moins de 10 ans lorsque son père, Guillaume-Pierre Tavernier de Boullongne, rentre en France avec ce jeune mulâtre et sa mère et décide d’accorder à son fils l’éducation qui était réservée traditionnellement aux enfants de la haute aristocratie.

Saint-George s’impose très vite comme l’escrimeur le plus fameux de Paris puis devient « champion » – à l’époque on employait le terme « dieu » – de France d’escrime. Mais il est surtout, un violoniste prodigieux et un chef d’orchestre admiré qui hisse sa formation au rang de meilleur orchestre européen. Mozart le jalouse mais s’inspire de ses oeuvres.

Il devient vite le professeur de musique et l’un des compositeurs favoris de la reine Marie-Antoinette qui assiste à nombre de ses concerts et c’est lui qui commande à Haydn ses 6 symphonies parisiennes dont il dirige la création au palais des Tuileries en présence de la souveraine. Celle-ci décide de le nommer directeur de l’Académie royale de musique et de Opéra royal, un poste qui avait été créé pour Lulli et donnait autorité à son titulaire sur tous les concerts organisés en France. Cette décision de Marie-Antoinette déclenche alors une violente polémique d’ordre raciste, de nombreuses personnalités rejetant l’idée qu’un homme à la peau noire puisse diriger le plus prestigieux opéra du monde et avoir un droit de regard sur les créations. La Reine doit finalement renoncer.

Cet échec inspire à Saint-George une prise de conscience : il s’engage dès lors dans le mouvement des Lumières, fréquente les salons philosophiques et la société des Amis des Noirs au coté de Condorcet, et devient l’intime d’un homme de progrès, le Duc d’Orléans qui en fait le 1er franc-maçon à la peau noire. Saint-George accompagne souvent celui qui restera célèbre sous le surnom de Philippe Egalité à Londres. Il y devient l’ami intime du Prince de Galles. A Londres, Saint-George va structurer cette intelligentsia française vivant sur les bords de la Tamise afin qu’elle soutienne la Révolution.

Au début de 1790, il rentre en France, s’engage dans la Garde nationale, puis va créer un régiment de noirs et métis tous engagés pour défendre la Patrie en danger. Il est le 1er colonel de l’armée française à la peau noire. Le 13e régiment de hussards sera rapidement surnommé la « Légion de Saint-George » par la Convention. Son lieutenant n’est autre que le futur général Dumas (d’origine haïtienne), père du romancier. Saint-George sauvera la République en arrêtant, dans Lille, l’armée que Dumouriez fait marcher sur Paris afin de rétablir la monarchie après l’exécution de Louis XVI.

Emprisonné sous la Terreur en tant que proche du duc d’Orléans, il reste 11 mois dans le couloir de la mort. Puis, après s’être déplacé en Haïti pour aider Toussaint-Louverture, il reprend ses activités musicales, redevenant le chef d’orchestre adulé qu’il avait été avant la Révolution. Il est fauché par la maladie en pleine gloire en juin 1799. Une 2e mort frappera son oeuvre 3 ans après : après le rétablissement de l’esclavage en 1802, ses pièces cesseront d’être jouées.

Le Nègre des Lumières, pourquoi ?

Le Nègre des Lumières a été écrit par Alain Guédé afin de produire sur scène les airs lyriques de Saint-George et d’éclairer une personnalité dont la vie semble construite comme un opéra. La plupart des opéras composés par Saint-George ayant disparu, ce travail a consisté à ordonnancer les airs isolés de ses oeuvres qui ont été retrouvés par l’auteur. Guédé a ensuite écrit des paroles nouvelles selon la pratique du « pasticcio » très en vogue au XVIIIe siècle et la technique du timbre.

Ce livret a été rédigé en respectant la « musique des mots », c’est à dire en conservant la stylistique et la prosodie des textes sur lesquels Saint-George avait composé sa musique. Les incipits sont, ainsi, en majorité identiques à ceux des airs originaux. Quelques extraits entiers ont parfois été conservés.
Une 1re interprétation a été donnée à l’opéra d’Avignon-Vaucluse en octobre 2005 sous la direction de Raymond Duffaut qui a confié la mise en scène à son épouse Nadine Duffaut.

Producteur de cette nouvelle création, Le Concert de Monsieur de Saint-George vise une audience large et populaire. L’objet, en effet, est double : d’une part faire connaître au plus grand nombre cette musique si expressive qui est très représentative de l’école française de la seconde moitié du XVIIIe siècle ; d’autre part présenter Saint-George comme un personnage emblématique pour notre société.

L’opéra

Si le livret est du journaliste et auteur Alain Guédé, la direction musicale est assurée par Bertrand Cervera (par ailleurs soliste de l’Orchestre national de France). La mise en scène est assurée par Diana Iliescu tandis que Petrika Ionesco fait office de conseiller artistique.

La distribution comprend notamment les ténors Mowgli Laps (Saint-George) et Loup-Denis Elion (Zamor), les sopranos Marlène Assayag (Louise), Sophie Fournier (la Reine) et Corinne Sertillanges (Sophie Arnoult), le baryton Marc Labonnette (le Duc d’Orléans).

Le livret intégral de l’opéra peut être téléchargé sur le site www.chevaliersaintgeorge.fr

Les représentations

Le Nègre des Lumières :

  • 27 novembre 2008. Théâtre de l’Atrium de Chaville (création)
    3, parvis Robert Schumann – 92370 Chaville
    Tél. +33 (0)1 47 09 70 74 ou 70
  • 6 décembre 2008. Maison de la Musique de Nanterre
    8, rue des Anciennes Mairies – 92000 Nanterre
    Tél. +33 (0)1 41 37 94 20 – fax +33 (0)1 41 37 06 45
  • 10 janvier 2009. Maison des Arts et de la Culture de Créteil
    Place Salvador Allende – 94000 Créteil
    Tél. +33 (0)1 45 13 19 19 – fax +33 (0)1 43 99 48 08

    La production

    Le Concert de Monsieur de Saint-George
    22, rue des Archives
    75004 Paris
    Tel/fax : +33 (0)1 42 78 36 40
    E-mail : saint-george@laposte.net
    Site web : wwwchevaliersaintgeorge.fr

    (merci à Yonnel G. pour l’info)

    CD, livres, site web à propos de Saint-George

    Site web

  • Monsieur de Saint-George. Le Nègre des Lumières d’Alain Guédé (Actes Sud, 2001) chez Amazon
  • Le Chevalier de Saint-George de Claude Ribbe (Perrin, 2003) chez Amazon

    CD

  • Joseph Boulogne, Chevalier de Saint-Georges : Violin Concertos par le Cologne Chamber Orchestra dirigé par Helmut Müller-Brühl (Naxos, 2006) chez Amazon
  • Joseph Boulogne, Chevalier de Saint-Georges : Violin Concertos par le Toronto Camerata dirigé par Kevin Mallon (Naxos, 2006) chez Amazon
vendredi 7 novembre 2008
  • 1
    fifi
    8 novembre 2008 à 20:27 / Répondre

    Mon Cher Jiri,

    Merci pour cet article très bien documenté.
    2 points cependant.

    – l’esclavage n’est pas rétabli en 1802 mais maintenu dans les colonies restituées à la France par le Traité d’Amiens. La nuance est d’importance…

    – quant à l’action de Saint George à Lille, il sauvera peut être la République mais pas en combattant l’armée de Dumourier… Il a simplement averti le Commandant de Lille de l’arrivée de Miaczinski avec une escorte. Ce dernier fut arrêté puis jugé et exécuté à Paris (22 mai 1793). Aucune action militaire…
    Dumourier tournera les talons, abandonnant ses projets.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif