blog Stifani mars 2015

Le regard de François Stifani sur les droits de l’homme

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 22 avril 2015
  • 4
    guillaume
    26 avril 2015 à 11:46 / Répondre

    L’ex-GM de la GLNF, François Stefani, parle des droits de l’homme, mais laisse de côté que ce sont « les religions » qui menacent constamment nos libertés, si difficilement acquises, après des siècles de combat contre l’obscurantisme religieux Les religions se sont toujours opposées aux droits de l’homme, et elles ne désarment pas. Elles répandent la terreur chaque jour au nom d’Allah, de l’une ou l’autre secte ou de l’un ou l’autre dieu, les uns plus féroces que les autres.

    Les religions monothéistes en Europe s’acharnent pour mettre fin à « la laïcité « qui garantit la liberté, l’égalité et la sécurité des citoyens, comme l’affirmait Jacques Chirac. La laïcité c’est aussi la démocratie, l’égalité entre hommes et femmes, « les droits de l’homme ».

    L’OCI « Organisation de la coopération islamique » regroupant » 57 pays musulmans », essaie régulièrement de faire reconnaître par la Commission des droits de l’homme de l’ONU la notion de « diffamation des religions » afin d’inscrire dans le droit international la criminalisation du blasphème. L’OCI veut supprimer la liberté d’expression et d’opinion, dans le monde entier avec l’aide des deux autres grandes sectes. « Les pays musulmans » rejettent la « Déclaration universelle des droits de l’homme ».

    Le 5 août 1990 les pays musulmans ont signé, au Caire, leurs propres droits de l’Homme, subordonnant notre Déclaration Universelle des Droits de l’Homme aux leurs. Cette  » Déclaration  » a été adoptée par « tous » les Pays islamiques le 5 août 1990, au Caire (Egypte), lors de la 19e Conférence islamique des ministres des Affaires étrangères. Cette déclaration des Droits de l’Homme adoptée par les pays musulmans est une farce, une véritable tromperie, un déni de démocratie et des droits de l’homme. Dans le texte il est constamment dit que rien ne peut être contraire à la charia. Ex. Tout homme a le droit d’exprimer librement son opinion pourvu qu’elle ne soit pas en contradiction avec les principes de la Charria. (Avec 2 r dans le texte). (art.22). L’article 24 est clair, c’est la charia, rien que la charia: « Tous les droits et libertés » énoncés dans la présente Déclaration sont soumis aux dispositions de la Charria ». « Le Conseil Européen pour la Fatwa », présidé par le Sheikh fondamentaliste Yûsuf al-Qarajâwî, a pour mission d’introduire la charia barbare dans toute l’Europe, (à la place des lois votées par le parlement, parce que seul Allah peut légiférer), malgré que la charia soit jugée contraire à la démocratie, contraire au droit national des pays européens et au droit européen. Ce Conseil est installé à Dublin, alors qu’il devrait être dissous, en vertu de l’art. 17 de la CEDH, parce qu’il se livre à une activité « visant la destruction des droits ou libertés » reconnus par ladite Convention. Il y déjà env. 100 tribunaux de la charia en Angleterre bafouant la C.E.D.H.

    Jusqu’à présent je n’ai vu aucune obédience maçonnique, réclamer l’interdiction de ce Conseil, qui veut remplacer la démocratie (les droits de l’homme) par la charia barbare. Les musulmans veulent instaurer la législation islamique (charia), ici en Europe, alors qu’ils ont fui leur pays d’origine, où ils bénéficiaient de la loi d’Allah.

    Le gouvernement chrétien irlandais laisse faire et a élargi la notion de délit de blasphème dans ce pays à toutes les religions (sectes) depuis 1.1.2010. L’atteinte « au sacré » est punie de 25.000€. La vente de Charlie Hebdo en Irlande tomberait sous le coup de la loi irlandaise anti- blasphème.

    La FM régulière, reconnue ne fait rien pour défendre la laïcité, parce qu’elle devrait dénoncer les manœuvres antidémocratiques des religions monothéistes ,contre les droits de l’homme, mais la GLUA affirme « We support religion, it expects that every member place his duty to God (by whatever name He is known), ABOVE ALL OTHER DUTIES ». La FM dogmatique rejette ainsi l’humanisme dans lequel l’homme est central et non pas une chimère, appelée Dieu. Le GODF défend la laïcité, mais insuffisamment. Dans plusieurs pays européens le blasphème est encore punissable, grâce aux parlementaires chrétiens et des poursuites sont en cours en Allemagne, en Grèce, en Pologne, et même en Alsace contre Charlie Hebdo, au sujet de caricatures de Mahomet.

    De tout cela François Stefani ne parle pas, ni aucune obédience reconnue, régulière. L’ex-GM, F. Stifani parle de transcendance et de son Gadlu qui est Dieu. Il s’agit ici des droits de l’homme, du droit à la liberté d’expression et d’opinion.

    Que pense l’ex-GM du délit de blasphème toujours en vigueur, dans les pays européens, dominés par des parlements à majorité chrétienne, n’est-ce pas une violation des droits de l’homme? Ces obédiences régulières ne dénoncent pas les religions, qui veulent mettre fin au siècle des lumières et nous faire retourner à « l’obscurantisme religieux et moyenâgeux » tel qu’on l’a connu pendant des siècles.

    L’ex-GM François Stifani écrit dans son texte sur « Les droits de l’homme »: « Le judaïsme de l’Ancien Testament développe une vision différente. « Dieu ayant créé l’homme « à son image », le droit apparaît comme l’expression d’une « volonté divine ». En donnant « une filiation divine à tous », le Judéo-christianisme a assis la personne sur une « base métaphysique », il ne peut être assimilé à un objet. Son émancipation provient de « sa transcendance personnelle » et non de la volonté d’un corps social »

    Le T.C.F. Stifani semble un adepte du « créationnisme » et posséder une « filiation divine en raison de sa foi », mais il ne doit pas extrapoler. Le Judéo-christianisme ne peut prétendre donner « une filiation divine à tous », en tant qu’athée, je n’ai aucune filiation avec un Dieu quelconque. Qu’y a-t-il de divin chez Hitler, Staline, Pinochet, Pol Pot, Landru, etc., pourtant des créatures de Dieu, si Dieu a créé l’homme? L’homme est « un animal pensant », dont l’ADN est identique à 97% avec le chimpanzé (ou orang- outan).

    Puisque l’ex-GM F. Stifani se réfère au « Dieu biblique » créant l’homme « à son image », ce n’est pas étonnant que l’homme est un être cruel, jaloux, vaniteux, menteur, hypocrite, escroc, violeur, voleur, tueur, terroriste, djihadiste. (Rien de divin). Comment ce ‘Dieu parfait’ aurait-il créé des êtres aussi imparfaits et qui ressemblent comme deux gouttes d’eau à ce « Dieu biblique lui-même, imparfait, inhumain, immoral, jaloux, vindicatif, génocidaire, esclavagiste, raciste, pervers, sadique, guerrier, ordonnant de tuer tous eux qui ne croient pas en Lui, mais aussi ceux qu’il a créé, mais qu’il déteste, soit environ 15 catégories de gens, hommes, femmes et enfants y compris. C’est un Dieu terrible, qui a tous les attributs de l’être humain.

    Un tel Dieu il vaut mieux qu’il n’existe pas, il est encore plus maléfique que le Diable.

    « L’homme a inventé ce Dieu  » à son image », c’est pourquoi ce Dieu biblique est aussi cruel que l’homme et lui ressemble tant. Le droit divin n’existe pas et n’a jamais existé. Les livres saints ont été écrits par des hommes ignares, qui ont ensuite affirmé que « c’est la loi de Dieu » ou « inspiré par Dieu », mais aucun Dieu n’a jamais écrit le moindre mot. Personne ne l’a jamais entendu, jamais vu, il est invisible, parce quelque chose qui n’existe pas, est bien entendu invisible.

    Il n’y a qu’une « volonté humaine » dans le droit, TCF Stifani, mais pas une « volonté divine », sinon c’est la catastrophe. Si Dieu (ou le Gadlu), existait il aurait écrit « des lois parfaites » et non pas une prose criminogène et immorale, comme celle que l’homme a inventée dans la Bible, les Evangiles, le Coran, ou dans le Volume de la Loi sacrée selon l’expression maçonnique. On sait ce que cela donne lorsqu’on se réfère à la volonté divine, au droit divin, (théonomie), un droit biblique ou coranique. La  » charia » est la loi d’Allah, le « droit divin », le plus inhumain et immoral qu’on puisse s’imaginer. Dieu justifie par ces lois divines barbares, les crimes qu’il ordonne et que les « fous de Dieu » exécutent. L’histoire nous apprend que là où l’on gouverne au nom de Dieu, l’humanité périt. (Dirk Verhofstadt).

    Contrairement à ce que l’ex-GM F. Stifani prétend, l’émancipation de l’homme ne vient pas d’une « transcendance personnelle », qui est au contraire la négation de l’émancipation de l’homme, parce que l’être hétéronome est un esclave de Dieu. Sans la « transcendance personnelle » on ne serait qu’un « objet » selon le F. Stefani, mais c’est Dieu qui fait de l’homme un objet sans valeur, un esclave, qu’on n’a qu’à tuer comme un animal, si on ne se soumet pas à Lui, que ce soit le Père ou le Fils. Notre émancipation vient bien du corps social TCF Stifani, et non pas d’une transcendance personnelle. Il a fallut 16 siècles de lutte contre les dieux et les religions pour obtenir cette émancipation. « La transcendance » est l’ennemie de l’émancipation. T.C.F Stifani. Pline le Jeune disait déjà: L’homme est le plus méchant des animaux à deux pieds.

    Dieu et son Fils ignoraient tout des droits de l’homme et prônent dans la bible et les Evangiles, l’esclavage de l’homme, sa soumission à Dieu et son Fils, pas son émancipation. Celui qui se soumet à un Dieu, n’est pas émancipé, mais un esclave qui aliène sa liberté. C’est un comportement indigne de l’homme, comme dit Bertrand Russell. Le 20 juin 1866, le Saint-Office déclarait encore: “L’esclavage lui-même, considéré comme telle dans sa nature fondamentale, « n’est pas du tout contraire à la loi naturelle et divine »; il peut y avoir « plusieurs justes droits à l’esclavage » et des théologiens et des commentateurs des canons sacrés ont fait référence à ceux-ci. Ce n’est pas contraire à la « loi naturelle et divine » car un esclave peut être « vendu, acheté, échangé ou donné.”Magistère officiel de l’Église a approuvé la légitimité de l’esclavage jusqu’au pape Léon XIII en 1888 ! Pendant des siècles l’Eglise catholique a utilisé des esclaves en s’inspirant de l’Ecriture sainte. Jésus aimait les esclaves humbles et soumis. Ce n’est donc pas la « la transcendance » qui serait en nous, mais l’esclavage, selon le droit naturel et « divin ».

    Si Yahvé ou Allah, Jésus ou Mahomet avaient écrit la « Déclaration Universelle des Droits de l’homme », on aurait encore pu croire qu’il existe un dieu intelligent et humain, mais la Bible, les Evangiles et le Coran, c’est tout à fait l’opposé, c’est la négation des droits humains, c’est l’apologie de l’esclavage, de la soumission, ici-bas et dans l’au-delà. Notre vie sur terre ne vaut rien (Coran. S. 57-20).

    L’homme est la mesure de toute chose », TCF Stifani, comme l’a exprimé le penseur Protagoras 5 siècles avant JC. On appelle cela humanisme, « fondé sur la raison et le libre-arbitre » face à la religion qui est un ensemble de croyances et de dogmes divisant les êtres humains, ayant toujours engendrée des crimes et des guerres, soit entre les différentes sectes, soit surtout et depuis toujours, persécutée « les infidèles ».

    Entre une « franc-maçonnerie transcendante et pieuse » qui s’est emparée de « tout le fonds de commerce de la religion »: la Bible, les Evangiles, le Coran, le Père et le Fils, les prières maçonniques, et une « franc-maçonnerie humaniste » dans laquelle l’homme prime et non pas un dieu chimérique, je choisis cette dernière. C’est le choix entre raison et superstition, entre dogmes et libre arbitre, entre asservissement et liberté et ce choix est conforme à un « maçon libre » dans une « loge libre »

  • 3
    Jean-Marc
    26 avril 2015 à 08:52 / Répondre

    Parler des droits de l’homme quand on les a bafoués à la tête de la GLNF montre le double visage de l’hypocrisie humaine.

  • 2
    Chicon
    24 avril 2015 à 11:17 / Répondre

    Francois Stifani continue de tout melanger dans sa tete. Il fait un mix des valeurs maconniques anglaises et francaises, il fera bientot rouler a gauche les voitures anglaises en france et a droite les francaises en angleterre.

  • 1
    Arsène
    23 avril 2015 à 14:50 / Répondre

    Ben voyons.
    S’il fallait défendre les droits de l’homme, que la GLNF de son temps ne l’a t’elle pas fait
    avec ses petites sœurs africaines ou sud américaines?

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous