L’Église face aux Francs-Maçons

Publié par Jiri Pragman

L’hebdomadaire français Valeurs actuelles est paru ce jeudi 28 juillet 2011 avec en couverture, le titre L’Eglise face aux francs-maçons complété par les mentions Trois siècles de conflit et Le bras de fer continue.

L’article consacré au grand antagonisme rappelle directement ce que continuent à nier certains Francs-Maçons qui ont une lecture personnelle du droit canon: la condamnation toujours actuelle de la Franc-Maçonnerie (de toutes les Maçonneries) par l’Eglise catholique. L’article est bien résumé dans son introduction: Culte du secret, relativisme religieux, participation active à la laïcisation de la société: depuis ses origines, la franc-maçonnerie a suscité l’hostilité et la condamnation constantes de l’Église catholique.

Cet article cite plusieurs ouvrages:

[Peut-on être chrétien et franc-maçon?]artricle:1113 dans un livre déjà évoqué par le Blog Maçonnique. Dans cet entretien publié sous le titre Mgr Rey: « Une négation de la grâce de Dieu », l’évêque rappelle la position de l’Eglise et, de fait, constate qu’au des distinctions entre les différents types de Franc-Maçonnerie, c’est dans son essence même que celle-ci porte atteinte à l’enseignement de l’Eglise. L’échange avec le journaliste porte encore sur la vérité (qui ne peut être absolue par le Franc-Maçon), sur des législations qui, selon l’Eglise, tournent le dos à la morale naturelle, sur le secret, le défi posé par la maçonnerie, le rapprochement des années 70.
Dans la version papier du magazine, on pourra également lire un article Trois siècles de rite maçon.

jeudi 28 juillet 2011
  • 26
    Kalilooela
    31 juillet 2011 à 01:28 / Répondre

    C’est manifestement « Le traité d’athéologie » dont parle POV, en lui faisant dire ce qu’il ne dit pas. Onfray, qui est certes critiquable y fustige les religions du livre (celles qu’en occident et moyen-orient nous subissons) et certainement pas la foi intérieure, personnelle, la cosmogonie que chacun se fabrique et qui ne devrait pas faire l’objet de prosélytisme. A ce titre son livre est certes brouillon et trop court, mais il fait relativement bien son travail. Avec en plus cette petite phrase (de mémoire) : « ça n’est pas les esclaves qu’il faut combattre, mais les esclavagistes ».

    Cependant, si POV trouve que c’est trop bête pour lui, il peut lire avec profit ce que dit Nietzsche de la religion dans « La Généalogie de la Morale », ou « L’essence du christianisme » de Feuerbach.

    D’autre part, si on considère la définition de la religion de Wikipédia quand elle parle des religions monothéistes qui nous préoccupent, (début de l’article sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Religion), à savoir : « Dans les langues où le terme est issu du latin religio, la religion est le plus souvent envisagée comme ce qui concerne la relation entre l’humanité et Dieu. », on voit mal comment une pensée qui nie l’existence de dieu pourrait être une religion, sauf à pondre un sophisme ou un aphorisme que je lui souffle « Nier Dieu, c’est déjà envisager l’existence de Dieu, donc c’est faire œuvre de religion » – mais c’est pas la peine qu’il s’en serve, c’est du niveau de classe de troisième, aussi bête que de dire que l’athéisme est une religion en soi.

    Enfin que POV se rassure, en refusant les dogmes des religions (les trois en question pour commencer), on fera toujours moins preuve de dogmatisme que les religions en question.

  • 25
    Myrrhman
    31 juillet 2011 à 01:12 / Répondre

    @Cimiez,

    Ta liberté est de croire que la vérité est relative, que chacun à éventuellement la sienne, et que nos vérités propres peuvent ne pas se rencontrer voire être inconciliables 🙁

    Je suis plutôt dans le registre de l’espérance, que la vérité soit commune à tous, et que même si nous partons sur des chemins très dissemblables nous convergeons pour nous retrouver vers ce point central.
    Je vais encore plus loin que que de dire que la vérité nous ne l’atteignons pas, je crois qu’elle est inconnaissable.

  • 24
    jean serlun
    30 juillet 2011 à 23:57 / Répondre

    @ Vieux Julien,

    Tu as raison, les choses ne sont pas simples pour ceux d’entre nous qui sont à la fois catholiques et francs-maçons sincères.
    En effet, même si visiblement le droit canon ne punit plus « d’une juste peine » que « ceux qui complotent contre l’Eglise », ce qui ne concerne évidemment pas les catholiques francs-maçons, il n’en reste pas moins vrai que le magistère de l’Eglise catholique est actuellement particulièrement hostile à la franc-maçonnerie. C’était malheureusement à prévoir du jour où les cardinaux ont choisi comme Pape le cardinal Ratzinger.
    Alors, suffit-il de dire qu’il faut s’armer de patience en attendant qu’un jour peut-être la franc-maçonnerie soit réhabilitée comme Galilée ou Jeanne d’Arc ?
    Faut-il continuer inlassablement à essayer de convaincre de la grossière erreur commise par l’Eglise romaine ?
    Faut-il se contenter de la tolérance de quelques curés un peu plus ouverts que les autres ?

    Deux pensées me consolent :
    – la première c’est que, en se coupant de son ésotérisme, l’Eglise de Rome a plus à perdre que les francs-maçons catholiques. En effet, les francs-maçons catholiques trouveront toujours le moyen de maintenir leur union avec l’exotérisme religieux mais l’église catholique actuelle court le risque très grave de rompre avec son ésotérisme et donc avec le dernier lien (bien fragile) qui reste avec le centre spirituel. Je sais, c’est très guénonien mais j’assume.
    – la deuxième – fondamentale – c’est que, au jour du Jugement, ce n’est pas le Pape qui tiendra la balance !

  • 23
    Vieux Julien
    30 juillet 2011 à 19:59 / Répondre

    Le problème c’est que de nombreux catholiques ont oublié ce qu’était le catholicisme et ne le sont que par habitude, par leur éducation, etc. Ils ont été habitués à une Eglise de France « soft », matée par une politique laïque, une Eglise qui a perdu toute ambition d’évangélisation. De là un certain relativisme que s’autorisent de nombreux catholiques, qui ignorent tel ou tel point de la doctrine qu’ils sont sensés suivre. C’est le cas des Francs-Maçons qui se disent catholiques et se tamponnent de l’incompatibilité prononcée par Ratzinger et approuvée par le Pape en son temps.

    En se tamponnant de la sorte, on ne reconnaît plus l’autorité spirituelle de l’Eglise et on s’en extrait donc. Une incohérence qui m’étonnera toujours!…

  • 22
    CIMIEZ
    30 juillet 2011 à 18:14 / Répondre

    @Myrrhman et Jean Serlun
    Je suis non croyant et ai été initié en toute connaissance de cause au D H (REAA).
    Je connais les autres rites pour être allé les visiter de très nombreuses fois et sans les rejeter pour autant, je n’adhère pas à leurs convictions (respect).

    Ce qui m’a gêné, m’a fait bondir et réagir dans ton commentaire, c’est que tu ais d’abord généralisé:
    « Pour nous maçons… » et affirmé tout de suite derrière : « La Vérité est bien une et immuable »
    Non non ! Pas pour moi ni pour de très nombreux autres !
    D’autant que cette affirmation ressemble fort à un dogme auquel je ne peux ni ne veux adhérer.
    Je conçois que tu recherches Ta Vérité et que tu veuilles penser que celle-ci soit immuable, mais en retour accepte qu’elle ne soit pas obligatoirement la mienne (différence de milieu, de culture, de connaissances, de croyances, de vécu,…).
    Déjà à ce stade le singulier ne convient pas, quant à ‘l’immuabilité’ des choses ou ses synonymes : définitif, invariable, perpétuel, éternel, irrévocable, figé…, je ne crois pas que la vérité des maçons du XVIIIème siècle soit la même que celle de ceux d’aujourd’hui.

    Par contre, je partage tout à fait la pensée de Jean quand il écrit :« qu’il faut trouver ce concept de Vérité vers lequel il faut tendre … » çà c’est déjà beaucoup plus souple et laisse la porte ouverte à toute forme de pensée. C’est tout 🙂

  • 21
    Jean Serlun
    30 juillet 2011 à 10:20 / Répondre

    @ Cimiez et Myrrham,

    J »ajoute qu »il ne faut pas chercher bien loin dans le REAA (en fait dès l »instruction du 1er degré) pour trouver ce concept de Vérité vers laquelle on tend sans jamais cependant l »atteindre dans l »état humain qui est le nôtre actuellement.

    Jean Serlun

  • 20
    calvariam
    30 juillet 2011 à 05:29 / Répondre

    arretez moi si je n’ai pas tout suivi…: on ne peut être chrétien et franc-maçon, mais l’on peut être chrétien et pétainiste voir chrétien et national socialiste (pour les incrédules je les renverrai à l’attitude des églises après guerre vis à vis de certains collabos et criminels de guerre…) décidemment les voies du seigneur sont impénétrables….
    nos fondateurs avaient bien raison de rejeter sur le parvis les diverses églises avec leurs zélotes et de se contenter du G.A.D.L.U…
    étrangement leurs postulats sont toujours et encore d’actualité…quelle capacité visionnaire!
    culte du secret?quel dogme étrange que de considérer que vivre sa spiritualité à l’abri du regard des hommes et plus précisemment des ministres du culte est un pèché mortel! ils ont bien peu de foi dans l’omniscience divine! et que dire du secret de la confession? que dire des mystères de la foi? pas de secrets dans l’église catholique romaine?
    relativisme religieux? que doit on entendre? qu’il n’y a qu’une seule vraie religion? la religion catholique? hors de l’église de rome point de salut? j’aime quand sous l’oeucumenisme affiché réapparait le dogmatisme! chacun sait du reste que sous couvert de reconnaitre les autres religions il s’agit d’entammer un dialogue qui doit aboutir à la conversion au catholicisme…oeucuménisme et prosélytisme sont les deux faces d’une même pièce…
    quand à la laïcité? il est vrai que nous serions mieux dans une société oû la religion a une vrai autorité et une influence sur l’établissement de lois en rapport avec le dogme…il est vrai que l’exemple des républiques islamiques devraient nous inspirer! que je suis heureux de vivre dans une république laïque oû nul ne peut être inquiété pour ses croyances
    et je suis heureux de défendre et promouvoir cette laïcité, valeur qui est du reste inscrite dès l’origine dans les idéaux maçonniques.
    de tout temps, les chercheurs de la Vérité ont été pourchassés par les autorités religieuses, rappelez vous pourquoi Socrate a du boire la ciguë…
    et ce n’est pas parce que son mêtier d’origine était tailleur de pierre (comme sont père avant lui)…quoi que…
    on a souvent comparer sa méthode au mêtier de sa mère (lui le premier) qui était sage femme, mais il a pu tout autant s’inspirer du mêtier paternel(d’ailleurs il se comparait à Dédale)…Socrate, le premier maçon connu calomnié et persecuté…pas le dernier…
    de nos jour sous nos latitudes c’est la presse qui tend la coupe de poison…buvons le sans sourciller…

  • 19
    Myrrhman
    29 juillet 2011 à 23:42 / Répondre

    @Cimiez,
    Et oui, il y a aussi chez nous des loges qui pratiques des rites « spiritualistes » (RER, RAPMM) qui enseigne qu’il a UNE Vérité, et que l’initiation nous permet de nous mettre en chemin pour la rechercher.
    Pour autant, l’atteignons-nous? Contrairement à d’autres, nous ne l’affirmons pas.

  • 18
    Cimiez
    29 juillet 2011 à 20:48 / Répondre

    @Myrrhman : Cela fait plus de trente ans que j’use mes costards sur les colonnes et celle-là je ne l’avais jamais entendue : « pour nous maçons la Vérité est bien une et immuable »
    Pour l’affirmer, cela voudrait dire que tu la connais ! Dis-moi comment tu as fait
    En tout cas, moi, je le jure, je ne l’ai jamais rencontrée.
    En plus, jusqu’à te lire, je croyais que la Vérité n’était pas le « but » mais « le chemin ». Ami Myrrhman éclaire-moi stp

  • 17
    Cimiez
    29 juillet 2011 à 20:36 / Répondre

    @Myrrhman : Cela fait plus de trente ans que j’use mes costards sur les colonnes et celle-là je ne l’avais jamais entendue : « pour nous maçons la Vérité est bien une et immuable »
    Pour l’affirmer, cela voudrait dire que tu la connais ! Dis-moi comment tu as fait.
    En tout cas, moi, je le jure, je ne l’ai jamais rencontrée.
    En plus, jusqu’à te lire, je croyais que la Vérité n’était pas le « but » mais « le chemin ». Ami Myrrhman éclaire-moi stp

  • 16
    Myrrhman
    29 juillet 2011 à 19:20 / Répondre

    Pour ma part, je suis maçon du GO et chrétien, parfaitement dans mes pompes, et quand je lis les évangiles et les épitres, je me demande si l’église catholique n’a pas emprunté la voie substituée?

  • 15
    POV
    29 juillet 2011 à 17:22 / Répondre

    Tout à fait Hilrach.

    Mais encore faut-il considérer que l’athéisme (et je ne parle de celui de carnaval tel qu’il est représenté par un Onfray par exemple) ne soit pas une religion en soi.

    Et encore s’assurer que l’athéisme dont on se dit porteur ne soit pas ( malgré nous,surement ! ) empreint de dogmatisme.

  • 14
    Hilrach
    29 juillet 2011 à 16:20 / Répondre

    Je suis franc-maçon et athée, et cela ne pose aucun problème dans ma recherche de spiritualité car celle-ci n’est pas l’apanage de la religion.

  • 13
    RBBE41
    29 juillet 2011 à 14:20 / Répondre

    @Myrrhman: Je comprends le point de vue des deux pretres dont tu parles et je te rejoins sur la Vérité. Ca n’a pas du être simple pour eux de mener de front cette double appartenance. Le secret a du être lourd pour eux. Comment justifier qu’il adhère à une organisation qui interdit l’appartenance à la FM ? S’il se fichait des dogmes, cela veut dire qu’ils remettent en cause la légitimité de l’église. Du coup, pourquoi y adhérer ? J’adorerais discuter de cela avec un pretre FM. Il me semble de Mgr Rey dit dans son livre (de mémoire et pardon si c’est inexacte) « qu’on ne peut servir deux maitres ». Le FM n’ayant pas de maître, puisque libre, je me demande comment un prêtre peut en servir ne fusse qu’ un !

  • 12
    Myrrhman
    29 juillet 2011 à 12:40 / Répondre

    Tout d’abord une petite remarque: pour nous maçons la Vérité est bien une et immuable, mais elle est ineffable et nombreux sont les chemins qui y conduisent.

    Dans ma loge mère, loge très laïcarde du GODF, un des fondateurs était prêtre; dans une loge rectifiée mais tout aussi laïque, un ancien VM, lui aussi passé à l’Orient Éternel, était un frère dominicain. Les deux vivaient parfaitement leurs doubles appartenances, au GO et à l’Eglise, se moquant des dogmes imposés par des hommes, en pleine conformité avec l’Evangile et sous le regard du GADLU, qui pour eux, et sans ambiguité est dieu le « trois en un ».

    « …et la Vérité vous libérera a dit un certain Jean. Il n’était pas maçon celui-la?

  • 11
    Fox7ans
    29 juillet 2011 à 10:34 / Répondre

    Aurait-il été si compliqué pour ce journal de donner – en contrepoint – la parole à un franc-maçon (peu importe l’obédience) qui aurait pu dire en substance « l’avis de Rome, la FM s’en fout, c’est l’affaire individuelle de ces membres, pas celle de l’ordre. Bien sur qu’il y a des catholiques en loge, ils vont très bien merci pour eux ».

  • 10
    Baptiste
    29 juillet 2011 à 10:15 / Répondre

    Quand un curé fait l’amalgame entre les mots « chrétien » et « catholique », c’est le signal qu’il essaye d’embobiner quelqu’un dans l’assistance. On ne peut faire des années d’études théologiques, et tant manquer de rigueur en toute bonne foi.

    Ou bien c’est la preuve d’une intolérance on ne peut plus crasse, réfutant l’épithète de chrétien aux Orthodoxes, à tous les types de Protestants, aux Anglicans, etc.

  • 9
    Le Phénix
    29 juillet 2011 à 09:42 / Répondre

    Il fallait lire « la voie substituée » bien sûr… désolé pour le pataquès…

  • 8
    RBBE41
    29 juillet 2011 à 09:36 / Répondre

    Lors des dernières vacances de Paques, j’ai visité Notre Dame des Victoires à Saint Raphael

    J’y ai trouvé ce petit bouquin de Mgr Rey « Peux t-on être chrétien et Franc-Maçon » . Et bien il est pas mal du tout et plus je le lisait et plus ça me confortait dans mon choix. Evidemment la réponse est non pour l’auteur, mais les éléments qu’il évoque pour étayer sa réponse ne sont pas dénué de logique. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Il faut être logique avec soi-même et sa démarche. Lorsqu’on récite le Credo, il n »y a rien qui vous gène ?

  • 7
    Le Phénix
    29 juillet 2011 à 09:03 / Répondre

    Le Rite Ecossais Rectifié est chrétien, nombreux de ses adeptes sont catholiques pratiquants, ou protestants, ou agnostiques, ou disciples d »une autre religion « du livre » et cela ne pose problème à personne. Je n »ai jamais compris à qui la Maçonnerie, déiste, théiste ou « de la voix substituée » faisait peur et surtout pourquoi …

  • 6
    Le Phénix
    29 juillet 2011 à 08:59 / Répondre

    Le Rite Ecossais Rectifié est chrétien, nombreux de ses adeptes sont catholiques pratiquants, ou protestants, ou agnostiques, ou disciples d’une autre religion « du livre » et cela ne pose problème à personne. Je n’ai jamais compris à qui la Maçonnerie, déiste, théiste ou « de la voix substituée » faisait peur et surtout pourquoi …

  • 5
    Polybe
    29 juillet 2011 à 05:44 / Répondre

    Il vaut mieux lire le dossier de « Valeurs Actuelles » avant de le commenter.

    Il s’agit essentiellement d’une interview assez orientée de l’évêque du Fréjus-Toulon. Contrairement à ce qu’impose une vieille règle journalistique, l’intervieweur pose des questions qui induisent les réponses. Lesquelles commencent alors par « Oui, absolument… » Or le journaliste possède mal son sujet, parle de la franc-maçonnerie comme s’il s’agissait d’un corps unique, homogène et globalement anticlérical. Il se montre imprégné de la vieille culture de condamnation de l’Eglise à notre égard, alors que la situation a tout de même bien évolué depuis Léon XIII.

    Dans ces conditions, il est naturel que l’évêque, qui n’a évidemment pas besoin d’être stimulé dans cette direction, en rajoute une couche. Ce prélat n’est pas une vieille buse, c’est un homme jeune, qui appartient à cette génération de prêtres ordonnés sous Jean-Paul II et qui sont très attachés à la doctrine de Benoît XVI. Lequel est plutôt en retrait par rapport à ses prédécesseurs en ce qui nous concerne. Ce n’est un secret pour personne depuis que, cardinal Ratzinger et préfet de la congrégation pour la Doctrine de la Foi, il nous jugeait « en état de péché grave ». Mais ce pape a 84 ans, il est d’une autre génération, et tous les évêques, en France et ailleurs, ne sont pas aussi rigides. Il est envisageable que, sous le prochain pontificat, ce dogmatisme cède à nouveau devant plus de réalisme.

    Je respecte le point de vue de mes Frères athées ou agnostiques, même si leur conception de l’essence maçonnique n’est pas la mienne, et je comprends qu’un tel article les exaspère et les confirme dans le rejet de ces sots anathèmes. Mais si j’avais mené l’interview, j’aurais sans doute étonné mon interlocuteur en lui déclarant, en préambule off : « Mgr, c’est mon engagement en franc-maçonnerie, et non votre Eglise, qui m’a permis de ne pas perdre complètement la foi voilà des années. » Je crois que j’aurais obtenu ensuite des réponses moins décevantes à des questions plus ouvertes.

    Le magazine en question n’est pas du genre à faire du chiffre avec le marronnier maçonnique. Raison de plus pour offrir du neuf, lorsqu’on titre un dossier « L’Eglise face aux francs-maçons ». On ne part pas de la bulle « In Eminenti » de 1738 pour tenter de redonner vie aux excommunications de l’ancien Droit Canon. Chaque fois qu’on aborde le sujet sous cet angle avec un interlocuteur de ce niveau, on n’obtient que des réponses de Politburo. Rappelons-nous cette historiette :
    ʺJ’ai rencontré le curé.
    – De quoi avez-vous parlé ?
    – Du péché.
    – Qu’est-ce qu’il en dit ?
    – Il est contre.ʺ

    Ne tirons donc pas de conclusions hâtives de cet événement qui n’en est pas un.

  • 4
    Kalilooela
    29 juillet 2011 à 01:45 / Répondre

    @Christophe, que dire dans ce cas de la confusion entre Foi et religion, Croyance Sincère et dogme 🙂

  • 3
    fluo
    28 juillet 2011 à 22:10 / Répondre

    J’essaie de rester calme, de contrôler mes passions, mais la fumée commence à me sortir par les oreilles.
    Parce qu’ils commencent sérieusement à nous les briser menus, ces chefs religieux, à vouloir nous dire ce qu’il faut ou ne pas faire, et juste sur des broutilles. Si j’ai envie d’être Franc-Maçon ET juif ou musulman, ou animiste, ou chrétien, et bien je le serai, parce qu’en fin de compte, je ne ferai de mal à personne. Faut faire ci, faut pas faire ça, faut pas faire ci en même temps que ça, faut pas manger de la soupe au pistou le 3ème mardi du mois, parce que c’est un péché!!!! Bin justement, si j’ai envie de manger de la soupe au pistou, ce sera justement le 3ème mardi du mois, parce que ça me fera du bien sans que je nuise à quiconque!!!
    Et moi, oui, moi, avec tout le respect que je dois à cet Évêque, je suis catho non pratiquant, et baptisé, communion et tout le sacrement dans une circonscription de Fréjus, justement! Et je suis Franc-Maçon ET je suis parrain d’un petit neveu, baptisé dans cette même église! Est-ce pour autant que j’ai fait du mal à quelqu’un?
    Je le répète, je suis non pratiquant, et ne suis pas intéressé par les Loges dites « déistes ». Mais pour en avoir visité une récemment, et sans rien trahir, je n’ai pu qu’admirer leur approche du symbolisme.
    L’Église catholique n’a rien à perdre à s’ouvrir aux FM, bien au contraire, elle y gagnerait beaucoup, encore faudrait-il qu’elle ouvre un peu les yeux….

  • 2
    Christophe
    28 juillet 2011 à 22:06 / Répondre

    Pour moi c’est toujours la même confusion volontairement entretenue entre christianisme et catholicisme:
    Peut-on être chrétien et franc-maçon ? Evidemment oui.
    Peut-on être en communion avec l’Eglise Catholique Romaine tout en étant franc-maçon ? Probablement pas.
    La franc-maçonnerie doit-elle juger de la manière dont les catholiques francs-maçons s’arrangent de ce dilemme ? Evidemment non, ça ne regarde qu’eux mêmes (et éventuellement leur confesseur).

  • 1
    EMEREK
    28 juillet 2011 à 20:17 / Répondre

    Tiens, mais ne serait-ce point le tablier de Stifani qui est photographié dans cet article….???

    Il est évident que les tentatives de la GLNF-Stifani de « vendre » le Grand Architectede l’Univers qui est Dieu ,la Révélation dans le livre qui est la Bible ,et les maçons de la GLNF qui peuvent être (en plus de la maçonnerie) de bons catholiques a fait long feu.
    Tout ça marche avec le protestantisme …avec le rituel anglo-saxon…
    Justement c’est là l’erreur de casting…On est bien en France,fille aînée de l’Eglise Catholique….

    Quand on est maçon ici ,c’est très déviant car la condamnation de l’Eglise existe toujours.

    Alors essayer de vendre commercialement,comme l’a fait Stifani,la GLNF comme seule maçonnerie qui croit en Dieu est parfaitement risible ……

    Cela ne veut pas dire que les ponts ,avec l’Eglise, sont coupés .
    Des contacts maçonniques existent avec toutes les religions et le respect mutuel se tisse patiemment, ,sûrement…..
    Certes les maçons sont « non reconnus « par l’Eglise.
    Mais combien d’entre-eux ouvrent la Bible pour la première fois grâce à la Maçonnerie,combien comprennent le sens de leur religion par l’étude du symbolisme ….
    Et ceci est tout aussi valable pour la religion juive et musulmane…

    Car l’un des buts Maçonniques est l’élévation de l’Homme dans la Spiritualité ……

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif