Acadmaconnique 210516

L’épreuve des éléments dans l’initiation au REAA

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
vendredi 6 mai 2016
  • 5
    Speculum
    8 mai 2016 à 19:11 / Répondre

    Quant apprenti tu demandes une explication et qu’on te répond « tu verras quand tu auras l’âge » cela signifie que ton interlocuteur ne sait pas ou que le rite n’a aucun sens. Cela existe mais ce n’est pas le cas du REAA.
    Entretenir les freres dans la méconnaissance pour valoriser une hierarchie est une erreur qui engendre le nivellement par le bas.

  • 2
    Chicon
    6 mai 2016 à 17:31 / Répondre

    Lors de l’initiation on présente à l’impétrant les éléments. Il n’est pratiquement jamais expliqué le sens de ces éléments en relation bien évidemment avec le rituel. Et l’impétrant se demande longtemps ce que cela veut dire,, pendant des années dans mon cas.
    Attention aux digressions alchimiques ou fantaisistes, regarder plutôt du côté des vertus et de la tradition, en relation avec le contenu du rituel ou a default du « cathechisme ». Ce n’est pas forcement compliqué.

    • 3
      Chicon
      8 mai 2016 à 10:41 / Répondre

      Ces cochons d’anglais qui ont laisser brûlér Jeanne d’Arc par l’évêque Cochon ( ils n’ont pas encore de Cochon Square ou de Cochon Station ) expliquent par une lecture qui est dans le rituel, le sens cache des objets et des images. A chaque grade c’est complet et clair.
      L’initiative de S Conseil est utile, elle évitera aux freres de délirer sur le sens de leur rituel, qui a un sens précis quand il n’a pas été dénaturé.

      • 4
        Chicon
        8 mai 2016 à 11:50 / Répondre

        Erratum : il ne s’agit pas du REAA mais du rite Émulation qui est expliqué par des lectures.

  • 1
    Jacques Destaing
    6 mai 2016 à 09:40 / Répondre

    On peut s’interroger sur ce qui se fait d’intéressant à la GLDF est fait en dehors du travail des loges . Il en est ainsi de « l’Académie maçonnique » comme de l’association « Franc-maçonnerie et société » de Jean-Michel Dardour. Faut-il en tirer la conclusion qu’il est impossible à la GLDF de monter des événements organisés par des loges, tant les contraintes imposées par le Conseil fédéral seraient fortes ?

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous