Les 100 mots de la Franc-Maçonnerie

Publié par Jiri Pragman
Dans Edition

Ce type d’exercice est périlleux et les auteurs en sont visiblement conscients dans leur avant-propos.. D’une part, la sélection doit être rigoureuse et, d’autre part, les textes qui accompagnent chaque mot dans ce livre et de la collection Que sais-je? doivent à la fois informer suffisamment et clairement le profane et servir d’aide-mémoire au Maçon qui voudrait revoir un « fondamental ». Le livre est découpé en sept (7!) chapitres: histoire de la franc-maçonnerie, quelques grandes figures de la franc-maçonnerie, la vie maçonnique, les symboles maçonniques, les institutions maçonniques, les valeurs maçonniques, le phénomène maçonnique.

De manière salutaire, ils évacuent un certain nombre d’idées reçues et véhiculées tant par les Maçons que les anti-maçons. Ainsi la franc-maçonnerie ne fut ni initiatrice ni maîtresse d’oeuvre de l’Encyclopédie. Par ailleurs, il est des mises au point qui s’imposent comme lorsque Bauer et Dachez rappellent, à propos de la liberté (absolue) de conscience qu’il s’agit du droit pour chacun de croire ou de ne pas croire à un Sauveur suprême, et de voir dans tous les cas cette conviction respectée.

Pas sûr cependant que les auteurs se soient montrés futés en qualifiant leur prose de petit « bréviaire laïque », à moins d’accepter la définition de bréviaire; au figuré tel qu’apparaît dans le Trésor de la Langue Française Informatisé.

  • Les 100 mots de la franc-maçonnerie d’Alain Bauer et Roger Dachez (Presses Universitaires de France – PUF, Que sais-je?, 128 pp., 2010) disponible chez Amazon
dimanche 6 février 2011
Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif