Site GLRB

Les 40 ans de la Grande Loge Régulière de Belgique

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 28 octobre 2019
  • 7
    pierre noel
    23 novembre 2019 à 19:14 / Répondre

    Voilà nous avons eu le « 40° anniversaire » de la GLRB, titre pompeux qui recouvre sans plus le désir de rassembler tous les dix ans autant de membres de la GLRB qui voudront se déplacer.
    La fête eut lieu rue du musée, à Bruxelles, dans un auditoire attaché aux Archives du Royaume. L’endroit est prestigieux ne fût -ce que par sa proximité du palais de Charles de Lorraine, aux mânes vénérés par certains. L’assistance était à la taille de l’obédience qui se tient soigneusement à la place qu’elle a choisi d’occuper. Nombreux (et de qualité) étaient les visiteurs (maçons d’autres obédiences ou « profanes ») qui nous ont fait l’honneur d’être présents.
    Le thème de la journée était simple : « De la joie d’être maçon au XXI° siècle ». Il ne s’agissait évidement pas du plaisir stupide de se croire « supérieur » puisqu’ « initié », mais bien du fait qu’on va en loge « pour se faire plaisir » (pour trouver un supplément de bonheur !) avec des frères de qualité dont le souci est de ne jamais heurter, blesser, injurier … l’interlocuteur (certains appellent cela la Tolérance !). Pour beaucoup seules comptent l’allégresse du moment et la perfection de l’exécution.
    Les orateurs successifs (maçons ou non-maçons, réguliers ou non) ont traité de ce thème avec brio. Tous bien sûr ont fait allusion au mythe d ‘Astrée, la déesse de l’âge d’or qui doit revenir sur terre lorsque l’âge de fer aura pris fin.
    Le programme de la journée a déjà été publié sur hiram.be. Il fut suivi et il est donc inutile de le rappeler encore. Le lunch simple et fraternel fut l’occasion d’échanges multiples où toutes les langues se mélangeaient. A la fin de la journée, chacun s’en retourna heureux et satisfait, muni du volume des communications de la journée : « Être franc-maçon au XXI° siècle. Une vision optimiste et responsable de l’Homme en devenir » (212 pages).

  • 5
    pierre noel
    1 novembre 2019 à 17:26 / Répondre

    En réponse à Cyrus.
    Que l’agression est médiocre et l’insinuation stéréotypée ! Pourquoi ne pas y mettre un brin d’imagination de plus? Par exemple que « les lobbyistes auront ce jour-là un endroit discret où proposer leurs contrats à la signature des affairistes présents », ou que « les expatriés réguliers disposeront d’écrans géants pour communiquer en télé-conférence avec leurs correspondants de Genève, d’outre-Atlantique ou des Iles Britanniques ». (Pourquoi Genève ? Mais pour les organisations internationales, pardi !).
    Plus fort encore ! Que « sera organisée une vente aux enchères des formulaires d’initiation » (au prix de réserve proportionnel au numéro du grade proposé, bien entendu).
    Plus elle sera grosse, plus aisément sera avalée la sottise, devenue parole d’évangile pour certains fins connaisseurs de notre monde enchanté (« unsere Zauberwelt », comme dirait l’autre !).

    • 6
      Joël
      1 novembre 2019 à 18:46 / Répondre

      Pour ma part, je disais que c’était cher et qu’il ne doit pas y avoir beaucoup d’ouvriers ou de petits bourgeois dans votre club. Bref, cela me semble très élitaire non par l’intelligence (d’après mon expérience, le pire y côtoie le meilleur) mais par les moyens financiers.

  • 1
    Joël
    29 octobre 2019 à 16:41 / Répondre

    70 euros pour rencontrer des gens et avoir un repas léger : incroyable !

    • 2
      Cyrus
      30 octobre 2019 à 15:22 / Répondre

      Montant totalement modeste s’il s’agit de rencontres pour faire des affaires. La GLRB est constituée en partie non négligeable d’expatriés « réguliers ». Plusieurs ateliers travaillent en anglais, en grec moderne, etc… Malgré les qualités indéniables de plusieurs FF de cette obédience, il est vrai qu’elle connaîtrait (conditionnel de prudence) une certaine dérive affairiste renforcée par tous les lobbys actifs liés à la présence de nombreuses institutions internationales à Bruxelles. C’est dommage, mais c’est un fonds de commerce comme un autre 🙁

      • 3
        Joël
        30 octobre 2019 à 20:18 / Répondre

        On survit comme on peut !

      • 4
        de Flup
        31 octobre 2019 à 17:29 / Répondre

        Quelle verbigération…

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous