Les temples maçonniques de Staten Island

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
vendredi 3 décembre 2021
  • 8
    JMB
    17 décembre 2021 à 17:22 / Répondre

    Je suis entièrement d’accord avec les différents commentaires de Pierre Noel sur la pratique du rituel sans ”copion” et je souhaiterais simplement ajouter que cette maçonnerie du ”par cœur » doit être dite ”avec le coeur”.
    Bien sûr que cela demande de la rigueur, de la constance, de la persévérance … et beaucoup de travail. Mais n’est-ce pas ce que l’on demande, ce que l’on attend d’un Franc-Maçon et ce quelque soit son grade ?
    Et puis quel plaisir lorsque, en tant que Vénérable Maître, tu peux faire toute ta cérémonie, quelqu’elle soit, en regardant le récipiendaire dans les yeux, sans avoir à lire et à tourner les pages de son rituel. Et si ton cortège d’officier est à la hauteur de ton investissement, ce qui devrait être le cas, le candidat, peu importe le grade, gravera à jamais dans sa mémoire ces moments magiques, inoubliables et tellement maçonniques.

  • 5
    Pierre
    17 décembre 2021 à 09:24 / Répondre

    Espérons que la maçonnerie génétique passera mieux le cap que les dinosaures .

  • 4
    Désap .
    17 décembre 2021 à 00:43 / Répondre

    Qu’est-ce que c’est que ces poncifs ridicules sur les latins ?
    Rappelez-vous, on inaugurait l’Académie, on établissait le Sénat pendant que chez les Angles, les Saxons et les Germains vous sortiez des grottes pour rejoindre des huttes, lorsque vous avez pris le pouvoir le monde à reculé jusqu’à la barbarie, depuis votre invention du néolibéralisme la civilisation recule encore, nous serons bientôt revenus au trias.
    Et puis votre maçonnerie « par coeur », combien chez vous en comprennent le sens ?

    • 6
      Pierre Noël
      17 décembre 2021 à 09:44 / Répondre

      La pratique du rituel sans copion, (support écrit) à la main, c’est la liberté de la parole et de l’émotion. Rien de plus beau que le Régulateur du Maçon (mon préféré! surtout le 3° grade) rendu sans failles par des officiers maîtrisant le geste comme le discours. Les railleries des nombreux réfractaires à cet exercice n’y changeront rien.

    • 7
      pierre noel
      17 décembre 2021 à 14:17 / Répondre

      Désap a en toutes choses raison, comme d’habitude ou l’inverse au choix. Je m’en vais de ce pas subir un test ADN pour connaître enfin mes racines. Ai-je des gènes Angles, Saxons ou pire Chinois ou Amérindiens ? Descendant de part et d’autre d’enfants naturels nés au temp de la Révolution française, je ne peux qu’espérer.

  • 2
    Pierre Noël
    3 décembre 2021 à 18:45 / Répondre

    Un exemple de « mammouth » qui a survécu (maintenu en l’état) est la « House of the Temple » 113° rue à Washington DC, qui date de 1915. Le bâtiment qui se veut une reproduction du Mausolée d’Halicarnasse abrite le quartier-général du Suprême Conseil de la Juridiction Sud des GIG du REAA. Il est superbe et mérite la visite, ne fut-ce que pour voir la bibliothèque plus qu’impressionnante, la loge du dernier étage où se réunit le SC (tous les 2 ans) en séance plénière et … les cuisines d’époque qui ne servent plus à rien mais sont conservées dans leur splendeur d’autrefois. Il contient la dépouille du général Pike, ancien grand commandeur de la juridiction, décédé avant son inauguration (reste à espérer qu’un woke ne s’en émeuve pas).

  • 1
    Pierre Noël
    3 décembre 2021 à 14:57 / Répondre

    Les « mammouths » maçonniques construits aux USA dans le premier quart du XX° siècle sont devenus (sauf exception) des bâtiments désuets, insalubres, délabrés et impayables en raison de l’évolution des prix. Sauf exception (Philadelphie, Detroit), ils sont souvent au bord de l’abandon. Cette situation date d’avant le début du déclin du nombre de membres de l’ordre (qui date du début des années 1960) et ne n’en est que partiellement la conséquence.
    les loges que j’ai pu visiter (une quinzaine des deux côtés de ce grand pays) occupaient des bâtiments « à taille humaine », plutôt récents, très semblables aux loges européennes et généralement situées à la périphérie des centres urbains (les « mammouths » cités plus haut sont généralement « downtown »)

    • 3
      Pierre Noël
      16 décembre 2021 à 19:10 / Répondre

      J’ai la nostalgie de ces loges de faubourg d’une grande ville américaine, ne payant pas de mine, bien différentes des mammouths dont une autre époque a laissé le témoignage, bien reconnaissable dans le paysage d’outre-Atlantique. l’assistance n’y est peut-être pas aussi fournie qu’autrefois mais le plaisir d’être ensembles y est perceptible. le rituel est toujours aussi parfait, trop peut-être pour l’étranger voyageur (jusqu’à la satiété parfois s’il est latin et peu accoutumé à la régularité conçue comme une ordonnance presque génétique), même si le café et les doughnuts qui suivent sont loin de l’être !

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous