L’idée maçonnique

Publié par Jiri Pragman
Dans Edition

Publié chez Tredaniel en 1990, l’essai sur une philosophie de la franc-maçonnerie signé par Henri Tort-Nouguès, philosophe et ancien Grand Maître de la Grande Loge de France, était épuisé depuis belle lurette. Sa réédition par les éditions Dervy a été annoncé en grandes pompes par l’actuel Grand Maître, Marc Henry, qui s’est fendu pour l’occasion d’une préface, tout comme, d’ailleurs, Michel Barat, un « deux fois » ancien GM.
 
C’est un ouvrage de Bonne Foy agréable à lire, rédigé par un philosophe qui cherche à éclairer et non à éblouir ses Frères. Il traite des origines de la Franc-Maçonnerie, de la Maçonnerie des Constitutions d’Anderson en remontant le temps et en évitant de donner aux mots (athée stupide) une interprétation contemporaine, rappelant qu’à l’époque un Maçon ne saurait nier Dieu. S’il s’attache au Grand Architecte de l’Univers et aux Grandes Lumières de la Franc-Maçonnerie (ici la Bible, l’Equerre et le Compas), ce n’est pas pour se lancer dans un plaidoyer pro-GLDF ou pro-REAA. Cette absence de prosélytisme évite l’agacement que l’on peut ressentir lors d’autres lectures. 
 
La pensée symbolique, le Rite et l’Ordre maçonnique, la Loge sont traités dans des chapitres qui précèdent ceux consacrés à des sujets sensibles, les relations entre Franc-Maçonnerie et Eglises, et Franc-Maçonnerie et politique. C’est documenté et très clair, notamment lorsqu’il s’agit de montrer (et c’est aisé) que les Maçons ne forment pas un bloc monolithique.
 
  • L’idée maçonnique. Essai sur une philosophie de la franc-maçonnerie d’Henri Tort-Nouguès (Dervy, Petite bibliothèque de la franc-maçonnerie) disponible chez Amazon
lundi 30 décembre 2013
  • 1
    Levesque Lionel
    30 décembre 2013 à 15:47 / Répondre

    J’ai eu la chance et le grand bonheur d’être pendant deux années l’assistant pour le grand Ouest de notre Très Respectable Grand Maître, Henri Tort-Nouguès. Fils et petit fils d’instituteurs, ces « hussards noirs de la République », qui ont façonné des générations d' »honnêtes hommes », Henri , lui-même professeur de philosophie dans les grandes écoles, était un maçon de très grande qualité qui a su expliquer sans fioritures excessives ce que doit être l’engagement maçonnique et surtout ce qu’il ne doit pas être. Notre Obédience, la Grande Loge de France à laquelle j’appartiens depuis 43 ans, doit beaucoup à sa clarté d’esprit et à son sens d’une fraternité faite de tolérance souriante mais également rigoureuse hors des pistes idéologiques ou affairistes.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif