Pourquoi et comment apprendre les rituels ?

Publié par Géplu
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mardi 21 septembre 2021
Étiquettes :
  • 35
    JMB
    27 septembre 2021 à 19:27 / Répondre

    Nouvelle manipulation de notre inénarrable helléniste/hellénique à qui je conseille de lire ou relire mon intervention 9.
    Il est vrai qu’ être traité de ”passionné” par un « illuminé » m’à fait beaucoup rire.

  • 33
    JMB
    27 septembre 2021 à 11:50 / Répondre

    27- Lazare-Lag
    Le « par cœur » dont il est question ici concerne uniquement le continu du rituel et pas les planches. D’ailleurs pour info, il ni y a pas, au rite Émulation, de planche à proprement parler.
    Pour ce qui concerne la pratique des planches pour les autres rites, je considère que c’est un travail personnel qui n’obéit pas aux mêmes règles. C’est un exercice libre et le choix de la technique de présentation de l’exposé, de la planche, variera selon les aptitudes et le choix du F. concerné.
    PS : à partir du moment où un travail réel a été effectué par le F. concerné, il me semble évident que l’esprit doit être supérieur à la lettre.

    • 34
      Pierre Noël
      27 septembre 2021 à 18:21 / Répondre

      Pour info, il y a des exposés sur des sujets divers, maçonniques ou non (quoique ni religieux ni politiques) dans les loges a/s.
      Pour l’occasion la loge est mise « in abeyance » ou non. Cela peut dépendre de plusieurs facteurs, la qualité du conférencier (maçon ou profane), mais parfois aussi du support matériel de la soirée (projections ou non !).

  • 27
    lazare-lag
    26 septembre 2021 à 11:16 / Répondre

    Cette notion de « par coeur » ou pas, ( Sterling 26, Jean Gaul 22, etc), et rite ou pas d’ailleurs, pose également une question du rapport du franc-maçon à la transmission orale.
    Je suis d’une franc-maçonnerie (GODF, REAA) habituée à l’exposé de planches.
    Pour peu évidemment que le frère souhaite participer à cet exercice, largement libre hormis certaines étapes imposées bien évidemment.
    Là aussi, dans cet exercice que ne pratique pas toute la FM, il y a les tenants de l’exposé purement oral, sans aucun support papier. Ils ne sont pas très nombreux, mais ceux-là sont en général doués pour une éloquence certaine. J’en ai un dans ma loge, il argumente par le fait que la FM est primordialement de tradition orale, avant que d’être de transmission écrite .
    C’est bien gentil, mais tout le monde n’a pas forcément cette « aptitude cognitive » (Jean Gaul dixit).
    Et j’avoue être de ceux-là, être de ceux qui sont plus à l’aise à l’écrit qu’à l’oral, surtout à un oral en public.
    Quoique, les années passant, il me semble que le fait d’avoir à parler en public en atelier, dans un cadre a priori non hostile, cela m’aura été d’une très bonne formation pour m’aider à bien mieux m’exprimer en milieu professionnel, en réunion, en présence de hiérarchie, etc.
    C’est une demi-plaisanterie que de remercier ainsi mon cursus maçonnique à avoir participé à mon amélioration professionnelle. Ou dit autrement, à diffuser à l’extérieur du temple un acquis travaillé ou amélioré en loge.
    Il n’en reste pas moins que la capacité mémorielle ça se travaille.
    Et qu’au fond, même s’il y a un peu de déperdition en cours d’exercice (dans les rituels comme dans les planches), ou de légères entorses, j’ai l’impression qu’on en revient à peu près toujours à cette question:
    doit-on respecter prioritairement l’esprit ou la lettre?
    Consécutivement, ne doit-on pas privilégier la sincérité, l’envie de bien faire, l’ardeur au travail fût-ce avec parfois quelque imperfection?
    Sinon, je regrette que cet autre bouquin de François Bénétin signalé par notre frère Yonnel (cf. 1), « Dans le secret des mots – Dictionnaire pratique des 150 mots clés et plus de la Franc-Maçonnerie » (Ivoire Clair, 2006) soit désormais introuvable.
    J’observe que ceux qui l’ont eu entre les mains semblent en être satisfaits.

    • 30
      Sterling
      26 septembre 2021 à 18:30 / Répondre

      @ LAZARE-LAG,
      Je ne pratique que très rarement le travail écrit (Planche) cependant ce n’est pas interdit et qu’elle soit lue ou « récitée » l’important est ailleurs.
      Ton propos est exprimé de façon positive et bienveillante , pour ma part j’y retrouve l’esprit et la haute portée de la FM quelque soit la manière de pratiquer nos rituels.

    • 32
      Pierre Noël
      26 septembre 2021 à 23:34 / Répondre

      Pourquoi faites-vous semblant de tout mélanger ?
      Quand on parle de « par coeur », on ne vise évidemment pas les « planches » qui font tout le programme des loges franco-belges « normales », on parle de l’exécution des rituels et de rien d’autre.
      lorsque des « planches » sont prévues, elles sont lues ou improvisées par le conférencier !
      Dans ces loges « normales », la « planche » est l’objet de la tenue et le débat qui suit est la cerise sur le gâteau, attendue, enrichissante, convoitée.
      la situation n’est guère différente de celle de l’enseignant exposant sa matière devant un auditoire attentif ! La question du par coeur ou du psittacisme ne se pose pas.

  • 26
    Sterling
    26 septembre 2021 à 09:15 / Répondre

    « Par cœur » , cette expression a une petite connotation péjorative (?) , pour ma part depuis les récitations à l’école primaire.
    Pour les rites qui pratiquent ainsi je préférerais une autre expression …
    @ 22 – Ces bons maçons dont tu parles peuvent et doivent faire comme les autres : essayer ! entrainement et patience, la Maçonnerie n’est pas un spectacle mais un chemin, être vrai dans son cœur …là est le secret.
    J’ai souvent entendu des nouveaux apprentis dirent « je n’y arriverais pas » et qq années plus tard être capables de présenter de longues exhortations.

    Cependant, cette pratique peut ne pas convenir à tous, il y a d’autres chemins.
    En amont de l’initiation le Parrain doit guider le profane , je pratique un rite A/S depuis 20 ans , cependant j’ai guidé un ami vers un rite dit » continental » connaissant son goût pour l’écriture » entre autres.

    Je vais lire le livre de F. BENETIN.

    • 28
      Pierre Noël
      26 septembre 2021 à 12:47 / Répondre

      les bloody English ont deux expressions pour le « par coeur » : By Heart et By Rote. La première désigne la récitation qui semble couler de source, la seconde le psittacisme qui émeut l’hexagone !

  • 25
    Désap .
    25 septembre 2021 à 22:20 / Répondre

    Cher Jean Gaul, tout d’abord merci de ton compliment.
    Je ne suis pas christianphobe, en réalité je ne suis pas christiano-quoique ce soit, le monothéisme ne m’intéresse pas.
    Les Pharisiens sont des juifs, les esséniens sont des juifs et les saducéens sont également des juifs. On aura, je pense, reconnu le judaisme, le christianisme et l’Islam. Bref, le monothéisme c’est l’Histoire des juifs, ce n’est pas l’Histoire de l’Occident. Nous nous sommes appropriés l’Histoire de ce peuple, pour des raisons politiques, par superstition, autrement dit nous avons abandonné notre culture gréco-romaine, incomparablement plus riche à tout point de vue, pour de mauvaises raisons.
    D’autre part, fidèle à 1723 je récuse l’envahissement des loges et de tout raisonnement maçonnique de notions, principes et préceptes religieux.
    La religion n’a rien à faire dans la loge !
    Tant que les réguliers nous bassineront avec « les racines chrétiennes de la franc-maçonnerie », tant que l’on aura pour seule référence la religion pour qualifier les principes maçonniques, je ferai preuve de ce que vous considérez bien trop rapidement de christianophobie.

    • 29
      Jean Gaul
      26 septembre 2021 à 17:41 / Répondre

      25- Excuse-moi Fr:. Désap, mais le Christianisme et le Judaïsme n’ont pas abandonné la culture gréco-romaine.On lit,e.g. dans la New Encyclopedia Britannica « la religion du nouveau testament fut complètement amalgamée avec la tradition platonicienne » et puis-je me référer dans ce sens à Philon, Clément d’Alexandrie, Pseudo Denys, Origène et tutti quanti…

    • 31
      Désap .
      26 septembre 2021 à 19:17 / Répondre

      29 – Mes sources sont les grecs tardifs et témoins directs, « Discours Philosophiques » de l’Emp. Julien (très clairvoyant sur le sujet), les historiens et hellénistes,
      Et puis il y a les faits, notamment les politiques de Constantin et Justinien.
      La religion du nouveau testament n’est en rien à amalgamer avec le platonisme, les néoplatoniciens l’ont parfaitement démontré.
      Mais mon avis sur la religion me regarde et ce n’est pas le sujet.
      Le sujet est l’envahissement de la maçonnerie par les principes religieux.
      Ce n’est pas acceptable, ce ne sont pas les principes établis en 1723.
      Cela devient pathétique, ce qui est spirituel est nécessairement lié à la Bible et ses conceptions.
      Eh bien non je regrette, il y a d’autres approches bien plus riches, bien plus élevées, c’est à l’exploitation de celles-ci que nous invite la maçonnerie, pas à nous enfermer dans la religion.

  • 24
    Pierre Noël
    25 septembre 2021 à 20:47 / Répondre

    Cette discussion, inepte en soi, recèle des questions réelles.
    Les rituels en usage en Angleterre et en Ecosse sont (relativement) aisés à mémoriser. Pourquoi ? Parce qu’on a l’impression qu’ils furent écrits dans ce but ! Les mêmes expressions idiomatiques, les mêmes tournures de phrase, les mêmes chutes de paragraphe se retrouvent régulièrement donnant à l’usager l’impression de déjà-vu. Qu’il s’agisse de Craft ou d’Arch, tout se suit et s‘enchaîne aisément.
    Des 80 ou quelques rituels utilisés outre-Manche qui ne diffèrent que par quelques mots, tics de langage ou particularités locales, l’Emulation est le plus simple et le plus facile à apprendre (vous me direz des nouvelles du Bristol quand vous l’aurez lu!).

    Il n’en va pas de même dans les rituels français ! Pour ne prendre qu’un exemple, qui dira de mémoire : « Monsieur, celui qui aime la vérité, désire de la connaître, il la cherche avec ardeur, il persévère à la chercher, mais ce n’est point encore assez, l’homme qui veut la découvrir doit rompre les liens qui l’enchaînent lui-même, écarter les illusions qui le trompent, vaincre courageusement les obstacles. Il faut donc non seulement que cet homme cherche, et qu’il persévère, mais il faut encore qu’il souffre ; car celui qui, ayant aperçu la vérité, se refuse aux travaux nécessaires pour l’atteindre, est plus malheureux que ceux qui ne l’ont pas vue. »
    Ou encore :  » Vous avez dû trouver ce voyage moins de difficultés et d’embarras que dans le premier ; nous avons voulu rendre sensible à votre esprit, l’effet de la constance à suivre le chemin de la vertu ; plus on y avance et plus il est agréable. Ces cliquetis d’armes que vous avez entendus dans son cours, figurent les combats que l’homme vertueux est sans cesse obligé de soutenir pour triompher des attaques du vice. Vous avez été purifié par l’eau ; il vous reste encore d’autres épreuves à subir, armez-vous de courage afin de les supporter jusqu’au bout » ?

  • 22
    Jean Gaul
    25 septembre 2021 à 15:16 / Répondre

    3- Par cœur: beau principe, mais que doivent faire les « bons maçons « qui n’ont pas cette aptitude cognitive?

  • 21
    Jean Gaul
    25 septembre 2021 à 14:12 / Répondre

    3: ce commentaire admirable nous prouve que désap est super-potable des qu’il parvient a faire abstraction de son obsession christianophobe…

    • 23
      Jean Gaul
      25 septembre 2021 à 15:21 / Répondre

      correction: 4 au lieu de 3

  • 10
    Brumaire
    23 septembre 2021 à 18:04 / Répondre

    Mes FF, il semble que nous ayons eu cette discussion il n’y a pas si longtemps, mais, comme j’ai la flemme de remonter les articles, je vais dire, sans me tromper, avant les vacances maçonniques.
    Je n’ai pas changé d’avis:
    – Apprendre les rituels mot à mot, autant ne rien faire, la récitation n’a pas d’âme.
    Par contre: comme le dit Désap, visualiser les rituels, ce qui veut dire qu’on a beaucoup échangé entre nous pour en saisir le, les sens, et en faire une interprétation quand il le faut.
    Je vais me répéter: pas d’exécution, mais appropriation puis interprétation. Je l’avais écrit naguère: chaque fois que j’entends le mot « exécution », que ce soit pour un rituel ou une oeuvre musicale, l’adjectif « capital(e) » s’impose de lui-même…

    • 11
      JMB
      24 septembre 2021 à 10:31 / Répondre

      10- Brumaire
      Je ne sais pas quel rituel tu pratiques et je ne sais pas comment tu le pratiques mais ce n’est pas une raison pour caricaturer des rites que tu ne connais pas, qui te sont étrangers.
      NON ma chère Brumaire le par coeur dit avec le coeur n’est en aucun cas une ”récitation sans âme”!
      Aurais-tu été traumatisée durant ton enfance par l’école ?
      Le par cœur permet de travailler le rituel, de s’approprier son contenu afin de le restituer, le transmettre à un candidat aux 1er, 2ème ou 3ème grade en le regardant dans les yeux sans être obligé de le lire, de tourner les pages, etc …
      A l’inverse, je ne vois pas en quoi le fait de « visualiser » les rituels peut aider à la qualité des tenues, notamment pour les candidats.
      PS: je ne te connaissais pas comme disciple de Désap !

      • 12
        Will Iam
        24 septembre 2021 à 15:19 / Répondre

        Précisons quand même que le Desap n’a jamais réussi à se faire élire VM de ses loges successives en 25 ans de maçonnerie – que ce soit par manque d’implication ou à force d’y faire la leçon sur tout et à tous exactement comme il le fait sur tous les blogs. Ce n’est pas un mal, mais son expérience quant à la juste « exécution » du rituel par ceux qui officient est donc à prendre pour ce qu’elle est, comme souvent avec lui : un avis bien péremptoire sur des choses qu’il ne maîtrise que très partiellement.

        • 14
          JMB
          25 septembre 2021 à 07:57 / Répondre

          12- WILL IAM
          Merci pour ces précisions sur notre ami Désap qui ne font que confirmer l’idée que je me faisais du bonhomme.

          • 19
            Désap .
            25 septembre 2021 à 13:15 / Répondre

            12/14 – Précisions qui sont fausses.

      • 13
        Pierre Noël
        24 septembre 2021 à 17:51 / Répondre

        J’avoue ne pas comprendre cette discussion (itérative !).
        Bien sûr qu’il est lamentable de voir un couvreur user d’un copion (sic) pour dire : VM, la loge est couverte extérieurement. Il l’est tout autant que le véné, le MDC ou l’expert doive se servir du rituel pour communiquer les « secrets » du grade.
        Bien sûr il n’est rien de tel que regarder le candidat dans les yeux lors de la cérémonie ! Il est difficile de le faire en récitant un texte mal appris, mal compris, mal récité ou (pire) mal lu !Ce n’est ni psittacisme, ni balbutiement, ni passion « christique » (pour employer un mot qui n’a rien à faire dans le débat mais qu’emploient à tort et à travers tous les oncles Sosthène). C’est simplement respecter le(s) candidat(s), l’auditoire, le jeu et le texte. Comme raconter le petit chaperon rouge à un enfant qui a déjà entendu mille fois l’histoire.

        • 15
          JMB
          25 septembre 2021 à 08:07 / Répondre

          13- Pierre Noël
          Merci pour ton commentaire auquel j’adhère à 200% bien évidemment. Je me sens moins seul tout d’un coup !😏

        • 16
          Sterling
          25 septembre 2021 à 10:31 / Répondre

          @ PIERRE NOËL
          Voila ! gratitude, c’est bien …mais c’est mieux en le disant

        • 18
          lazare-lag
          25 septembre 2021 à 11:26 / Répondre

          @ Pierre Noël (13):
          L’avantage avec notre frère Pierre Noël c’est que non seulement on apprend des choses, mais en plus on apprend des mots.
          En tout cas j’apprends des mots.
          Mais supposant que d’autres que moi ont pu également s’interroger devant certains termes employés ici, je me permets de signaler leur signification, la pédagogie c’est d’en faire profiter tout le monde:
          – copion: mot signalé comme étant français de Belgique, et que nous connaissons mieux en France sous le vocable de: anti-sèche.
          Du coup, maintenant je comprends mieux le sic.
          – psittacisme: répétition mécanique comme un perroquet de mots ou phrases par une personne qui les dit sans les comprendre.
          Pour le dire vrai, je ne suis pas certain d’utiliser ces deux termes quotidiennement, ni dans la vie profane, ni sur les colonnes, mais promis, juré, je vais me faire un copion pour m’en souvenir, et tâcher d’éviter tout psittacisme en les utilisant!
          Qu’en aurait pensé l’oncle Sosthène? Y aurait-il vu des mots passants?
          ( Désolé Pierre, je sors, honte sur moi jusqu’à la treizième génération!!!)

        • 20
          Désap .
          25 septembre 2021 à 13:23 / Répondre

          13 – Heu non, surtout : sans passion tout court.
          Père JMB est passionné, lui, il l’écrit. C’est bien le problème en maçonnerie : se débarrasser des passions.
          Y aurait-il des passions acceptables ? Comme les religieuses par exemple ?
          Le coeur = passion c’est religieux, ce n’est rien d’autre.
          Eh bien non, il n’y a aucune sorte de passion en maçonnerie.

  • 9
    JMB
    23 septembre 2021 à 16:19 / Répondre

    « Parler avec passion, avec son coeur », « par cœur, avec le coeur  » serait selon un certain extrémiste laïcard ”des conceptions typiquement religieuses, christique » !
    1- il faut avoir une méconnaissance absolue du Rite Émulation et de son histoire pour raconter de telles inepties,
    2- le par cœur n’a d’autre but que de libérer celui qui officie et de vivre le rituel de l’intérieur,
    3- si on suit ’absurdité de son ”raisonnement” on en déduirait donc que tout bon orateur, tout bon artiste en général n’exécutera sa tâche, son travail qu’en fonction de ses conceptions religieuses. Du grand n’importe quoi !
    D’une façon plus générale, vomir constamment sur la religion, pour tout et n’importe quoi, ce n’est pas faire preuve d’une grande intelligence mais au contraire d’une pensée extrémiste incompatible avec nos valeurs maçonniques.

  • 8
    Désap .
    23 septembre 2021 à 09:58 / Répondre

    « parler avec passion, avec son cœur »
    « par cœur, avec le cœur (passion) »
    Voilà typiquement des conceptions religieuses, christiques.
    Le travail du maçon, sur lui, consiste prioritairement à se défaire des passions, qu’elles viennent du coeur, de la pensée ou qu’elles soient gestuelles.
    La passion aveugle celui qui s’y adonne, le maçon effectuera son travail avec calme, intelligence et rigueur.
    Tous les rites, sans aucune exception, nécessitent une exécution fluide, intelligible et juste. Le ton, la précision et une connaissance parfaite du texte des rituels, l’ensemble débarrassé de toute passion, sont donc indispensables en maçonnerie.
    Nous n’exécutons pas une liturgie, nous n’exerçons pas au sein d’un édifice religieux, nous sommes en loge.

  • 6
    JMB
    22 septembre 2021 à 15:27 / Répondre

    Au rite Émulation, comme pour d’autres rites ( le rite d’York par ex.), la question du « par cœur » ne se pose pas : le VM en chaire et ses Officiers sont sensés connaître TOUS leurs rituels par cœur. Mais pour que la cérémonie soit une vraie réussite pour le candidat, mais également pour tous les F. présents, il est nécessaire et indispensable d’y ajouter 2 autres ingrédients indispensables et complémentaires :
    1- parler avec passion, avec son cœur,
    2- maîtriser la gestuelle
    D’oú l’intérêt, pour finaliser ce triptyque, de la la Loge de démonstration que nous avons crée avec Jacques Grill et Charly Roch au sein de la GLNF.
    En conclusion, il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs en incitant les F. à visualiser avant de maîtriser ce triptyque : par cœur, avec le cœur (passion) et la gestuelle.

    • 7
      Sterling
      23 septembre 2021 à 08:48 / Répondre

      York, Emulation …et aussi Standard d’Ecosse ou rit écossais d’Ecosse, les rites A/S en fait,

  • 4
    Désap .
    21 septembre 2021 à 18:40 / Répondre

    3 – Visualiser le rituel s’entend de deux manières qu’il convient également de travailler.
    Tout d’abord visualiser la théâtralité, y être attentif. D’où l’importance, notamment pour les Apprentis, d’une exécution et d’une expression sans hésitation par le VM et les officiers de la loge.
    Il ne s’agit pas, pour eux, de dire le texte par coeur et de faire des gestes justes, c’est plutôt une exécution, nous sommes au travail.
    l’exécution doit être parfaitement harmonieuse entre toutes ses déclinaisons parce que ceci est nécessaire pour rendre le rituel intelligible, et éviter de le réduire à une formalité qui ainsi ne se résumerait qu’au simple respect d’usages sans aucun pouvoir d’élévation.
    Puis la visualisation intellectuelle. Par la perception de la mécanique du rituel on gravit les marches tout au long de la tenue ; le sommet atteint (dernière marche gravie avant la Chaine d’Union) je pense qu’il est important d’exécuter l’instruction, systématiquement, elle est en quelques sortes une mesure de la rigueur et de l’ordre ayant présidées à tout ce qu’il vient de se dérouler depuis l’entrée rituelle du VM et de ses officiers.
    Après chaque Tenue, devraient apparaitre de nouveaux éléments de compréhension du rituel d’Apprenti, même pour les Maitres, même pour les 4è Ordre et les 33è degrés.
    La cérémonie d’initiation et le rituel d’Apprenti ne sont pas épuisables, parce que toute la maçonnerie s’y trouve.
    De mon point de vue, les grades de Compagnon et de Maitre ne sont, si je puis dire, qu’une prise de responsabilité de l’exécution de ce qu’implique le contenu du grade d’Apprenti.
    C’est la raison pour laquelle, je change de sujet mais c’est important, il n’est pas question de rester un éternel Apprenti ; c’est une fausse modestie, pas dans la posture, mais dans le fondement.

    • 17
      Sterling
      25 septembre 2021 à 10:34 / Répondre

      psittacisme !?

  • 3
    Sterling
    21 septembre 2021 à 14:56 / Répondre

    Visualiser, bien sûr mais aussi l’apprendre , vous savez, probablement, que des rites pratiquent leur rituel par cœur (?)
    Compréhension et connaissance …assurément mais le dire est diffèrent de le lire.

  • 2
    Désap .
    21 septembre 2021 à 10:17 / Répondre

    Très intéressant, il s’agit plus, en effet, de visualiser le rituel que de l’apprendre, cette visualisation favorisera sa compréhension et la compréhension mènera assurément à la connaissance textuelle, condition impérative à la sérénité qui caractérise la loge.
    Il faut l’admettre parce que ceci permet la compréhension du rituel : la loge se trouve hors du temps, c’est à dire hors de la dimension corporelle, hors de la condition humaine, elle se trouve dans le domaine des principes qui gouvernent la matière. C’est ainsi que tout est symbole, c’est ainsi que le grade d’Apprenti épuise la morale et le Compagnon entre dans l’univers des réalités et le Maître dans la réalité.
    D’aucuns diront que la loge est le domaine divin. Je ne le pense pas, ce domaine est encore au-delà, il est l’objet du chemin initiatique.
    Il s’agit de s’y diriger, conscient qu’il est inaccessible par les sens, qu’il l’est pas le seul vecteur intelligible de ce point de vue, la pensée débarrassée de toute contingence.
    La pensée pure, celle dont on peut supposée qu’elle participe de l’émanation des principes dont la matière est la manifestation, la pensée pure qui permet le jugement, et l’on comprend que toute manifestation est une projection que toute contingence dégrade.
    .
    « Alors, laissant toute connaissance raisonnée, conduit jusqu’au Beau et résidant en lui, on étend sa pensée jusqu’à lui en qui on est ; et, emporté par la vague montante de l’intelligence, soulevée jusqu’en haut par le flot qui se gonfle, on voit tout à coup, sans savoir comment »
    Plotin.
    L’intuition, lumière de la pensée.

  • 1
    Yonnel Ghernaouti
    21 septembre 2021 à 06:17 / Répondre

    Rappelons que l’ouvrage de François Bénétin « Dans le secret des mots – Dictionnaire pratique des 150 mots clés et plus de la Franc-Maçonnerie » (Ivoire Clair, 2006) est épuisé et, hélas, non réédité…

    • 5
      doute
      21 septembre 2021 à 21:05 / Répondre

      Cependant l’ouvrage de François Benetin »Dans le secret des mots… « est disponible d’occasion sur plusieurs sites (RAKUTEN, abebook, Amazon, eBay..) mais à des prix parfois excessifs

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous