Qui est Jacques Cécius ?

Publié par Jiri Pragman
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 23 mai 2007
Étiquettes :
  • 4
    Philippe
    25 mai 2007 à 09:44 / Répondre

    Dès le 3 on sent une reprise en main par les calotins, d’autant mieux appréciée par les nobles et bourgeois qu’elle les placait bien au dessus de la plèbe des ouvriers et artisans opératifs… au moins arithmétiquement parlant !!!
    ( çà c’est pour bousculer les vaniteux )

    Mais c’est vrai que le deux est le plus beau.

  • 3
    Jacques Cécius
    24 mai 2007 à 18:37 / Répondre

    Merci à Pilou, à qui je dis « sois assuré que si la police avait pris le pouvoir, je n’aurais pas participé ».
    Merci Emilie Larochelle, à toi aussi.
    Entre nous, un F.°. d’une loge anarcho-bobo m’a dit un jour que je n’étais pas digne d’être 3e, et que je resterais toute ma vie Compagnon. Je suis Compagnon dans le fond de mon âme. C’est le plus beau grade pour moi !

  • 2
    emilie larochelle
    23 mai 2007 à 23:50 / Répondre

    En tout cas il nous offre de bonnes raisons de croire que la franc-maçonnerie est plurielle…

  • 1
    Pilou
    23 mai 2007 à 18:59 / Répondre

    Ah … Ce Cher Jacques,

    Mais comment peut-on faire pour créer, entretenir la contreverse comme Jacques le fait. Je ne parle pas seulement du blog… Bien avant que n’existe le blog (pardon, Jiri), Jacques, diffusait ses idées, conceptions, interrogations, voire révoltes (spirituelles – aie ! ! – s’entend) dans les pages d’un journal de sa région … Mais ses commentaires ne me sont jamais apparus comme des brûlots qui visaient à détruire sans reconstruire. Et la question que je me pose est justement celle-là : Jacques n’est-il pas parfois mal perçu parce qu’il met le citoyen au pied du mur (n’y voyez aucun jeu de mots) et, a fortiori quand le citoyen est un F. ou une S. La seule question que je poserais à Jacques serait, à l’exemple de ce que fit un F. magistrat dans une pl., est la suivante en transposant quelque peu de la magistrature au Corps auquel Jacques appartenait professionnellement: « Imaginons que ce Corps prenne le pouvoir, comment Jacques aurait-il dû ou se serait-il comporté. Comment aurait-il concilié ses obligations maç. et prof. ? Mais Jacques a certainement déjà répondu !
    Mais le problème, et tout F.-M., homme ou femme, doit se poser la question: pourquoi les interrogations posées par Jacques nous bousculent-elles? Pourquoi certains raisonnemenents de Jacques sont-ils mal perçus ? Parce que la vérité n’est jamais bonne à dire ? ou à accepter ? ? ?
    Dès lors …, comme Jacques, ayons le courage d’avoir une opinion raisonnée, imprégnée de la L., une opinion qui pose question, qui montre que l’on n’atteind jamais le bout du chemin et surtout ayons la Force de la défendre dans nos LL. avec Force, Sagesse et Beauté … avec tous les risques « fraternels » que cette attitude entraîne.
    Et enfin, tentons de la transposer dans la vie prof.

    Merci Jacques

    Vous excuserez les fautes de frappe mais les yeux … Cher Jiri, il n’y a pas un truc pour augmenter la taille de la police (pardon Jarcques :o)) . Bien sûr que la technique existe mais pourrais-tu l’appliquer au blog sans créer le désordre. Evidemment, il y a le copier/coller.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous