Trescases REAA

Le REAA, ça sert à quoi ? Jacques Trescases interviewé par Jacques Carletto

Publié par jissey

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 12 mars 2017
  • 13
    Éric BON
    13 avril 2017 à 08:30 / Répondre

    Jacques Trescases parle ici remarquablement du Rite Écossais, le REAA, comme il eût pu parler de tout autre rite… Souvent, le maçon frappe à l’entrée du Temple en Candide absolu (c’est d’ailleurs souhaitable) et le choix du rite ne lui vient que du parrainage, du hasard, en somme… « Être né quelque part, pour celui qui est né, c’est toujours un hasard »…
    Un rite en vaut un autre… Ce qui importe est la sincérité de la démarche, puis sa profondeur, son acculturation, au prix, parfois, de longs efforts… C’est à cette lente et laborieuse progressivité, que pense Trescases… Et elle se vaut, dans tous les rites…
    J’ai lu, çà et là, non seulement que le REAA serait « meilleur que les autres »…, mais, pire encore, que le REAA pratiqué par le DH surclasserait les autres REAA… Il laverait plus blanc que blanc, donc??
    Les souhaits de certains équidés ne montent pas aux cieux, heureusement!! Et la patronne dudit Ordre Mixte International du DH, que je connais assez…., est à mille lieues de prôner de telles « guerres des boutons maçonniques »…
    En revanche, j’ai apprécié les commentaires selon lesquels le REAA suppose l’évocation du GADLU (qui est tout SAUF une « croyance » – mais, bien au contraire, un archétype d’universalité…)… Ignorer cette évocation (dans le REAA) serait signe d’ignorance du REAA lui-même, aux sens historique, philosophique et initiatique… Ce n’est que mon opinion de Grand Commandeur d’un Suprême Conseil du REAA « reconnu »…

  • 12
    Corinthien
    19 mars 2017 à 10:20 / Répondre

    Le REAA ça sert à quoi ? Nous pourrions aussi nous poser la même questions pour les autres rites.
    Chaque rite, selon moi, peut apporter sa pierre à l’édification de notre temple intérieur et de nos rapports à la Vie.
    A chacun de définir, selon sa propre conception de soi et ses propres valeurs, quels rites il souhaite suivre, d’ou l’importance de la connaissance de chaque rites proposés afin que le choix soit fait en corrélation avec ce que l’on souhaite vivre.
    Pour ma part, je suis au Français en loges bleus et au REAA en perfection. Je retrouve ainsi une sorte de sérénité et de pont entre ma vie M.:. et ma vie profane à la pratique de ces 2 rites…

  • 10
    willermoz 59
    14 mars 2017 à 09:20 / Répondre

    Oui alors comme le chantait Bon Scott , let there be rock !! mais dans la chanson c’était précédé de let there be light !!

  • 5
    Jean_de_Mazargues
    13 mars 2017 à 08:55 / Répondre

    Comment peut-on être à la GLAMF ? Etre dissident de l’obédience régulière ? N’y-a-t-il pas là une contradiction ?

  • 3
    SAMUEL Gilbert
    12 mars 2017 à 21:31 / Répondre

    Reponse à AYMERI :
    La version pratiquée par l’ORDRE MIXTE INTERNATIONAL  » LE DROIT HUMAIN  » est sans aucun doute la meilleure ……!!!!!!

  • 2
    Chicon
    12 mars 2017 à 10:33 / Répondre

    Mais a quoi ça sert d’être franc-maçon ?
    J’ai d’abord eu le sentiment progressif d’être une brique dans un ouvrage vaste dont je ne voyais pas la fin. J’étais une petite chose liée à un ouvrage organisé, suivant le plan d’un Grand Architecte.
    Je n’existais pas tout seul mais avec les autresc: un temple c’est plus qu’une brique ou une pierre. C’est autre chose de plus grand et qui a un sens.
    À partir de cette « maïeutique » comme diraient Socrate et Trescases, j’ai ensuite essayé de comprendre le « plan » de ce vaste ouvrage, en y pénétrant.

  • 1
    aymeri
    12 mars 2017 à 10:23 / Répondre

    Le REAA est diversement pratiqué avec différentes versions ….laquelle serait la référence ? Et pourquoi ?

    • 4
      Luciole
      13 mars 2017 à 00:29 / Répondre

      Tout dépend des dates.Est-ce tellement important? et pour obtenir quoi?
      Quelle version des symphonies de Beethoven est la plus authentique?
      Quel chef les dirige le mieux? au nom de quoi? Est ce qu’il faut n’écouter et ne pratiquer que Beethoven,ou Bach?ou Chopin ou les contemporains?

      • 6
        aymeri
        13 mars 2017 à 15:17 / Répondre

        Oui tout dépend des dates…les accommodements des divers rituels REAA que j’ai pu « subir » troublent la version originale/originelle ? On ne s’y retrouve plus…chacun y va de sa symphonie. Les maçons entièrement à part acceptent ces retouches parfois surprenantes y compris l’expurgation du GADLU !
        Je préfère les airs du Frère Mozart !
        Augmente ta lumière luciole ?

      • 7
        Horus
        13 mars 2017 à 20:01 / Répondre

        @Luciole
        Ce ne sont pas les dates qui sont importantes mais la cohérence des rituels par rapport aux fondamentaux du Rite.
        .
        Un des fondamentaux du Rite est la croyance en un principe supérieur (créateur et organisateur) appelé GADLU.
        .
        Si l’on récuse ce principe en le laissant « ad libitum » (si on veut) dans les rituels, comme l’a fait le GODF bien après les textes princeps, on n’est plus dans le même regard sur le monde (ou cosmos). Il y a là deux paradigmes irréconciliables, et cela explique qu’un certain nombre de phrases ont dû être modifiées dans leurs rituels pour ne pas être en contradiction avec la croyance, pas très bien définie d’ailleurs et volontairement, du GADLU.
        .
        Ou c’est avec un GADLU et alors c’est le REAA, ou c’est sans, mais alors cela n’a de REAA que le nom. Bien que cette autre vision soit respectable, garder le même nom pose quand même problème.
        .
        Il ne s’agit pas de la même symphonie (quel que soit l’auteur) interprétée selon des sensibilités différentes mais de musiques totalement différentes. La musique c’est le verbe, elle dit quelque chose, mais comme le logos, elle ne peut pas dire tout et son contraire.

        • 8
          Michel Lecour
          13 mars 2017 à 21:32 / Répondre

          Horus fait une mise au point fondamentale. Et lire Trebuchet pour comprendre comment et sur quels points en particulier, le REAA se nourrit de son environnement, et se transforme, est une salutaire démarche de connaissance versus le poids des croyances.

          • 9
            Chicon
            14 mars 2017 à 08:58 / Répondre

            @Horus & Lecour. La Franc Maconnerie sans le GADLU c’est du rock and roll sans répétition préalable.

        • 11
          Luciole
          14 mars 2017 à 11:23 / Répondre

          @Horus
          La cohérence par rapport à quelque chose suppose tout de même une date de référence.
          Les fondamentaux existent à partir de leur datation.
          Je ne discuterai pas du reste plutôt d’accord avec toi.
          En ce qui concerne la Musique je voulais simplement exprimer que l’on s’enrichit d’avoir des sources diverses,l’interprétation ne venant qu’ensuite.
          (Au passage une musique peut justement dire tout et son contraire c’est aussi sa force,tout dépend de sa réception.)
          Cordialement

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous