Renaissance Traditionnelle n°160

Publié par Jiri Pragman
Dans Edition

Le n°160 de Renaissance Traditionnelle, revue d’études maçonniques et symboliques, est daté d’octobre 2010 (même si, en réalité, il est sorti en février 2011) mais il n’avait pu encore être abordé ici.

Comme c’est l’habitude dans cette revue fondée par René Désaguliers qui l’a dirigée de 1970 à 1992, les articles sont le fruit de véritables recherches et jettent un regard averti sur des points d’histoire comme sur des réalités contemporaines. Ainsi Daniel Kerjan raconte Les débuts herutés du Grand Orient de France 1771-1774 en décrivant en détail le déroulement des évènements, citant convocations, procès-verbaux et autres courriers, s’intéressant à l’exigence de « régularité » dans les règlements de la Grand-Loge, à la contribution annuelle des Ateliers per capita, à la fin de l’inamovibilité des charges des Vénérables. Ce qui est intéressant avec les faits historiques, c’est qu’on peut souvent leur trouver un écho contemporain; lisons: La semaine suivante, (…) la centaine de maîtres parisiens se réunit « par division et en quatre lieux différents », pour éviter les inconvénients qu’une assemblée trop nombreuses aurait pu générer (…). Cela ne vous rappelle-il pas l’organisation d’une assemblée générale dans une autre Obédience? L’article de Kerjan est complété par une chronologie des constitutions et reconstitutions des loges par la Grande Loge de France puis la Grande puis la Grande Loge Nationale 24 juin 1771 – 22 octobre 1773. Y figurent aussi les Loges qui n’ont pas ensuite été reconstituées par le Grand Orient de France.

Quant à Jean-Pierre Laurant , il se pose la question Quel espace pour l’ésotérisme chrétien dans l’Europe moderne? Et il aborde un cas d’école: l’Italie contemporaire. De l’aveu de l’auteur, le tableau qu’il trace doit beaucoup aux travaux de Massimo Introvigne et Pier Luigi Zoccatelli; il prend en compte l’origine des divers mouvements acculturés en Italie et l’osmose entre les divers groupes dont les adeptes ont eu tendance à passer de l’un à l’autre: maçonneries de marge des rites égyptiens, Martinismes, Eglises gnostiques, Société théosophique ont connu d’étranges ballets de fondateurs/dirigeants.
Francis Delon, en une dizaine de pages, a entrepris de décrire Les loges iraniennes de la Grande Loge Nationale Française. C’est après la régularisation de 10 Frère iraniens en octobre 1955 à Paris par la Loge Confiance ,°25 que fut fondé le même mois le 1er Atelier de la GLNF sur le territoire iranien, la Loge Mowlavy n°49. L’article mentionne la présence d’Iraniens dans d’autres Loges de la GLNF en métropole. La Grande Loge de District d’Iran fut installée en 1960. Delon décrit chacune des 10 Loges de ce District d’Iran, qualifiant leur implantation de soutenue et leur recrutement d’élitiste

Renaissance Traditionnelle
BP 161 – 92113 Clichy cedex
E-mail: rt92@wanadoo.fr
Site web: www.renaissancetraditionnelle.org

vendredi 1 juillet 2011

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif