Renaissance Traditionnelle n°162

Publié par Jiri Pragman
Dans Edition

Ce n°162 de la revue d’études maçonniques et symboliques Renaissance Traditionnelle est loin d’être monolithique puisque ce sont des sujets fort variés qui sont abordés par divers auteurs. Parmi ceux-ci, Jérôme Rousse-Lacordaire, dominicain, qui nous montre Dieu au travail en tant que vigneron! Et à la lecture de cet article, on peut se demander si nous n’aurions pas pu devenir des Francs-Vignerons plutôt que des Francs-Maçons, la Bible évoquant plus souvent le raisin, le travail de la vigne et celui du fouleur, et le vin.

Pierre-François Pluviaud a déjà rédigé articles et livres sur les musiciens francs-maçons. Ici, il nous invite à découvrir parmi les musiciens d’église francs-maçons à Paris, les organistes pendant la période 1790-1815.

Ludovic Marcos nous ramène en 2001, alors que Robert Amadou lui accordait 2 entretiens. Ceux-ci portent sur Le Rite de Memphis-Misraïm dans la seconde moitié du XXe siècle. On ne peut qu’inviter certains « Egyptiens » à lire attentivement ce dialogue où Amadou dénonce deux légendes à combattre et un mythe à défendre. Amadou est également interrogé sur Memphis-Misraïm au Grand Orient de France et sur l’itinéraire de Robert Ambelain.

Dans ce numéro s’achève l’étude de Francis Delon sur Les loges iraniennes de la Grande Loge Nationale Française, un article documenté qui s’achève sur la constitution d’une Grande Loge d’Orient en exil, la Franc-Maçonnerie ayant été proscrite dès la chute du Shah et l’avènement de la République islamique.

mardi 25 octobre 2011
  • 1
    JB Bienvenue
    26 octobre 2011 à 19:23 / Répondre

    L’article sur les organistes n’est pas de Pluviaud, mais de Pinaud !

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif