Retour sur les dérives… en France

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
samedi 18 octobre 2008
  • 2
    nicolas dupond
    20 octobre 2008 à 09:18 / Répondre

    N’étant pas de la Grande Loge Nationale Française et étant donc neutre en la matière, je trouve tout de même un peu fort de café que cette obédience doive traîner comme un boulet des faits s’étant déroulée dans les années 90, certes graves mais n’impliquant que quelques Frères.

    Même si je ne suis pas écouté, cela va encore dans le sens d’un profond sentiment antimaçonnique de la part des élites françaises notamment journalistiques.

    On n’st pas en 40 mais (…)

  • 1
    Burdeos
    19 octobre 2008 à 12:30 / Répondre

    C’est amusant ce terme de « contorsion footballistique » surtout appliqué à M. Stifani qui a déclaré avoir été initié au Droit Humain. Je peux donc supposer que la mixité, du moins en Loge, il connait ! Je crois simplement qu’il n’est facile de faire comprendre à un public large (« profane ») pourquoi on préfère telle ou telle structure pour la mise en oeuvre de sa démarche maçonnique. Personnellement, j’ai changé d’obédience et choisi une dialectique/philosophie qui me convient mieux, et celà ne se réduit pas pour moi à un choix de genre masculin/féminin/mixte. La modernité temporelle se vit dans la société, la spiritualité a besoin d’un peu plus de discrétion, de calme. Je repense toujours au titre de ce film « Le goût des autres » : ce titre est en soi une invitation au respect (réciproque) de l’altérité et de ce fameux vivre-ensemble après lequel certaines de nos sociétés humaines constituées courent peut-être… enfin je l’espère pour ce coin du monde où je vis !

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous