Rite Français. La Charte de Barcelone par Hervé Vigier

Publié par Jiri Pragman
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 26 juin 2011
Étiquettes : , , ,
  • 4
    EMEREK
    27 juin 2011 à 20:18 / Répondre

    Merci à toi , Pascal , pour toutes ces précisions intéressantes.

  • 3
    Pascal
    27 juin 2011 à 17:05 / Répondre

    @ Emerek :

    Pour répondre dans la mesure du possible à tes questions, voici ce que j’en sais ou en ai compris :

    – Il n’y a pas de rapports officiels à ma connaissance avec le GODF, même si des rapports officieux ne sont pas à exclure. En effet, le Frère Hervé Vigier a été invité au mois de mai par un Souverain Chapitre du Grand Chapitre Général du GODF, en présence du Très Sage et Parfait Grand Vénérable.

    Une autre déclaration dite « de Lisbonne », et ayant donné lieu à une « Charte des principes fondamentaux du Rite Français », a été officialisée à l’issue d’une réunion de différents Grands Chapitres Généraux et de Grandes Loges/Grands Orients en date des 23, 24 et 25 avril 2011.

    Il me semble que l’attachement à la Charte de Lisbonne (lancée par le GODF) n’exclut en rien une ouverture à celle de Barcelone. En effet, être fier d’être au GODF et en son Grand Chapitre Général n’empêche pas de s’intéresser à d’autres manières complémentaires de travailler le Rite Français.

    – Pour la référence GADLU, c’est en effet un frein possible pour ceux qui pensent que le GADLU, Dieu ou tout autre symbole de ce type n’ont pas grand’chose à voir avec leur conception de la Maçonnerie (encore que la pratique des Chapitres du Grand Chapitre Général du GODF soit multiple, allant de la plus « traditionnelle » à la plus dépouillée, avec pour certains la référence au GADLU, si si…).

    – En fait, le Frère Hervé Vigier est un auteur connu pour ses ouvrages sur le Rite Français, son histoire passée et sa renaissance contemporaine.

    Il travaille dans l’esprit et la continuation de frères fondateurs tels René Guilly, qui ont apporté la pratique du Rite dans diverses Obédiences comme la GLNF, la GLTSO ou la LNF, sous une forme traditionnelle renouvelée appelée « Rite Moderne Français Rétabli ». puis « Rite Français Traditionnel ». Quelques Loges du GODF travaillent également selon ces variantes du Rite (qui datent des années 60-70).

    Hervé Vigier est un ancien de la GLNF qui s’est solidarisé des Frères mutins « anti-stifanistes » (FMR et Myosotis). Je peux comprendre son esprit d’ouverture à travers ce Sublime Conseil, qui vise à renouveler l’esprit maçonnique qui a été perdu par la GLNF et son fonctionnement antidémocratique.

    Le but du Sublime Conseil n’est pas, me semble-t-il, de créer une superstructure de plus, mais simplement de permettre à tous ceux et toutes celles pratiquant les Hauts-Grades du Rite Français de le faire ensemble et en commun, quelle que soit la Juridiction ou l’Obédience d’origine (en intégrant y compris des Chapitres dits « sauvages », tant qu’une filiation authentique peut être prouvée).

    – Il me semble que cette nécessité d’indépendance immobilière fait simplement référence au fait que le Sublime Conseil n’étant pas une Obédience ni un Grand Chapitre Général, il ne gère pas l’aspect immobilier des Chapitres intéressés de rejoindre son projet.

    Si par exemple un Souverain Chapitre du Grand Chapitre Général du GODF souhaite s’associer à ce projet, il le fera tout en restant affilié au GCG du GODF et en payant ses frais immobiliers à la SOGOFIM.

    Tel que je le comprends, ce Sublime Conseil est aux hauts-grades du Rite Français ce que le CLIPSAS par exemple est aux Grandes Loges et Grands Orients qui se reconnaissent dans son projet. Chacun reste autonome, tout en travaillant ensemble de temps en temps.

  • 2
    EMEREK
    26 juin 2011 à 21:30 / Répondre

    Pas tout à fait d’accord avec JPDélas .
    je ne connais pas ce frère, mais son désir de rassembler ce qui est épars me semble être très honnête.
    Certe l’interview est peu tonique…….
    Il reste quelques questions
    -Quels sont ses rapports avec le GODF
    -Le travail au GADLU (peut-être nécessité par l’international )ne va pas forcément plaire.
    -Ces sublimes conseils vont ils unifier le rite ?
    -Je n’ai pas très bien compris cette histoire de nécessité d’indépendance immobilière ?
    -Enfin on voit bien les oeillades marquées aux frères de la GLNF ….qui ,si je m’abuse ,ont récupéré une patente brésilienne ….

  • 1
    jp Délas
    26 juin 2011 à 20:16 / Répondre

    Tout cela est bien creux.
    Interviewer médiocre, réponses à l’unisson.
    Où est le souffle?

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous