Toulouse : l’abandon « des valeurs irriguées par la tradition maçonnique »

Publié par Géplu

Décidément la franc-maçonnerie semble souvent évoquée pour le second tour des élections municipales en France. Après Lyon avant-hier, voici que c’est à Toulouse qu’une personnalité évoque publiquement la franc-maçonnerie dans sa communication.

Afin d’éviter toute polémique, je précise que n’étant ni lyonnais ni toulousain, je ne connais rien des situations ou des « intrigues » locales, et que je ne prend évidemment parti pour personne. Je me contente de relever des cas où il est fait état de la franc-maçonnerie. A Toulouse donc, un certain Jacques Lévy, « ancien candidat socialiste à la mairie de Toulouse lors des municipales de 1989 et 1995 » s’est confié à La Dépêche :

Lui qui a quitté le PS depuis longtemps intervient aujourd’hui dans le débat pour dire son désaccord avec le positionnement de la liste d’union de la gauche Archipel citoyen dans laquelle il ne se reconnaît pas mais aussi son inquiétude « pour l’avenir de Toulouse ». (…) Le fond de son désaccord repose sur « les valeurs » : « Toulouse a toujours été bigarrée, une ville de colère, rugueuse mais humaniste. Et aujourd’hui, je n’entends pas parler d’humanisme, de tolérance, de respect des autres. Les valeurs du PS sont noyées dans un consortium. » Pour l’avocat, le PS « n’a pas bien défendu ses valeurs dans cette affaire », des valeurs, irriguées par la tradition maçonnique, qu’il retrouve dans toute l’histoire de la gauche, rappelle-t-il.  

samedi 6 juin 2020
  • 38
    PASCALE
    8 juin 2020 à 21:05 / Répondre

    Lu sur le site de l’ONFM à la gloire d’Alain Soral mais pas dénué de bon sens pour ce passage me semble-t’il…

    « Ce que je vais vous dire va peut-être vous sembler fleurer bon l’ésotérisme kabbalistique ou oriental, mais dans le monde des hommes il y a trois grandes catégories : les sachants, les croyants et les ignorants. Cette tripartition spirituelle est un invariant historique. Une société saine est une société où les sachants guident les croyants vers le Bien, c’est-à-dire l’amour de la Vie. Ainsi les croyants désirent à leur tour élever spirituellement les ignorants. Si les sachants méconduisent les croyants, ces derniers mépriseront le peuple et la tyrannie politique prévaudra.

    Quand on vient de là où je viens, on ne se pose plus la question de savoir si les hommes sont égaux. On sait bien qu’ils ne le sont pas, on regrette seulement que la « race des maîtres » ne soit pas portée par les valeurs de courage et d’amour, mais par la soif de posséder et le mensonge. »
    http://observatoirefm.blogspot.com/2013_06_01_archive.html

    Cela m’a fait beaucoup réfléchir sur la bipolarité entre utopie et réalité fraternelles.

    Mais encore sur la chance qu’offre la FM de passer de Apprenti-ignorant à Compagnon-Croyant et à Maître-sachant.
    Un travail sur soi et par soi-même dans la liberté de conscience et de son propre devenir.

    Pour irriguer quoi que ce soit d’une Tradition, faudrait il encore retrouver la Tradition ?
    Une distinction franche entre le profane et le sacré, une étanchéité entre le bleu et ce qu’il y a au-delà du grade de Maître,
    Un travail assidu en Loge avec, sinon sagesse, au moins authenticité et courage dans la manifestation du meilleur de nous même…
    Et un enthousiasme certain pour l’épanouissement de son prochain et l’harmonie dans la société.

  • 35
    GépluAdministrateur
    7 juin 2020 à 21:07 / Répondre

    Une fois encore certains échanges n’avaient plus rien à voir avec le sujet et se résumaient à des invectives. j’y ai mis fin et commence à en avoir marre de devoir jouer les gendarmes. 🙁
    Ceci dit les commentaires restent bien sûr ouverts à tous ceux qui savent contrôler leurs paroles.

    • 36
      ERGIEF
      7 juin 2020 à 21:13 / Répondre

      👏👏👏

  • 29
    Désap.
    7 juin 2020 à 12:03 / Répondre

    24 – Voilà bien illustrée la mièvrerie dont je parle, craignant la franchise du débat qu’elle assimile à la violence.
    Voilà les pleureuses qui ne connaissent pas l’Histoire et le ton des débats à l’Assemblée de la IIIéme République, époque où tout était à construire.
    Mous nous sommes devenus, ne comptez pas sur moi pour l’admettre, surtout aux jours où ce que nous avons construit est menacé d’être coté en bourse et les Services d’ordre de la République mis à la disposition des vautours.
    Les banques, Arnaud et les GAFAM durcissent leur position ?
    Les Républicains durcissent leur position.
    Il n’y a pas plus de socialisme que de beurre en branche, il y a la République et le libéralisme anglo-saxon.

    • 30
      Idriss
      7 juin 2020 à 16:58 / Répondre

      @DÉSAP.

      même si sur le plan « religieux » nous sommes souvent en désaccord, sachez que sur le plan politique je vous rejoins totalement sur ce que j’ai pu lire de vous dans cette publication… Je suis né dans cette ville, fils de prolos smicard, tous les deux toute leur vie, je peux vous témoigner que sans cette gauche toulousaine bien rouge et bien laïque, c’est à dire de combat, les choses auraient encore plus difficile pour nous… et puis un jour, la finance s’est emparée des pouvoirs, au pluriel… mais Toulouse reste assez rouge comparé à d’autre ville… voilà, ceci dit maintenant on peut continu nos empoignades…

  • 27
    Cogitore Jean-Pierre
    7 juin 2020 à 11:56 / Répondre

    Bonjour, je suis vos commentaires dont certains me laissent franchement surprenant. Quoique chacun ait un chemin différent au sein de la famille maçonnique (ici je veux perler des RL régulières et des RL sociétales – les deux existent, les deux apportent leurs Lumières à la société ; l’une apportant au Maçon l’envie et la volonté d’apporter sa pierre au monde profane, voire politique sans appartenance au monde maçonnique – je l’ai fait en une ville aux portes de Toulouse ; l’autre ayant une envie pugnace d’intervenir directement et avec l’héritage historique et politique de leurs prédécesseurs à qui nous devons beaucoup dans un des deux seuls pays laïcs du Monde).
    Je respecte infiniment tous mes FF, j’ai eu des filleuls dans les deux mouvements et des amis sincères dans les deux.
    La prétention ridicule de vouloir opposer ceux qui travaillent en respectant les anciens usages contre ceux qui ont pris un tournant a-religieux (absolument nécessaire à l’époque de notre Frère Emile Combes et désuet de nos jours, sauf à considérer la déviance islamique actuelle) que je suis le premier à accepter quand bien même je suis un Maçon de Tradition et croyant, mais pas à travers une religion, mais bien dans ce Grand Horloger de Voltaire et dont la physique quantique résonne étrangement en nos cœurs d’humains et de Francs-Maçons.

    • 34
      joab's
      7 juin 2020 à 19:41 / Répondre

      sauf que pretendre à 2 categories de franc-maçons est de la contre-maçonnerie : il suffit de lire nos rituels, parfaitement clairs : « Combien de sortes de maçons ? » « Les franc-maçons forment un seul peuple  » … Ces distinctions proviennent de la malafaisance obédentielle qui « éparpille ce qui était uni » .
      Cette évidence est, je le sais en brèche avec le conformisme, lui aussi tout aussi néfaste, de se soumettre à cet état de faits établi par des concurrences obédentielles.
      Il y a en effet des FM et des loges qui ont des approches differentes, et ceci est très bien et les FM ne s’opposent pas, d’ailleurs, en tenue maçonnique sur ces questions, au contraire. Chacun est plus ou moins interessé par certains sujets.
      Là où la perturbation arrive est lorsque des obédiences veulent diviser les FM, les empecher de se rencontrer au nom de ces questions.
      Hélas, cette perturbation maçonnique crée par des obédiences, malgré tous les méfaits evidents et la contre-maçonnerie qu’elle constitue a la vie dure (des 2 côtés, que ce soit les amateurs de régularité auto-proclamée ou les « libéraux »). Beaucoup de FM croient encore que la vie maçonnique implique de choisir « son camp » … Terrible degradation !

      • 37
        Désap.
        8 juin 2020 à 10:46 / Répondre

        34 – Il est d’ailleurs totalement abusif d’insinuer que les échanges qui se passent ici pourraient avoir lieu en loge.
        Ici c’est le forum, le lieu du débat sur tout sujet. Il s’agit d’exposer ses idées, sans hypocrisie, en toute franchise ou bien qu’aurions-nous ? Une espèce de soupe insipide d’une inutilité patente.
        Et tant pis pour les susceptibles parce que ce ne sont que des idées, pas des jugements à la personne. Il est à ce propos cocasse de constater que les redresseurs de tords ou d’attitudes, qui se cautionnent derrière l’esprit maçonnique, n’hésitent pas à attaquer nommément les personnes, leur prêtant de regretter les principes en vigueur dans la loge, lors même que la personne qu’ils mettent en procès leur est parfaitement inconnue. Que dis-je cocasse, médiocre.
        La loge est le lieu du travail sur les principes maçonniques.
        Ce travail, studieux et bien exécuté, mène à l’intelligence, de celle qui empêche de considérer que la Police républicaine face à la violence est fondée à répondre par la violence parce que c’est une réflexion de comptoir du café du commerce, parce que ceci mène à la révolution tant redoutée par les mêmes sages, ce ne peut pas être la réflexion d’un maçon.
        J’espère ne pas être hors sujet.

  • 24
    Verjat JF
    7 juin 2020 à 10:44 / Répondre

    Bonjour,
    Le ton des échanges , donne plutôt à penser que le monde profane commence à corroder les valeurs maçonnes , ou pour être plus modeste, à dégrader ce savoir/ vouloir vivre-ensemble , marqueur essentiel de la F.M.
    Entre le développement des idées socialistes en France et la maçonnerie, il serait plus juste de parler de fertilisation croisée que d’irrigation des premières par la seconde .
    Dans leur ouvrage « Ce que la France doit aux Francs- Maçons » , Laurent Kupferman et Emmanuel Pierrat , ont illustré , tout en s’en défendant, ce travers d’un regard historique qui prête beaucoup aux influences maçonniques : tunique de Nessus flatteuse qui alimente un élitisme discret mais toujours présent sur nos colonnes, en même temps qu’elle nourrit l’hostilité à notre endroit au motif d’une puissance aussi cachée qu’effective. Le livre « dévoile » , par exemple , la relation ( pas causale mais presque ) entre Camille Chautemps ( maçon notoire ) et «  l’invention » de la S.N.C.F. , assimilation baroque , suggérée plus que démontrée, qui participe du mythe dangereux d’un pouvoir souterrain .
    Les thuriféraires de l’Art Royal sont ses meilleurs ennemis.
    L’ assertion de Monsieur Levy qui déplore la disparition de notre emprise ( puisque en irriguant nous fournissions la matière première de la vie) , participe sur un mode rétrospectif de cette conception , en liant la perte des valeurs du socialisme à l’affaissement de la puissance des loges.
    Si il existe , il faudrait la voir dans la violence mal contenue avec laquelle les maçons se parlent , hors les murs du Temple, davantage que dans l’ épuisement de leur impact sur la société ,dont la juste mesure reste difficile à prendre.

    • 28
      Luciole
      7 juin 2020 à 12:01 / Répondre

      Le consensus mou qui règne dans les loges avec demande bien polie de la parole et que regrette Desap explique en partie que nous nous étripions joyeusement sur le site de Géplu qui en frétille d’allégresse (du moins je le suppose).
      Où pourrions nous le faire avec liberté,vocabulaire assez choisi,étalage d’égos,répétitions frénétiques d’arguments ou positions diverses ? (et variées mais pas tellement).
      Pardon pour ceux qui veulent absolument découvrir des évidences aux autres mais nous sommes ici dans un terrain de jeux d’où peuvent éventuellement émerger de temps en temps des affinités ou des originalités positives (mais rarement tout de même).Cette inclusion du profane au milieu du FM ne vous réjouit elle pas?

  • 23
    Saus Sens...
    7 juin 2020 à 10:04 / Répondre

    Le vieux con de droite vous salut… j ai dit…

    • 25
      Désap.
      7 juin 2020 à 11:29 / Répondre

      😄😄 Salut !
      Tu as raison j’ai oublié de préciser : quand on a toujours été de gauche parce que, évidemment, quand on a toujours été de droite la question ne se pose pas.
      D’ailleurs « jeune de droite » m’a toujours été incompréhensible, faire le choix d’être déjà vieux (?!?).

  • 22
    Patrice 21
    7 juin 2020 à 09:03 / Répondre

    Desap
    On croirait a te lire entendre des propos de M. Le Pen Une absence totale de tolerance …
    Une telle arogance er ignorance de la Franc Maconnerie en général er reguliere me surprend
    Mon Frere dans ta difference loin de me laiser tu m’enrichis
    Bien a toi

  • 20
    Mai 68
    7 juin 2020 à 05:36 / Répondre

    Arrêtons de stigmatise nos « force de l’ordre ». Remercions les d’être là avec leurs conditions de travail et de rémunération. Certes il y a quelques « bavures » mais donnons leur les moyens humains et matériels pour qu’elles diminuent. Sans elles où serait notre République ?

  • 19
    Désap.
    7 juin 2020 à 00:08 / Répondre

    Je ne suis pas du tout pacifique mon cher Luciole, la FM est un combat, ce n’est pas la mièvrerie qu’en ont fait les réguliers, cet ersatz d’église qui se prosterne devant la bible et son messie d’opérette, prête a accepter toutes les compromissions imposées par la puissance protectrice.
    Comme tous les combats, il se mène avec les armes nécessaires.
    Jusqu’à présent nous écrivions.
    Nous continuons d’écrire pendant qu’on spolie et saccage l’Etat providence, qu’on éborgne ceux qui s’y opposent et qu’on tue des mômes innocents.
    Si ça continue il faudra adapter la riposte, que ce soit contre l’épouvantail pétainiste qui veut nous faire croire qu’elle est gaulliste cette minable démagogue ou contre ceux qui l’agitent.
    Passé le demi siècle, deux phénomènes se révèlent : soit par trouille on devient un vieux con de droite, soit on n’accepte plus du tout d’être pris pour un con et tout se détermine selon ce qu’on entend par liberté.

    • 21
      Jean_de_Mazargues
      7 juin 2020 à 08:01 / Répondre

      Bravo ! Nous ne pouvions mieux illustrer la confusion de certains entre FM et La France Insoumise.

      • 26
        Désap.
        7 juin 2020 à 11:40 / Répondre

        21 – Non, sûrement pas, Mazargues. Seulement, face à l’inacceptable je m’arrête.
        La franc-maçonnerie s’arrête jute après Mélanchon et face à LePen.
        C’est trop tard.
        Je ne suis pas d’accord de vendre un siècle et demie de conquêtes sociales, de construction de services publics, de santé et de retraite à Arnaud et aux GAFAM.
        On a déjà vendu les autoroutes.
        Tu dois trouver ça normal, pas moi.

        • 32
          Lazare-lag
          7 juin 2020 à 17:42 / Répondre

          Dans Mélenchon il y a un E comme Enervant et pas de A comme Anarchiste.
          Le personnage plaît ou ne plaît pas mais son nom demeure invariable

          • 33
            MarcosTestos
            7 juin 2020 à 19:01 / Répondre

            32- Lazare-Lag
            👍👍👍

      • 31
        MarcosTestos
        7 juin 2020 à 17:16 / Répondre

        21- Jean de Mazargues
        Tellement vrai. Avec une pointe de FN lors de l’assaisonnement 😂😂😂

  • 18
    Luciole
    6 juin 2020 à 20:33 / Répondre

    Je me sens un peu obligé de nuancer des propos sur Desap qui n’a certes pas besoin de moi.
    Certains grands FM célèbres ont pris les armes dans des circonstances bien plus terribles que celles que nous vivons,surtout en d’autres contrées.
    Je l’ai écrit ailleurs la FM a toujours été du coté du pouvoir quand celui ci ne l’interdisait pas.Que des FF considèrent que les
    conditions de vie actuelles sont intolérables et doivent être modifiées,ressort d’un jugement que je ne partage pas mais que je peux comprendre,
    Desap dit sans ambages que les mous et les tièdes doivent avoir une marmite toute spéciale en Enfer pour ne pas réagir davantage. (Il emploie un langage plus viril que le mien) mais il a le droit d’exprimer son opinion.
    Qu’il veuille secouer le cocotier prouve son surplus d’énergie et si son souhait est de créer des réactions c’est pas mal joué!
    Tant que nous restons pacifiques,tous les délires nous sont permis.

  • 10
    Lazare-lag
    6 juin 2020 à 15:45 / Répondre

    @ 8 – Marcel TNT:
    Je ne sais si Marcel Tunoulat est un frère ou pas, mais dans les deux hypothèses il est recommandé de ne pas confondre les mots et les choses, et de ne pas prendre les uns pour les autres.
    Au cas d’espèce il n’était pas nécessaire de clamer un « monsieur DE Mazargues » en rehaussant par un effet de plume facile le « de » de « de Mazargues ».
    Pour m’en être renseigné auprès de lui, ici-même, sur ces colonnes du site Hiram.be, il y a un bon moment maintenant, il m’avait répondu que son pseudo était une allusion, (nostalgique peut-être, là c’est mon interprétation personnelle) au quartier de Marseille dont il est originaire.
    Voilà tout.
    Aucune référence nobiliaire à retenir donc.
    Et quand bien même, le parfait roturier que je suis, ainsi que le frère que je suis, du G.O.D.F., (ceci précisé pour t’éviter d’épiloguer à loisir et sans fondement), font en sorte d’apprécier les hommes, les frères, les commentateurs sur le fond de leur intervention, et pas sur leurs présupposés sociaux.
    Je dis ça d’autant plus aisément que, si tu te donnes la peine de chercher un peu ici sur Hiram.be, jusqu’à assez récemment même, tu pourras observer que je ne suis pas très souvent d’accord avec J. de M. et que je crois le lui faire savoir sans recourir à des facilités argumentaires.
    On voit par là que pour le dire, il est tout à fait possible de l’exprimer sans procéder à une attaque à la personne, sans attaque ad hominem.
    C’est un exercice de style auquel il ne t’est pas interdit de t’essayer.
    Quant au « bon coup de pied au c.. (fraternel, of course) qui permettrait parfois de remettre les idées en place… », je me pose la question de savoir s’il peut exister des hypothèses où le dit coup de pied ne devrait pas viser soi-même plutôt qu’autrui?
    Il me revient à l’esprit cet aphorisme: « L’invective ne déshonore que son auteur ».
    Je crois que c’est de Confucius, et il ne me semble pas inutile de rappeler que son nom s’écrit en un seul mot.

  • 8
    Marcel Tunoulat
    6 juin 2020 à 14:24 / Répondre

    Désap a raison de penser à 1789 ou à 1871. Il faut peut-être se demander de quel côté vient la violence. Le peuple désarmé devant le cynisme du grand capital ne peut répondre à cette violence d’état et de banque que par la violence. On ne peut pas se contenter du consensus mou que prône monsieur DE Mazargues. Le cher Molière écrit dans Tartuffe : (rappelons la situation : le fils d’Orgon veut aller « tirer les 2 oreilles » de Tartuffe. Le beau-frère d’Orgon, le raisonneur, lui dit ) : « Modérez, sil vous plait, ces transports éclatants, nous vivons dans un siècle et sommes dans un temps où par la violence, on fait mal ses affaires ». Molière était sans doute lAphatie de lépoque, qui ne voulait pas faire de vagues auprès de Louis XIV. Un groupe daction de limmédiat après 68 écrivait : « le terrorisme d état et le terrorisme gauchiste sont les deux mâchoires du même piège à cons ». Chacun choisira son camp, mais un bon coup de pied au c… (fraternel, of course) permet parfois de remettre les idées en place…

    • 11
      Lazare-lag
      6 juin 2020 à 16:12 / Répondre

      @ Marcel TNT (8):
      Pourquoi ne dis-tu pas que l’auteur de ta citation sur les deux terrorismes et les deux mâchoires est Jean-Patrick Manchette, auteur de polars bien marqué à l’extrême gauche?
      On a ses pudeurs?
      Tient? Un autre natif de Marseille

  • 7
    Luciole
    6 juin 2020 à 13:43 / Répondre

    On ne peut suggérer à Géplu de censurer la Marseillaise. Les révolutions violentes apportent tellement de désastres,de morts et de sang pour établir de nouveaux bourreaux qu’il vaut certainement mieux trouver une façon plus intelligente d’apporter un « mieux-être » aux peuples.

    • 9
      Désap.
      6 juin 2020 à 14:55 / Répondre

      7 – Tu as bien raison mon cher Luciole, j’admire cette mesure dont je ne suis plus capable, la radicalité néolibérale sans doute, à laquelle je réponds œil pour œil dent pour dent.
      En revanche et comme preuve de cette sagesse qui te caractérise, je te suggère de faire part de tes doléances sur un cahier.

      • 17
        Luciole
        6 juin 2020 à 20:07 / Répondre

        @Desap
        Mes parents ont vécu bien à fond la Révolution russe et ses horreurs.Ma mère, pourtant Suisse,
        a du travailler par moins 15 au travail forcé, toujours affamée, pour déneiger des, voies de chemin de fer pendant plusieurs mois.Ils ont connu deux guerres,moi aussi .Alors entre la situation certes difficile que vivent certains et des conflits armés du type 14/18 ou 39/45 plus la guerre d’Algérie qui en fut une bien sanglante,je trouve la possibilité de voter et de manifester (qui existe même si imparfaite) tout de même préférable.
        Même ceux qui auraient un passé glorieux n’ont pas à envoyer les autres au casse-pipe. Ce qui ne signifie pas que j’approuve des violences disproportionnées mais les images que nous avons tous vues montrent aussi que violences il y avait de l’autre coté aussi.

  • 5
    Granite
    6 juin 2020 à 12:01 / Répondre

    J’ai malheureusement le sentiment que le monde d’après évoqué par le président de la république française, ne sera pas un monde plus humain et social, mais plus libéral et moins social.
    Je ne crois pas dans une religion messianique, mais j’aspire à l’émergence d’un rassembleur politique humaniste et social qui de fera élire sur un programme juste, équilibré et réaliste.
    A lui, à son équipe et à nous de lui donner les moyens de le mettre en œuvre.

  • 2
    ASTERIX
    6 juin 2020 à 09:19 / Répondre

    Les valeurs des politiques ? De quelles politiques et de quelles valeurs parlons nous?
    Cela fait quelques décennies que les politiques, aux valeurs maçonniques ou non, ont laissé la place aux experts et autres prétendus savants qui pensent pour nous sans que nous ayons notre mot à dire.
    De la globalisation à l’économie, de la science à la santé, l’humanisme est absent seul compte les tableaux excel. Le citoyen qu’il soit maçon ou non est aux abonnés absents…Il subit. Ces experts, comme le dit André Bellon, ne doutent pas…et c’est donc qu’ils ne pensent pas.
    L’affaire du corona a été révélatrice à ce sujet concernant les atteintes à nos libertés, le sens de notre responsabilité individuelle, l’infantilisation des individus, la négation des valeurs de la démocratie et l’absence des valeurs de la République.
    Merci au personnel de santé, aux éboueurs, aux pompiers, aux femmes et hommes de ménage, aux policiers ‘non racistes » et à tous ceux qui ont contribué au bien commun et à la vie au jour le jour de tous nos concitoyens. Il va être temps d’en revenir aux valeurs essentielles de la vie de toute société et de remettre à leur juste place ceux qui n’ont pas à penser pour nous.

  • 1
    Anwen
    6 juin 2020 à 04:46 / Répondre

    « Les valeurs du PS sont noyées dans un consortium. » dit M. Lévy.
    Monsieur Lévy est naïf ? Je ne le crois pas.
    La France, depuis un moment déjà, n’a plus aucune politique, et encore moins de politique socialiste, dans le sens « social » du terme. En revanche, elle est l’un des principaux fers de lance d’un agenda « globaliste ».
    En effet, la politique généreusement appliquée par la gauche, devenue une « gaucherie », fait fort peu de cas des petites gens et des petites et moyennes entreprises pour, au contraire, laisser la part du lion aux multinationales et à leurs propriétaires anonymes.
    Peut-être est-ce cela le « consortium » dont parle M. Levy, noyant à son tour la valeur essentielle de son constat dans un phrasé politiquement correct, c’est-à-dire, et avant tout, un manque de courage moral.
    Sinon, qui croit encore à cette vieille politique qui dérègle tout, perd son temps dans des rivalités et des conflits d’ambitieux de plus en plus médiocres, vulgaires et surtout corrompus à mesure que les places se raréfient ?
    Tout, aujourd’hui, est fragilisé, divisé, et même atomisé alors que notre époque nécessite au contraire une consolidation, une « cicatrisation », dans le calme et la sécurité.
    Sans un nouvel « Esprit », nous allons au désastre.

    • 3
      Désap.
      6 juin 2020 à 11:03 / Répondre

      Désastre nommé, soit extrême droite, soit violences policières dans les démocraties dirigées par des partis de droite ou de gauche classiques larbins du marché.
      J’entendais il y a peu le journaliste JM Aphatie, larbin d’entre les larbins, qualifier Hollande de démagogue pour sa (très juste) phrase : “Mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance”.
      Et le journaliste d’y aller de sa tirade, nous expliquant que sans la finance les Etats européens n’auraient pu trouver les fonds nécessaires à contrer la crise du coronamachin, ignorant sciemment en bon larbin que ce sont les banques centrales qui impriment la monnaie et que, c’est le plus important, si cette monnaie transite aux Etats via les banques, c’est pour éviter leur faillite effective, lors même qu’elles sont concrètement en faillite, incapables de faire face à leurs règlements faute de fonds propres suffisants, pas même égaux aux obligations de Bâle III puisqu’elles trafiquent leurs comptes, avec l’accord tacite des gouvernements qui ferment les yeux, de manière à ne pas y satisfaire.
      La classe moyenne a déjà payée intégralement la faillite bancaire de 2008, elle va de nouveau payer pour éviter la faillite des fonds, banques et grandes entreprises, on remarquera la résistance absolue contre tout éventuelle contribution de ces entreprises et des grandes fortunes, arguant toujours le même argument, si on leur demande cela elles partiront, dixit deux autres larbins bien trempés Emmanuel Lechypre et Dominique Seux.
      Il me vient parfois furtivement l’idée qu’à l’instar de 1789, seule la violence viendra à bout de cette escroquerie nommée néo-libéralisme.
      Aux armes Citoyens
      Formez vos bataillons
      Marchons, marchons
      Qu’un sang impure abreuve nos sillons !

      • 4
        Jean_de_Mazargues
        6 juin 2020 à 11:36 / Répondre

        Désap. défends tes idées mais tu ne peux pas lancer de tels appels à la violence. C’est intolérable. Et ne viens pas me parler de violence symbolique qui serait possible …
        D’ailleurs comment cet appel à la violence a-t-il passé la filtre du modérateur ? Curieux …

        • 6
          Désap.
          6 juin 2020 à 12:41 / Répondre

          4 – J’était sûr que la Révolution et la Marseillaise seraient contestées, c’est génial, je l’ai fait exprès 🙂 🙂
          Et ce que font les flics contre les manifestants, les mains et les yeux arrachés, tu appelles ça comment ? Le maintien de l’ordre ?
          Et Adama Traore qui meurt étouffé par un flic, tu appelles ça comment ? La maitrise d’un récalcitrant ?
          Tu me désespères mon frère ! Tu es complètement aveugle, tu ne comprends pas ce qu’il se passe, tu ne comprends pas que la France résiste au néo-libéralisme et que le néo-libéralisme tabasse ceux qui lui résistent, tu ne comprends pas ou tu refuses de voir où se situe précisément la violence, tu ne comprends pas que la finance fait supporter ses pertes par les Etats, tu ne comprends pas que ces pertes sont organisées comme source de financement et que ce financement est gratuit, tu ne comprends pas que les entreprises font financer intégralement leur bas salaires par les Etats.
          Va prendre des cours d’économie, tu m’exaspères !

          • 12
            Lazare-lag
            6 juin 2020 à 16:32 / Répondre

            @ Désap (6):
            Es-tu vraiment sûr que J. de M. te conteste ici l’emploi de la Marseillaise?
            Il me semble que son propos ne vise que la phrase précédente.
            Elle contient le mot « violence », l’hymne national, en tout cas dans l’extrait que tu cites, ne le contient pas.
            Après, l’un et l’autre, avez vos débordements, vos excès, vos emportements, vos rigidités, depuis le temps qu’on vous connais et qu’on vous lis, on a appris à filtrer un peu cette agitation, à attendre que le soufflé retombe un peu.
            Car on a un peu tous compris que les fondements révolutionnaires du prochain grand soir, pour ceux qui l’appellent de leurs voeux, ne prennent pas précisément leurs racines sur le présent site.
            Il fait un peu chaud: vous devriez faire une petite pause, rester calmes et boire frais.
            C’est vraiment pas un temps à renverser la table.
            Surtout avec les verres et les glaçons dessus!!!

            • 13
              Lazare-lag
              6 juin 2020 à 16:35 /

              Damned:
              lire « depuis le temps qu’on vous connaît et qu’on vous lit »

            • 16
              Désap.
              6 juin 2020 à 19:11 /

               12 – « Elle contient le mot « violence », l’hymne national, en tout cas dans l’extrait que tu cites, ne le contient pas. »
              Incroyable de lire un truc pareil.
              Là on n’est plus dans le consensus mou, on est au stade ultime de la soumission .
              Certains s’arrêtent et je m’arrête lorsque les éborgnements commencent ou quand des mômes de vingt ans meurent sous les coups des gendarmes comme je me serais arrêté quand mon voisin juif se faisait arrêter par les mêmes flics ou gendarmes.
              Les violons de la mesure me fatiguent, je dirais même qu’ils sont indignes au regard de la situation.

          • 14
            Jean_de_Mazargues
            6 juin 2020 à 16:39 / Répondre

            Mon cher Désap. je n’ai pas fini de t’exaspérer : je suis libéral (pas besoin de néo). Le libéralisme politique est nécessairement lié à l’économie de marché. Je refuse absolument la violence politique. En tant que FM, je dois respecter l’Etat et le droit. .Je pense que tu devrais, toi, acheter un manuel d’économie (un vrai, pas un pamphlet) et le lire calmement, un crayon à la main.
            La Marseillaise ne peut pas être ainsi instrumentalisée au service de la violence politique.
            Je suis prêt à débattre de tout avec tout le monde. Tu ne présentes jamais tes idées, tu hurles par écrit. Tu es aussi comme ça à l’oral ? Tes proches te supportent encore? Ils sont bien résistants. Tes vociférations écrites sont absolument ridicules. Ta violence verbale est assourdissante tant elle est dépourvue de tout raisonnement posé et articulé. Bref, tu es vraiment fatiguant. Un peu comme si tu écrivais du bruit, comme si un voisin écoutait trop fort de la très mauvaise musique…

            • 15
              marcos testos
              6 juin 2020 à 18:04 /

              14- Jean de Mazargues
              Le crayon lui servira seulement pour faire des dessins malheureusement.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif