Un Rassemblement Maçonnique International et la presse

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 30 mai 2007
  • 7
    Pierre
    4 juin 2007 à 15:17 / Répondre

    Merci pour vos réponses.

  • 6
    Jacques Cécius
    2 juin 2007 à 20:11 / Répondre

    Il faut toujours des responsables : francs-maçons – juifs – musulmans – communistes – trotskystes – jeunes – protestants (et oui, lire Maurras et Guénon) – Il en sera toujours ainsi, hélas, car la foule est bête, et les fachos s’en servent…

  • 5
    jb.bienvenue
    1 juin 2007 à 18:39 / Répondre

    Les liens donnés au commentaire 3 étant sans doute trop longs pour être lisibles sur le blog, vous pouvez les remplacer par :

    http://pere-walter-covens.skynetblogs.be/post/4450193/
    et
    http://pere-walter-covens.skynetblogs.be/post/4460029/

  • 4
    Philippe
    1 juin 2007 à 16:36 / Répondre

    Une petite remarque
    Je suis d’accord avec les précédents messages.
    Mais pourquoi être choisie, elle, comme bouc-émissaire ?
    Simplement les idées de ce mouvement philosophique libéral des Lumières ont diffusé de multiples façons, en utilisant de multiples moyens pour contourner la censure, l’Inquisition etc …
    littérature clandestine, salons, cafés, sociétés littéraires ou philosophiques informelles, correspondances entre lettrés dont les courriers alimentaient la « république des lettres » etc …
    à partir de multiples foyers intellectuels européens, Londres, Amsterdam, Paris etc …

    Choisir un bouc émissaire dans ce bouillonnement était difficile.
    La franc-maçonnerie avait un minimum ou embryon d’organisation, notamment pyramidale ( obédiences ). Cela a peut être facilité le fait qu’elle devienne le bouc-émissaire ?
    Hypothèse !

  • 3
    jb.bienvenue
    1 juin 2007 à 15:31 / Répondre

    L’idéologie de la « contre-culture de mort » est largement exposée dans une interview de Mgr Michel Schooyans – « proche ami de Jérôme Lejeune » – lisible (en 2 parties) sur
    http://pere-walter-covens.skynetblogs.be/post/4450193/mgr-schooyans-le-terrorisme-a-visage-humain-i
    et
    http://pere-walter-covens.skynetblogs.be/post/4460029/le-terrorisme-a-visage-humain-ii

  • 2
    Fred29
    31 mai 2007 à 23:47 / Répondre

    Bonsoir Pierre,

    Voici mon interprétation de cette expression: pour certains croyants radicaux, la franc-maçonnerie est l’ennemie de la religion, elle serait d’essence matérialiste, athée, voire satanique.

    Elle a souvent été accusée au 19ème siècle d’avoir comploté contre le Trône et l’Eglise, d’avoir été responsable de la chute de l’Ancien Régime de Droit Divin et de la perte d’influence politique et morale de l’Eglise catholique sur la société.

    Il faut simplement remarquer que le mouvement philosophique libéral des Lumières (18e siècle), qui a abouti à la Révolution, a induit un grand chamboulement des valeurs que les tenants de la culture dominante durant des siècles ont eu beaucoup de mal à accepter.

    Et comme toujours, il est plus aisé de se trouver un bouc émissaire que de se remettre en cause. Dans le cas présent, la FM a été montrée du doigt. Elle a, il est vrai, en partie accompagné ce mouvement des Lumières, par le fonctionnement démocratique, cosmopolite et tolérant de ses loges, mais de là à l’accuser d’avoir été, dans l’ombre du secret maçonnique, l’instigatrice de la Révolution…

    Précher la tolérance, la liberté d’examen et de conscience, fruits des Lumières philosophiques, c’est, aux yeux de certains, « oeuvrer pour la contre-culture de mort ».

  • 1
    Pierre
    31 mai 2007 à 12:28 / Répondre

    Bonjour
    Peut-on m’expliquer ce qu’est la contre-culture de mort ?
    Merci d’avance.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous