Yvette Ramon en novembre 2014

Yvette Ramon démissionne du Droit Humain

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 30 septembre 2021
Étiquettes : ,
  • 6
    lazare-lag
    3 octobre 2021 à 19:08 / Répondre

    @ Eusèbe Vrayt (3):
    Donc notre frère Eusèbe Vrayt, par ailleurs député au convent belge du DH, (il tient à ce que cela se sache, dont acte), s’adonne à l’écriture inclusive.
    Tout cela est bel et bon mais complètement incompréhensible pour qui est soucieux de respecter ce que nous avons en commun des deux côtés de la frontière, à savoir la langue française.

    Je suis peut-être un bourrin de première, un lourdaud sur les colonnes, une enclume ambulante parmi vous tous sur ce blog, voire le dernier ours des Pyrénées, dont je suis natif, mais quand-même…
    Le B.A.BA d’une langue n’est-il pas que l’on puisse prononcer aisément ce qu’on lit?
    Or, comment prononce-t-on: « on a rarement raison tout.e seul.e »?
    Au masculin?
    Au féminin?
    On bouffe les mots, Que fait-on?
    Moi, avec de telles phrases, je suis au bord du gouffre, et ne souhaite surtout pas faire un pas en avant.

    Sans compter (et cela est à mon sens SUBLISSIME), l’erreur manifeste justement dans cette phrase!

    Dans mon village des Pyrénées, où j’ai découvert et appris à manier la langue française ON m’a toujours dit que ON est neutre, puisque « pronom personnel indéfini (j’insiste: Indéfini) de la 3ème personne ».
    Si ON est indéfini, j’en conclus qu’ n’y a ni masculin, ni féminin, ce n’est pas « genré »comme on se plaît à le dire désormais.
    En conséquence de quoi, pourquoi donc aller ensuite estropier le reste de la phrase?
    C’est abominable.
    Et étant abominable sur le plan formel, comment convaincre sur le fond, si déjà on rebute le lecteur sur la forme?
    C’est bien joli de vouloir, je cite « croire toujours à la force de l’intelligence collective pratiquée par une assemblée d’adultes bien consciente;e.s (SIC) de leurs engagements », (et on appréciera ici le « ; » qui se prend maladroitement les pieds dans le tapis avec le « . »), mais si l’on veut faire appel à l’intelligence collective, encore faut-il, et ce n’est pas un jeu de mots, parler la même langue que ses interlocuteurs..

    C’est bien joli de faire appel à la « congruence » (qui est une notion mathématique, géométrique, certainement pas littéraire), mais je dois dire que la susdite congruence est bien difficile à évaluer quand déjà, sur le plan littéraire on se heurte à des incongruités.
    Je vais peut-être paraître sévère, mais j’ai de plus en plus le sentiment que les défenseurs de cette manière de s’exprimer, doivent avoir peu de contacts avec les écrits littéraires.
    Je ne pense pas qu’on puisse à la fois être amoureux de la langue et succomber à ce mode de communication, j’allais dire à cette mode.

    Cela dit, je souhaite de tout coeur le meilleur courage à tous les députés de votre convent belge. Si partie sacrifie à ce nouvel « outil » de communication, quand d’autres s’exprimeront plus classiquement, je me demande à quel moment vous atteindrez la clairvoyance (sic) et l’intelligence collective (re-sic).

    Et j’ai bien envie de terminer par une citation avec le fameux pronom personnel indéfini de la 3ème personne du singulier:
    – « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément. »
    C’est de Nicolas Boileau… arrivent aisément, c’est beau ça pour des mots d’arriver aisément…
    J’adore Boileau, Boileau jusqu’à la lie.

  • 4
    Désap .
    3 octobre 2021 à 12:18 / Répondre

    On dira ce qu’on voudra, c’est.e.s.z.x tout.e.s.x.z de.e.s.z.x même.e.s.x.z illisible.e.s.z.x, laid.e.s.x.z et névrotique 😂
    Sinon, personne n’est choqué par le fait que Yvette Ramon se dise « Maintenant déliée de mes serments » ?

    • 5
      ERGIEF
      3 octobre 2021 à 13:51 / Répondre

      Tout à fait d’accord, avec toi. De plus c’est un discours totalement profane émaillé de vocabulaire maconnique pour faire plus vrai. Aucune espèce d’intérêt.

  • 3
    Eusèbe Vrayt
    3 octobre 2021 à 11:46 / Répondre

    Nouveau député au convent de la Fédération belge du DH, je reçois ces informations comme un avertissement salutaire, une invitation à la vigilance. Depuis longtemps, je pense qu’en FM on a « rarement raison tout.e seul.e » et veux croire toujours à la force de l’intelligence collective pratiquée par une assemblée d’adultes bien conscient;e.s de leurs engagements fondamentaux : recherche, honnêteté, clairvoyance, tolérance etc.
    Merci aux auteurs de cette interview et hommage à la S:. YR, pour son courage et pour la congruence qu’elle démontre eu égard à ses valeurs – qui devraient rester les nôtres à tou.te.s bien entendu.

  • 2
    JMB
    30 septembre 2021 à 21:17 / Répondre

    La démission d’une obédience est toujours un échec, pour la Sœur / le Frère concernée, les F et S de la Loge bien sûr et l’obédience visée mais également pour la Franc-Maçonnerie d’une façon générale. Ne faisant pas parti de cette obédience je me garderai bien de parler du fond de cette triste affaire .

  • 1
    DURRUTI
    30 septembre 2021 à 13:05 / Répondre

    Elle n’est pas et ne sera pas la seule à démissionner pour les mêmes raisons.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous