A quoi réfléchissent les francs-maçons ?

Publié par Philippe Foussier
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
vendredi 26 mars 2021
  • 9
    Luciole
    2 avril 2021 à 00:30 / Répondre

    Ont-ils le temps de réfléchir entre deux complots?

  • 5
    ERGIEF
    1 avril 2021 à 01:04 / Répondre

    Sujet de question a l’etude des loges, façon Philip K Dick: « Do Freemasons Dreams of Spiritual Sheeps ? »

    • 6
      Luciole
      1 avril 2021 à 11:32 / Répondre

      En ce jour particulier du calendrier le simple titre a déjà l’air d’une blague.

      • 7
        lazare-lag
        1 avril 2021 à 14:48 / Répondre

        En ce jour particulier de calendrier (1er avril) propice aux blagues donc, pourquoi ne pas reprendre cette question en langue anglaise en en changeant à peine un mot.
        Remplacer « sheeps » par « ships » par exemple.
        C’est de l’humour « cheap » si vous me le permettez.
        Et, s’agissant de « sheeps », il me revient comme un vieux poème ou un vieux refrain : Mary had a little lamb ….. j’ai oublié la suite

    • 8
      Pierre Noël
      1 avril 2021 à 17:09 / Répondre

      Ce premier avril est aussi le jeudi avant Pâques (le premier jeudi après la première lune du printemps) .
      J’ai encore connu des vieux FF, sans doute revêtus d’autres grades, qui rappelaient que durant les années d’occupation, ils se retrouvaient ce jour-là, furtivement, pour partager le vin et rompre le pain.

  • 4
    Luciole
    28 mars 2021 à 11:12 / Répondre

    « érodée » comme dans l’article de présentation ou « rodée » comme l’écrit Benjamin? Le sens me parait un peu différent…

  • 2
    Benjamin Rathery
    27 mars 2021 à 16:26 / Répondre

    La lecture de cet ouvrage est très instructive. Elle montre, comme le souligne l’ancien Grand-Maître Jean-Philippe Hubsch que « la capacité d’anticipation s’est rodée au fil des décennies ». C’est le moins qu’on puisse dire ! A la fin du 19iè siècle les questions à l’étude des loges étaient en avance sur la mentalité profane de plusieurs décennies et les politiques de la IIIiè république puisaient dans ces réflexions fertiles pour élaborer les lois. Aujourd’hui les propositions des loges sont à la traine de l’évolution de la société et les politiques ne s’y réfèrent plus, et pour cause : il n’y a pas grand-chose à retenir.
    L’opportune réédition de cet ouvrage est peut-être l’occasion d’un sursaut pour que la pensée prospective voire « utopique » soit remise au coeur de la démarche maçonnique. A moins que le but des FF et SS ne soit que de tourner en rond ?

  • 1
    Yonnel Ghernaouti
    26 mars 2021 à 04:41 / Répondre

    Nous ne présentons plus Alain Bauer, mais pour celles et ceux qui ne connaissent pas Jean-Claude Rochigneux, sachez qu’il a été, dans le passé, grand orateur du Grand Orient de France. De plus, Il a rédigé ou dirigé la publication de plusieurs ouvrages, dont le « Livre Blanc de la Laïcité » (traduit en 9 langues (édition initiale : novembre 2001) et « Grand Orient de France – Centre culturel maçonnique » (2002), « Questions à l’étude des loges dans les obédiences de la franc-maçonnerie française » en collaboration avec Alain Bauer (2003), et sous sa direction « Le Tapis de Loge au Grade d’Apprenti » (2003 ; EDIMAF, rééd. 2012), « Le tapis de loge au grade de compagnon » (EDIMAF, 2013).
    Par ailleurs, le sortie en librairie de « À quoi réfléchissent les francs-maçons ? Les questions à l’étude des Loges de 1844 à nos jours » est annoncée pour le 8 avril prochain. Il va donc falloir patienter quelques jours encore. L’ouvrage est proposé aussi en ebook à 10.99 €., contre 18 € en version papier.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous