Anti-maçonnisme laïque

Publié par Jiri Pragman

Il est quand même toujours possible de s’interroger sur l’origine et la motivation d’une telle étude. Les conclusions laissent transpirer le message : J’espère que notre petite étude aura montré qu’il existe et depuis belle lurette un discours critique « de gauche » sur la Franc-Maçonnerie, qu’elle est même aussi ancienne que celle émanant de « l’extrême-droite ». Elle était juste peu connue, et très oubliée par nos « élites ». J’espère que cette étude fera revivre l’anti-maçonnisme laïque, et permettre ainsi le développement vrai du rationalisme, de l’esprit critique, de l’anticléricalisme, du vrai socialisme anti-capitaliste et anti-libéral, et de l’amour entre les hommes.

Le même site diffuse un texte La Franc-Maçonnerie contre l’athéisme.

Il faut signaler que ce site Amour Vérité Athéisme défend un certain projet politique à savoir représenter et promouvoir le courant athée et rationaliste au sein du Front national et plus généralement au sein du « mouvement national »

samedi 3 mai 2008
  • 11
    Vincecube
    21 décembre 2012 à 21:58 / Répondre

    « Le pourcentage bien infime d’idéalistes honnêtes qu’il peut y avoir dans les loges ne fait qu’accroître le caractère dangereux de la franc-maçonnerie. »

    « La franc-maçonnerie est une plaie mauvaise sur le corps du communisme français. Il faut la brûler au fer rouge. »

    [Léon Trotsky]

  • 10
    Flupke
    4 mai 2008 à 20:23 / Répondre

    Nos principes de fonctionnement et nos outils, les symboles permettent « à qui ne se ressemblent pas  » de se rassembler dans la discrétion pour « écouter » leurs différences.

    Pour beaucoup cette utopie semble impensable, voire inacceptable, seuls ceux qui se ressemblent ont le droit pour eux de s’assembler dans la discrétion.

    Pour les uns ils sont traitres à leur classe sociale (extrême gauche), pour les autres à leur religion (hiérarchies catholiques, ou protestantes), et quoiqu’il en soit il sont manipulés par leur hiérarchie « les pseudo hauts gradés » et là nous approchons du fondement de la théorie du complot lecture simpliste de l’humaine condition.

  • 9
    Belgo4.0
    4 mai 2008 à 19:11 / Répondre

    Oui euh, je vous écris de France,
    et il y a quelques maçons au FN, tout de même,
    en provenance, pour ceux que je connais, de la GLF ou de la GLNF..
    PL

  • 8
    Belgo4.0
    4 mai 2008 à 19:06 / Répondre

    mmh pour ma part ça provient d’un manque de (re)définition de la maçonnerie.

    Il n’y a plus tellement de maçons courageux,
    et il y a de grosses différences d’approche entre le mouvement maçonnique et le mouvement associatif

    PL

  • 7
    Flupke
    4 mai 2008 à 11:28 / Répondre

    Vu sous l’angle de vision d’un membre de « l’archipel athée »(matérialistes, naturalistes, panthéistes …) selon l’expression souvent répétée par Michel Onfray certains des arguments développés ont de la force et de la pertinence, à nous d’y réfléchir !
    Plutôt que de crier à l’anti-maçonnisme mieux vaut argumenter !
    Ne serait-ce que pour notre propre réflexion personnelle.
    Où finit la libre critique, où commence l’anti-maçonnisme ?
    Ne faisons pas comme certains catholiques pour lesquels critiquer l’Evangile est faire acte « d’anti ».
    Maupassant avec son ton polémique et moqueur dans son « oncle Sosthène » est-il anti ou est-il ailleurs simple citoyen athée posant un regard critique sur la « religion » maçonnique dit-il ?
    Notre particularité qui ne me semble exister nulle part ailleurs réside essentiellement dans le fait que nos associations se plaçant sous les règles de fonctionnement du libre examen, de la tolérance mutuelle et du respect mutuel peuvent permettre à des personnes d’horizons très différents de se rencontrer, d’échanger et même de s’apprécier fraternellement.
    Ceci dit en dehors des premiers grades certains rituels donnent corps aux critiques des athées comme les religions donnent corps à leurs critiques aussi.
    La différence de ces athées avec l’athée franc-maçon c’est qu’ils n’acceptent pas nos règles communes : libre examen, la tolérance mutuelle et respect mutuel et qu’ils affirment que les grades dits « hauts » de la FM agitant des thèmes religieux dominent les autres en bas, les idiots de service, parmi eux les athées. Mais l’attitude ou posture vaniteuse de certains francs maçons ne donne-t-elle pas corps à leur constat ??? Je n’ai pas la réponse, peut être ont-ils partiellement raison.

  • 6
    3quatorze
    3 mai 2008 à 22:00 / Répondre

    Je suis très étonné par cette étude, les auteurs la signalent dans différents forum. Michel Onfray est cité ?. Il y a une cohérence qui m’échappe et m’inquiète. Sait-on qui est derrière amveat?

  • 5
    Fox
    3 mai 2008 à 17:05 / Répondre

    Je ne suis pas d’accord avec Stéphane. L’association avec l’extreme-gauche n’a pas pour but de donner une impression d’unité des extrêmes. mais de chercher tous les arguments pouvant justifier la thèse défendue. Methode somme toute assez fréquente chez les anti-maçons.

    Jiri, il est vrai qu’anti-maçonnique et laïcité sont rarement associé, mais le syllogisme classique des anti-maçons n’est il pas : je suis anti-maçon, je suis pour ou contre la cause X (au choix), donc à mon inverse, les FM sont contre ou pour la cause X ?

    A partir de là, toutes les argumentations sont possibles, en allant chercher des arguments à droite et à gauche.

    Frat:.

    Fox

  • 4
    Stéphane
    3 mai 2008 à 14:22 / Répondre

    Je pense que leut but est de redéfinir l’extrême-droite non plus comme un groupement de catholiques royalistes réactionnaires caricaturaux (Jeanne dArc, messes en latin, etc.) mais bien comme un mouvement s’inscrivant en plein dans l’esprit républicain. L’association avec l’extrême-gauche se conçoit surtout pour donner une impression d’unité des extrêmes.

  • 3
    Jiri Pragman
    3 mai 2008 à 11:43 / Répondre

    Ici, ce qui est étonnant, ce n’est pas que l’anti-maçonnisme soit d’extrême droite mais qu’il se définisse comme « anti-maçonnisme laïque » et associe dans le même combat l’extrême-gauche et l’extrême-droite.

  • 2
    Fox
    3 mai 2008 à 11:35 / Répondre

    Un anti-maçonniste d’extrême-droite ? Rien de bien étonnant, si ce ne sont les arguments évoqués.

    Il a par ailleurs toujours existé, dans le mouvement ouvrier, un anti-maçonniste lié au fait que la FM était considéré comme une organisation bourgeoise, lieu de collaboration de classe. On parle parfois de 22e condition pour exprimer l’idée que le PCF à tres longtemps interdit à ses membres d’être franc-maçon.

    Cependant, cela ne doit pas occulter que les FM furent nombreux dans le mouvement ouvrier non stalinien et dans les organisations de gauche en général.

  • 1
    Stéphane
    3 mai 2008 à 07:16 / Répondre

    Décidément, les extrémistes de tous bords sont très forts pour ressasser les poncifs les plus éculés et leur redonner « force et vigueur ». Enfin, ici au moins, il n’y a pas trop de fautes d’orthographe, à l’inverse d’autres websites cités dernièrement.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif