Famille royale britannique : tous francs-maçons ?

Publié par Géplu

C’est la très aristocratique revue « Point de vue » qui a mis en ligne ce 9 décembre sur son site un article assez bien documenté sur la proximité de la famille royale britannique avec la franc-maçonnerie anglaise, et ce depuis le XVIIIe siècle. C’est une tradition bien établie que le Grand Maître de la Grande Loge Unie d’Angleterre doit être un membre de la famille royale :

Au Royaume-Uni, berceau de la maçonnerie, l’organisation tient plus de l’institution nationale que de la confrérie secrète. Traditionnellement, c’est à un prince qu’échoit la charge de grand maître de la Grande Loge unie. (…) La Grande Loge d’Angleterre, née en 1717 de la réunion de quatre loges de taille modeste, existe depuis vingt ans environ quand l’héritier du roi George II est initié, probablement au palais de Scone, en Écosse, lieu traditionnel du couronnement royal. Sur l’initiative du pasteur huguenot Jean-Théophile Désaguliers (l’un des rédacteurs des Constitutions, texte fondateur de la franc-maçonnerie), le prince en devient même l’un des premiers grands maîtres, en 1737. (…)

mercredi 11 décembre 2019
  • 3
    Cécile Revauger
    11 décembre 2019 à 14:05 / Répondre

    L’article est bien documenté et juste. Notons pour l’anecdote que le prince de Galles a refusé de suivre la trace de son père le duc de Kent. Même si tous les membres de la famille royale n’ont pas été Grands Maitres, ils ont dans l’ensemble toujours soutenu la GLUA qui le leur a bien rendu. La GLUA a de tout temps apporté son soutien à la monarchie et aux institutions britanniques. Comme on le sait, l’histoire de la GLUA est bien différente de celle de notre franc-maçonnerie latine

    • 4
      pierre noel
      11 décembre 2019 à 18:50 / Répondre

      Ce n’est pas tout à fait exact. Le père du prince de Galles est le duc d’Edimbourg, mari de la reine Elizabeth.
      Le duc de Kent (GM de la GLUA) est le cousin de la reine. Il ne peut donc être le père du prince.

  • 2
    de Chammarten
    11 décembre 2019 à 10:33 / Répondre

    Hi
    Jai assisté à des manifestations devant le Parliament de people portant des pancartes( :stop to the royal free masons
    Our manager in chief is from a long time The duke of Kent
    Who will be his sucessor???

  • 1
    yonnel ghernaouti, YG
    11 décembre 2019 à 07:01 / Répondre

    Ce n’est pas la première fois que « Point de vue (magazine) – Images du monde – Le Journal des princes d’aujourd’hui », créée en 1945 et diffusé à 154 292 exemplaires en 2018, spécialisé dans l’actualité du gotha et des familles royales, consacre un article à la Franc-Maçonnerie.
    Des articles mis en ligne comme « Aux origines de la franc-maçonnerie : les trois rois fondateurs » par François Billaut, et publié le 12 novembre 2019.
    En fait, il s’agit souvent de reprises d’articles déjà publiés dans « Point de vue HISTOIRE » n°11 de mars 2012 et intitulé « Princes et rois Francs-Maçons ».
    Nous trouvons des articles, entre autres, sur :
    – « Salmon, Hiram & Cyrus, le mythe des rois fondateurs » par François Billaud,
    – « De Jacques Ier à Édouard de Kent », par Gabriel de Penchenade,
    – « Comte de Clermont », par Philippe Delorme, qui signe aussi l’édito,
    – « Philippe Égalité », par Raphaël Morata, etc.
    Et, dans ce numéro, trois articles évoquent des personnalités impériales :
    – « Les Bonaparte et Cambacérès au service de Napoléon », par Thierry Lentz,
    – « Bernadotte, une mystérieuse initiation », par Franck Favier,
    – « Murat contre Napoléon », par Pierre Mollier.
    Que de belles plumes, donc.
    Un numéro de 66 pages tout aussi complet que ce long article mis en avant par Geplu. Et pour cause.
    Cet article « De Jacques Ier à Édouard de Kent », par Gabriel de Penchenade, n’est toutefois que la mise en ligne de celui de « Point de vue HISTOIRE » n°11 de mars 2012 de la page 13 à la page 18 !
    Reconnaissons toutefois que ce n°11 n’est plus disponible en version papier…

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif