la GLFF

La GLFF appelle à s’unir autour de projets communs

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
vendredi 29 janvier 2016
Étiquettes :
  • 18
    Maurice1718
    1 février 2016 à 13:13 / Répondre

    Il faut bien comprendre que ce n’est PAS du sexisme, comme l’explique très bien Elisabeth Badinter, p. 19, de FAUSSE ROUTE. Le titre n’est-il pas assez clair? Il s’agit d’un programme idéologique sous-tendu par le féminisme différentialiste qui pose comme établi que les femmes sont des victimes et les hommes les bourreaux… C’est le programme victimiste de tous les féministes ! C’est donc au sens le plus strict un détournement de la pensée maçonnique. Cela signifie que ces militantes ont fait main basse sur la GLFF au détriment de la liberté de conscience. Libre à chacun bien sûr de s’adonner à ses activités favorites dans le cadre de l’extériorisation, mais telle n’est pas la question. La vraie question est celle du positionnement de la GLFF en dehors du créneau de la FM. Rappelons que le positionnement du la FM s’appuie sur l’universalisme et sur les droits de l’homme : 1) Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droit !

    • 19
      Speculum
      1 février 2016 à 18:47 / Répondre

      @maurice1718 – ne pensez vous pas qu’il y ait d’avantage de femmes battues ou tuées par des hommes que l’Inverse. Ceci justifie la revendication des femmes qu’on peut appeller.féministes.

      • 20
        Maurice1718
        1 février 2016 à 22:50 / Répondre

        Quelle que soit la légitimité et le bien fondé de cette revendication, c’est ce que l’on appelle de l’extériorisation, c’est à dire de l’action extérieure à la maçonnerie. En FM, il y a des courants de pensée, mais il n’y a pas d’idéologies défendues comme telles en raison de la liberté de conscience de chacun. Rien ne vous empêche de mener les actions qui vous semblent dignes d’être défendues, vous n’avez pas besoin de la maçonnerie pour cela.

  • 15
    Maurice1718
    31 janvier 2016 à 18:12 / Répondre

    Voici ce que dit Elisabeth Badinter dans son ouvrage Fausse Route, paru en 2003, p. 19 :

    « La victimisation du genre humain permet d’unifier la condition des femmes et le discours féministe (c.-à-dire celui de la GLFF) sous un drapeau commun. Ainsi le casse-tête des différences culturelles, sociales et économiques s’évanouit par un coup de baguette magique. On peut même comparer sans rougir la condition des « européennes » et des « orientales » et affirmer que partout les femmes, parce qu’elles sont des femmes sont victime de la haine et de la violence ». IL n’y a plus d’analyse politique de la société dans cette perspective et les hommes deviennent naturellement les ennemis des femmes.

    C’est précisément le discours de la GLFF qui a oublié qu’il n’y a pas de mot d’ordre en FM. Tout discours féministe obédientiel est un discours dogmatique, étranger à la finalité de la FM, qui est une institution universaliste née du génie des hommes. Que l’universalisme ne plaise pas à la GLFF, qui détourne, par le féminisme différentialiste, le principe de fonctionnement des loges masculines depuis l’origine, c’est son problème, mais ce n’est pas de la franc-maçonnerie. Pas d’union, pas de lutte, pas d’action avec les femmes qui combattent les hommes. Voici un extrait du livre :

    https://books.google.fr/books?id=5Rowwu0GPNAC&pg=PA71&dq=Elisabeth+Badinter+victimisme&hl=fr&sa=X&redir_esc=y#v=onepage&q=victimisation&f=false

    • 16
      Joab'n
      1 février 2016 à 09:55 / Répondre

      Partiellement d’accord.
      Les jeux sont en effet faussés.
      Ainsi la question en FM de la mixité est tout aussi absurde que le sexisme masculin ou féminin. Faut-il interdire une loge si elle n’a pas un quota de mixité ?
      Le seul vrai problème identifié est le sexisme. (discrimination sur la base du sexe).
      Et la GLFF est une institution qui proclame le sexisme. Elle est donc très mal placée pour demander égalité de droits ou universalisme. Elle est l’héritère des loges d’adoption, summum du sexisme masculin.
      Et vis à vis du sexisme, il y a des niveaux differents :
      – ceux qui souhaitent que leur loge reste mono-genre (apres tout, même si c’est bizarre, pourquoi pas ? ca n’embête personne).
      – ceux qui veulent imposer le sexisme hors de leur loge (dans toute la GLDF par exemple).
      – ceux qui ont des institutions qui proclament le sexisme comme une valeur (les obédiences GLNF, GLDF, GLAMF).
      Cette déviance maçonnique grave (dans leur incohérence ces institutions sexistes reconnaissent quand même ceux qu’ils excluent comme FM …!) reste encore une valeur, voire même une normalité y compris pour l’immense majorité des FM qui sont non sexistes.
      Donc en effet le sexisme est véritable injure à l’universalité de la FM, injure à laquelle on s’habitue au point d’en faire une normalité (j’en sais quelque chose).

  • 14
    MDTR41
    31 janvier 2016 à 12:08 / Répondre

    Soeur de la GLFF je suis navrée par certain commentaires, notamment Maurice1718. Faut-il répondre à tant de bêtises assénées avec la certitude de détenir la vérité ?
    C’est parce que les femmes migrantes et les filles souffrent d’autant plus qu’elles sont « invisibles » que la GLFF se mobilise pour leur venir en aide. Ce n’est pas d’aujourd’hui que les soeurs de Calais et des environs oeuvrent dans des associations locales. Comme il a été dit, depuis Sangatte la solidarité est mise en oeuvre.
    Une « quelconque obédience »………. quel mépris, c’est lamentable. Et nous sommes FM ?
    Que de chemin à parcourir pour arriver à la fraternité universelle.

    • 17
      Joab'n
      1 février 2016 à 10:03 / Répondre

      Chere MDTR
      Que la GLFF fasse preuve de bienfaisance à Calais, qui le reprocherait ?
      Par contre que la GLFF proclame son sexisme(ne serait-ce que par sa raison d’être) est foncièrement choquant.
      Quele femmes aient souffert du sexisme masculin et en souffrent encore ne peut en aucun cas justifier de proclamer institutionnellement un sexisme pro-feminin.
      Que ce sexisme ne soit que partiel, soit.
      Mais la GLFF est coincée par sa dénomination même à évoluer plus.
      De maniere générale, encore une fois les dégâts causés à la FM par les obediences qui éparpillent ce qui est rassemblé (les FM)!
      Mais il est étonnat que même reconnaissant cette évidence, nombre de FMs restent conditionnés à une fatalité d’une soumission profane à l’obedience.
      Certains voient même dans cette soumission (appelée allégeance chez certains) une valeur maçonnique ! C’est dire dans quelle perversion de la FM on peut tomber !

  • 10
    Blazind Star
    30 janvier 2016 à 09:22 / Répondre

    @marie c. les ff n’ont jamais dit que c’était bien de violer, battre, une femme. Améliorer l’hygiène féminine et la protection des femmes contre ces rudes musulmans, on n’a jamais dit que c’était mal. En résumé chère Marie C tu enfonces peut être des portes ouvertes. Note moi sur ton Carnet de Bal pour la soirée à venir, si tu en est d’accord.

  • 9
    Joab'n
    30 janvier 2016 à 08:21 / Répondre

    Déjà le mode de l’appel le rend completement vicié !
    Nous y voyons une désunion affichée entre un groupe dit des 4 grandes obediences et les autres …

    Si on se comporte en maçons, ce ne sont pas des obédiences qu’on unit (les obediences ne sont pas des organes maconniques indispensables) mais des FRERES et SOEURS …
    La France maçonnique est malade de cette soumission à des organismes profanes (les obédiences) concurrents.
    Tous les conflits autour de la FM ne sont aucunement es conflits entre frères mais autour des ambitions futiles (ou pas lorsque des intérêts financiers sont en jeu … suivez mon regard).

    C’est le comble de mettre en avant le principal facteur de division (les obédiences) pour s’ « unir » !!!

  • 8
    Maurice1718
    30 janvier 2016 à 07:13 / Répondre

    Il ne faut pas s’unir avec la GLFF, c’est une secte qui détourne l’institution et le vocabulaire de l’universalisme.

    Ce n’est pas parce que les loges de FFMM sont masculines que ces ateliers ne sont pas universalistes. Le féminisme est une théorie qui ne laisse pas la liberté de conscience à ses adeptes qui ne sont plus capables de se voir comme des individus libres et responsables de leur destins. Devenus les porte-paroles des victimes et des idéologues de la pensée fermée, ses adeptes sortent du champ de la franc-maçonnerie. Ordo ab chao.

    • 11
      Joab'n
      31 janvier 2016 à 10:16 / Répondre

      Tactique classique des sexistes :
      Se la jouer victime des « mixitaires » !
      Ce qui n’a aucun sens ! Qui impose la mixité ? Personne ! (même pas le DH).
      La question n’est pas la mixité qui n’est qu’un état de faits, une constatation conjoncturelle, ou pas, mais le sexisme institué !
      Les institutions sexistes que sont certaines obediences (la GLFF en fait partie, même si son sexisme n’est que partiel) sont les parasites habituels de la FM sur ce sujet y compris.
      Comme elles trouvent des FM(et c’est bien désolant) prêts à se soumettre à leur contre-maçonnerie(je sais, je force le trait) ces mesures sexistes absurdes apparaissent comme la normalité pour certains. Normalité qui serait donc à défendre.
      Comble de l’absurdité : Chaque loge est maconniquement totalement libre de son recrutement et de qui entre en loge. Donc les FM amateurs de sexisme ne sont nullement menacés !
      Par contre, ce qui est en jeu c’est leur volonté d’imposer le sexisme comme une règle au delà de leur loge !

  • 7
    Mari CA
    29 janvier 2016 à 20:20 / Répondre

    Libellule
    Classique! Dès que des femmes s’intéressent au sort d’autres femmes les quolibets fleurissent. Mais dès que l’on évoque la mixité les portes de certains temples se ferment. Au nom de la Franc Maçonnerie Universelle sans doute! En attendant qui se fait violer, dans les camps ou ailleurs, quelles mafias prospèrent sur le sort des migrants et des migrantes en particulier dans les réseaux de prostitutions. Entend-on les femmes et SS FM discréminer les FF MM qui défendent des causes humanitaires?

    • 12
      Joab'n
      31 janvier 2016 à 10:20 / Répondre

      Peut être ne faut-il pas évoquer la mixité justement !
      Pas plus que le sexisme, la mixité n’est un objectif maçonnique.
      D’ailleurs les obediences sexistes en FM se satisfont très bien d’un apartheid d’avec des « mixitaires ».

  • 6
    Blazing Star
    29 janvier 2016 à 18:01 / Répondre

    c’est mal parti pour un slow tendre au bal de la GLFF entre les GM du GODF et de la GLFF. On est parti pour un hard rock sauvage et violent.

  • 2
    Maurice1718
    29 janvier 2016 à 10:57 / Répondre

    C’est très bien dit. La GLFF fait sa cuisine elle-même en réalité et a acté une bipartition de la société par le féminisme qu’elle met en oeuvre et qui n’est pas compatible avec les principes d’universalisme de la FM. Je cite au hasard du texte et vous en laisse juge :

    1) « La Grande Loge Féminine de France soutient les femmes migrantes en apportant son appui à une association qui oeuvre dans les camps de migrants du nord, il s’agit de « Gynécologie sans frontières » ;

    2) « Beaucoup de sœurs de la GLFF sont engagées dans des associations pour faire vivre les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité et mettre en œuvre les droits des femmes » ;

    Les FF n’ont qu’à se débrouiller …

    • 3
      Luciole
      29 janvier 2016 à 11:38 / Répondre

      Nulle raison d’être méprisant « ..quelconque obédience » ou railleur, je vois mal en effet des FF à « Gynécologie sans frontière » sauf en soignants. Pour autant, dans le monde civil et dans le problème des migrants les femmes ont plus de difficultés et ont besoin de soutiens plus spécifiques.

      • 4
        Maurice1718
        29 janvier 2016 à 14:24 / Répondre

        C’est ce qu’on appelle le victimisme. Exposée dans un ouvrage d’E. Badinter, cette théorie est tout à fait contraire à l’esprit de responsabilité humaine de chacun prônée par la FM. Il y a ici un amalgame qui tend à laisser penser que toutes les femmes ont les mêmes intérêts partout, ce qui est rigoureusement FAUX. Il n’y a ici aucun mépris, il s’agit de dénoncer une imposture et les FFMM sont là pour ça.

  • 1
    Panxo
    29 janvier 2016 à 07:22 / Répondre

    La Fondation du GODF n’a pas attendu l’appel d’une quelconque obédience pour s’inquiéter du sort des femmes et des enfants migrants puisqu’elle a déjà fait un don le 23 janvier de 50 000€ à la Vie Active, association qui vient en aide à ces derniers et plus modestement de 5 000€ à Gynécologie sans Frontière.

    Sur le terrain, les Soeurs et Frères des loges locales quelles que soient les obédiences se mobilisent sur le terrain depuis bien longtemps (certains depuis plus de 15 ans) tant à titre individuel que collectif dans des associations. C’est ce qu’on appelle un humanisme de combat.
    Le GM du GO a déjà rencontré tous les acteurs politiques à plusieurs reprises, jusqu’aux plus hautes instances de l’état pour demander de l’aide.
    J’ai un peu l’impression avec cet article, qu’on réinvente l’eau chaude même s’il est toujours utile de sensibiliser les consciences par une plusieurs piqûres de rappel. Au fait, sait on combien a donné la GLFF ?

    • 5
      Fregate
      29 janvier 2016 à 16:09 / Répondre

      Franchement, même si, en tant que membre du GO, je suis plutôt fier de l’action de mon obédience, e ne vois pas bien l’intérêt de faire un concours de quéquette (sic) sur la question !
      Si des les soeurs de la GLFF s’engagent pour cette cause profondément humaniste, réjouissons nous de cette solidarité en action.

      • 13
        Joab'n
        31 janvier 2016 à 10:22 / Répondre

        Tout à fait !
        Beaucoup se trompent de combat ! En brandissant quequette ou foufoune ou les deux(mixité) finalement on alimente l’apartheid sexuel ! idem en FM ! Le problème unique est le sexisme.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous