Le 7e numéro des Cahiers de l’Alliance est sorti

Publié par Géplu
Dans Divers

Le 7e numéro des Cahiers de l’Alliance, la revue d’études et de recherche maçonniques de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française, la GL-AMF,  vient de sortir. Il a pour thème la Tradition, un héritage, une source un label.

Veuillez trouver ci-joint son sommaire et, cadeau, l’éditorial du Grand Maître Jean-René Dalle. 🙂

Revendiquer la Tradition

La Tradition est une chose trop importante pour n’être considérée que comme un label qui permettrait de différencier les obédiences maçonniques : celles qui s’identifient à la transmission initiatique fondée sur un enracinement spirituel et celles qu’on dit sociétales et qui sont, en réalité, politiques. Nous faisons donc clairement référence à la Tradition pour bien rappeler notre source et notre identité qui n’a rien à voir avec d’autres organisations qui, sous le même mot de Franc-maçonnerie, se sont coupées de toute transcendance et ont glissé vers une culture de club. Alors oui, il faut revendiquer cette ambition de Franc-maçonnerie traditionnelle ou de Tradition, même si cela peut paraître un pléonasme pour les initiés car la Maçonnerie, vécue authentiquement, est par essence traditionnelle.

Pour autant, la Tradition n’est ni un talisman, ni une posture confortable qui nous permettrait de nous proclamer héritiers et surtout détenteurs d’une vérité oubliée. La Tradition n’est pas un astre mort dont nous serions les derniers à guetter la lumière déclinante. Il y a toujours un risque d’idolâtrie de la Tradition, la tentation d’un conservatisme rassurant. Au contraire, la Tradition est une source sans cesse jaillissante pour peu que les Francs-maçons continuent leur travail afin de la désencombrer de toute représentation fantasmatique et de ce qui en obstrue l’accès à nos contemporains dans la société désenchantée et techniciste où nous vivons.

Les différentes contributions, qui nourrissent la réflexion de ce numéro des Cahiers de l’Alliance, montrent bien que nous devons continuer à travailler pour questionner notre rapport à la Tradition. Cette méthode est d’ailleurs le propre de notre Tradition. Comme l’écrivait Gérard de Nerval, reprenant le texte d’un copiste du Moyen-Âge, « tout savoir est vain, sauf là où il y a travail et tout travail est vide sauf là où il y a amour ». La Tradition n’est pas un vernis. Elle est la source permanente et toujours actuelle du questionnement sur notre responsabilité personnelle. Elle nous relie dans une transmission où nous sommes des passants devenant des passeurs fraternels si nous acceptons de pénétrer dans l’épaisseur de la Tradition, c’est-à-dire d’entrer dans la profondeur du mystère de la vie et de l’ineffable.

Jean-René DALLE,
Grand Maître de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique Française

Téléchargez la présentation et le bon de commande : CDA 7 La Tradition

dimanche 11 octobre 2020
  • 46
    MarcosTestos
    17 octobre 2020 à 14:42 / Répondre

    15-
    ‘Et vous, maçon religieux qui vous ignorez … » ?
    Une nouvelle fois tes fantasmes ne résisteront pas à la réalité. Personnellement je suis Franc-maçon ET catholique et non pas un FM catholique.
    Can you see the difference ?

  • 42
    MarcosTestos
    15 octobre 2020 à 18:14 / Répondre

    C’est franchement fatigant de devoir sans arrêt s »excuser de demander leurs sources à des auteurs de commentaires excessifs et malveillants.
    Géplu pourrais tu me dire qui est PB, informateur certainement éminent de certains mais que je n’ai pas la chance de connaître.
    Merci

    • 43
      William
      15 octobre 2020 à 20:43 / Répondre

      Très probablement feu Pierre Benzaquen, l’auteur du livre « Frères ? Ennemis ! » (2012), fidèle parmi les difèles de François Stifani à qui il apportait un soutien appuyé à travers son blog Affidelis.

      • 44
        MarcosTestos
        17 octobre 2020 à 09:41 / Répondre

        45- William
        Si c’est vraiment lui on ne peut pas dire que ce soit une source très fiable. Le seul avantage pour ceux qui répandent de soi-disantes confidences de sa part c’est qu’il ne peut plus les contester.

      • 45
        Désap.
        17 octobre 2020 à 11:42 / Répondre

        43 – Bonne réponse, Brutus.
        Pierre Benzaquen, un frère très érudit, les belles années de Villars de Honnecourt.
        Les deux/trois dernières années du blog Affidélis furent consacrées à la réflexion maçonnique.
        D’excellente tenue, je me souviens, entre autres, de Jacques Bern.
        Jacques si tu me lis, je t’embrasse par trois.

      • 47
        pierre noel
        17 octobre 2020 à 14:53 / Répondre

        Diantre ! Qui a suivi de loin (ou de près j’imagine) les affres de l’ère FS se souvient avec un mélange d’effarement et de stupeur les imprécations, les injures et les anathèmes de PB

  • 40
    Joab’s
    14 octobre 2020 à 12:11 / Répondre

    Il est clair que les obédiences (pas toutes)ont comme raison d’être de diviser les maçons et rassembler autour d’objectifs futiles des maçons appellés à excommunier, rejeter d’autres maçons et à servir le “machin” obédientiel. Bien sûr les dirigeants se parent de raisons “maconniques” pour mener leur ouvre de division et arrivent ainsi à nous berner.
    Quels prétextes pour ces divisions et création de leurres Obedentiels ?
    Souvent une “tradition” variable et adaptée … mais aussi ancienneté, grosseur et surtout fanfaronnades, toiser, réflexe de repli et parfois libéralisme.
    L’incohérence est permanente, ce qui explique l’agressivité des militants. Ainsi à Glamf, très récente on toise celles qui viennent après.
    Donc au risque d’irriter Geplu, je rappelle ce que j’ai déjà publié et qui n’a jamais reçu réponse argumentée mais des invectives à la personne ou calomnies.
    En fait, j’invite chacun à réfléchir à quoi sert une obédience? Et si les amateurs sont si sûrs des bienfaits de leur obédience qu’auraient ils à craindre ?
    Ma réponse personnelle est que les obédiences dans leur forme actuelle ont plus d’effet toxiques que bénéfiques . Ce que d’ailleurs plusieurs militants d’obédiences ici reconnaissent … pour les autres … ou d’autres.
    Donc lazare, oui ces polémiques obédientielles nuisent à tous les FM. L’issue ne serait-Elle pas de sortir de ces passions et fatalités et revenir à ce qui constitue des maçons ?

  • 37
    Lazare-lag
    13 octobre 2020 à 23:09 / Répondre

    Bonsoir MMTTCCFF, et vous tous, si vous le l’êtes pas.
    Je m’absente huit jours, j’étais sur Paris pour raison totalement privée, j’ai donc « manqué » quelques articles de Hiram.be et leurs commentaires, notamment celui-ci et ceux-ci…
    Je m’absente huit jours, mais je vois que rien ne change vraiment ici sur Hiram.be: quand il y a un fil de polémique et qu’il est possible de le tirer, certains et souvent ou toujours les mêmes d’ailleurs, s’y engouffrent allègrement qui à dévider toute la pelote…
    – – –
    Ce faisant, le thème du moment est donc « la Tradition », revue et corrigée par les « Cahiers de L’Alliance », entendre par là la GL-AMF.
    Arrivant après la bataille, je n’y participerai pas; il me revient juste une anecdote que raconte Jean-François Deniau dans un de ses bouquins intitulé « Ce que je crois », publié en 1992.
    La voici, dans le texte, c’est Deniau lui-même qui raconte:
    – Tradition: « ce qu’on transmet, le fait de livrer ».
    Il y a une quarantaine d’années, j’accompagne mon frère aîné dans une visite électorale. Ferme d’une pauvreté biblique, pas d’électricité, le sol est en terre battue (…). L’agriculteur, âgé, est l’ancien maire et aussi un ancien combattant de 14-18, grand mutilé (…). Après quelques minutes de conversation, il est tout à fait clair qu’il ne s’intéresse en rien aux élections. Nous faisons mine de nous lever (…). L’ancien maire se lève aussi, va prendre une bouteille d’alcool dans un placard et dit:  » Vous ne partirez pas sans boire quelque chose, c’est la tradition. » Et mon frère de lui répondre: « C’est une excellente tradition. »
    Je me rappellerai toujours, pour le saluer dans ma mémoire, ce vieux maire paysan, qui devait avoir tout juste son certificat d’études, se retournant avec une expression de stupéfaction sévère:
    – « Qu’est-ce que vous venez de dire?
    – Vous avez dit: vous n’allez pas partir sans boire quelque chose, c’est la tradition, et j’ai seulement ajouté: c’est une excellente tradition. »
    L’ancien maire prend sa bouteille d’alcool, la tape sur la table au risque de la casser et dit:
    « Non, monsieur, pas d’adjectif avec tradition. Elle n’est pas bonne ou mauvaise. C’est la tradition. Pas d’adjectif, s’il vous plaît. »
    – – –
    Ce que je veux essayer de dire en évoquant cette anecdote c’est exactement ça: il n’y a pas de bonne ou de mauvaise tradition, il existe des traditions.
    La GL-AMF, quoique jeune comme obédience, a les siennes, le GODF à l’inverse vieille maison qu’on ne bouscule pas aisément, et toutes les autres obédiences ont les leurs.
    Quand ce n’est pas, à l’intérieur d’une même obédience des traditions spécifiques à chaque loge.
    Aucune de ces traditions n’est bonne ou mauvaise, elles sont, elles existent, elles se transmettent, et personne n’en est dépourvu. Aucune obédience, ni aucun atelier.
    Et personne n’en étant dépourvu, personne ne peut prétendre que la sienne est meilleure, ou que la sienne prend rang sur les traditions des autres.
    C’est mon humble sentiment.
    C’est de la Tolérance fraternelle, à moins que ce ne soit de la Fraternité tolérante.
    – – –
    J’observe par ailleurs que ce qui semble faire polémique c’est l’éditorial de l’actuel GM de la GL-AMF, bientôt descendu de charge.
    La question que je me pose, parmi les commentateurs bien énergiques à s’exprimer, lesquels peuvent dire qu’ils ont entre les mains ce n°7 consacré à la Tradition, et combien parmi eux peuvent également nous donner un avis sur chacun des articles qui composent ce numéro 7?
    Ca, ça serait bigrement intéressant.
    – – –
    Pour ma part, « adogmatique » frangin du GODF, « mécréant » d’une obédience dite « libérale », j’ai eu la faiblesse, dans un moment d’égarement, de sortir des clous ou des rails habituels de mon obédience, et j’ai fait l’acquisition, ne le répétez-pas, que ça ne sorte pas d’ici, de trois numéros des Cahiers de L’Alliance, le n°2 sur « L’Humanisme », le n°5 traitant de Vérités et de Vérité, et enfin du n°6 consacré au « Sens de l’Honneur ».
    On peut ne pas être d’accord avec tout ce que contiennent ces numéros, mais on admettra que la revue, quoique récente, est solidement documentée, ouvre des perspectives, permet de se confronter à des angles de vue insoupçonnés, pour qui a la curiosité d’y aller voir.
    J’ai donc tendance à penser, même si l’éditorial de Jean-René Dalle ne peut rallier tous les suffrages, et il ne les ralliera pas, c’est une lapalissade, que le dossier dans son ensemble, peut nous dire des choses intéressantes sur Tradition et Transmission.
    Est-il autorisé à un frère du GODF de dire ça d’une revue émanant d’une autre obédience que la sienne?
    Est-il autorisé à un frère de savoir un peu lire, un peu écrire et, en plus de seulement épeler, d’avoir parfois la curiosité d’aller « éplucher » ailleurs des articles propres à nourrir la curiosité et la culture maçonnique?
    Je dirais même, sans dénigrer ni trahir la connaissance et la culture propre à son obédience « mère », le recoupement d’information en provenance d’ailleurs n’est-il pas aussi profitable?
    Je crains qu’une culture maçonnique en provenance uniquement de son obédience d’appartenance puisse avoir quelque chose d’appauvrissant, par manque de comparaison. Et c’est valable pour chacune des obédiences.
    Mais ce n’est que mon avis, et je ne l’impose à personne.

    • 38
      Désap.
      14 octobre 2020 à 10:40 / Répondre

      37 – Qui peut contester cela ?
      Cependant, il s’agit là d’esthétique.
      Comme je l’ai déjà évoqué, toutes les cathédrales sont esthétiquement différentes.
      En revanche, elles sont toutes construites selon les mêmes principes, ceux de l’architecture.
      Cet ensemble de principes est unitaire, cela depuis que l’Homme construit son habitât.
      Cet ensemble de principes répond à deux exigences : le respect et la compréhension de la force qui est principe universel : la gravité.
      L’exploitation ou le contre-balancement de cette force ne peuvent s’opérer par l’intermédiaire de croyances.
      Il est absolument nécessaire d’accepter sa réalité et de la comprendre, parce que c’est une force et parce que par définition si nous ne la respectons pas les conséquences de nos erreurs ou de nos croyances nous sont immédiatement fatales, le bâtiment s’écroule.
      Il est assez probable que les hommes de 1717 ont choisi la symbolique de ce métier pour signifier au monde que la paix sociale jusqu’à la pérennité de l’humanité passent, non par le respect d’une religion, d’une opinion ou d’un système politique particulier, mais par le respect, la compréhension et la mise en application de principes universels, aussi universels que la stabilité d’une pyramide ou d’une cathédrale face aux forces naturelles.

  • 35
    MarcosTestos
    13 octobre 2020 à 11:43 / Répondre

    33- Désap
    Ton côté polémiste te fait malheureusement tout mélanger. On peut tout à fait respecter les principes de la GLUA et respecter les FF et SS des autres obédiences. Relis ce qu’a écrit JDM. La sagesse de ses propos devraient je l’espère t’éclairer un tant soit peu.

    • 36
      Désap.
      13 octobre 2020 à 16:06 / Répondre

      35 – Marcos s’il te plait, pas à moi.
      PB, le Vm de VdH sous Stifani, avait proposé la reconnaissance de la GLDF, il me semble également de la GLTSO, et travaillé le dossier.
      Personne n’a jamais rien voulu savoir. L’argument était : leur GADLU n’est pas Dieu, c’est niet.
      Il y a la diplomatie et la réalité.
      Si JDM veut faire preuve de naïveté ça le regarde.

      • 39
        MarcosTestos
        14 octobre 2020 à 11:32 / Répondre

        36-Désap
        Encore une polémique inutile. Mon commentaire ne faisait que répondre à tes accusations de non considération et de non respect des FF et SS des autres obédiences.
        Maintenant, pour relancer la machine sans doute, tu confonds (sciemment ? ) le respect et la considération avec la reconnaissance d’obédiences ! Désap s’il te plaît, pas à moi !
        Quant à tes prétendus histoires de reconnaissance sous Stifani, je voudrais bien connaître tes sources parce que moi je n’en ai jamais entendu parler.

        • 41
          Désap.
          14 octobre 2020 à 14:08 / Répondre

          39 – C’est franchement fatiguant d’être toujours mis en doute.
          Peut-être chez toi a-t-on l’habitude de raconter n’importe quoi (pcq cette manie vient bien de qque part !), pas chez moi et d’une manière générale pas chez les maçons.
          Ma source est PB lui-même !

  • 28
    marcos testos
    12 octobre 2020 à 19:01 / Répondre

    25
    Explicite non mais étonnant certainement car ce ne sont pas les propos que j’ai l’habitude d’entendre chez les FM du GODF … sauf chez les extrémistes de l’obédience, nostalgiques de Mélenchon évidement.
    Ton raisonnement fallacieux est l’exemple même d’un sophisme de collégiens. Imagine que j’agisse pareil avec ton obédience !

  • 24
    MarcosTestos
    12 octobre 2020 à 15:42 / Répondre

    17-Adrien C
    La liberté de conscience est la même à la GLNF qu’au GO. Mais nous sommes plus franc puisque nous informons immédiatement un éventuel futur apprenti sur les outils avec lequel il devra travailler A l’inverse le grand écart du GO où il pourrait amener à entendre et à travailler sur des pratiques à l’opposé de ses idées.
    Si tu en es encore à confondre un rituel avec un missel je ne peux plus rien pour toi. Mais en fait, tu travailles sur quoi ? Sur du vent ?
    PS: je te précise qu’au cas où un initié GLNF ne serait plus en accord avec son serment il peut tout à fait quitter la GLNF pour rejoindre une autre obédience.

  • 13
    marcos testos
    12 octobre 2020 à 11:36 / Répondre

    10- Désap
    « … par principe la religion, cette subjectivité intégrale, … » c’est ta croyance, je dirais même que c’est ta « Religion ». Je te rappelle cependant que les cinq grandes religions regroupent environ 5 milliards des 7 milliards d’individus que compte notre planète. Je sais bien que le nombre ne fait pas lout mais quand même ! Il faut savoir raison garder mon F. Pour en revenir à la FM, je te précise une nouvelle fois qu’à la GLNF on ne parle pas de religion pendant nos travaux. Le rituel, rien que le rituel..

    • 17
      Adrien C
      12 octobre 2020 à 14:15 / Répondre

      « A la GLNF on ne parle pas de religion pendant nos travaux. » C’est vrai, ce n’est plus nécessaire car pour être admis il faut préalablement déclarer croire en un Dieu révélé…
      C’est la plus grande différence avec les obédiences libérales et adogmatiques comme le GODF, où il est dit que « chacun est libre de croire ou de ne pas croire ». Au GO on appelle ça la liberté de conscience. C’est quoi à la GLNF la liberté de conscience ? C’est un concept reconnu ? Comment ?
      Quant au rituel comme fin en soi !… Comme la messe en quelque sorte ?

      • 20
        Jean_de_Mazargues
        12 octobre 2020 à 15:14 / Répondre

        Encore un qui confond maçonnerie et laïcité. Le principe de laïcité protège les Francs-maçons, il n’est pas l’essence de la FM. je suis un F du GODF et dans mon atelier, nous essayons de ne parler ni de politique, ni de religion. Cela ne signifie pas que nous nous désintéressons du monde qui nous entoure mais nous en parlons en FF en ayant laissé nos métaux à l’extérieur du temple. Le rituel n’est pas une fin en soi : il est le chemin. Malheureusement cette approche est en train de disparaître du GODF qui glisse irrésistiblement vers un club ridicule pseudo-progressiste, dans lequel je ne me retrouve pas. Un Atelier comme le mien (même si j’y vais peu depuis le Covid vu que je réside à l’étranger) est une espèce en voie de disparition au GODF…

        • 23
          Yvan d'Alpha
          12 octobre 2020 à 15:33 / Répondre

          20. MBCF Jean de Mazargues, ton pseudo me laisse supposer que ton atelier se réunit dans les mêmes locaux que le mien. Pourrais-tu en donner le titre distinctif car une visite me tente beaucoup. Frat:. acc:.

          • 26
            Jean_de_Mazargues
            12 octobre 2020 à 16:42 / Répondre

            Malheureusement mon pseudo se réfère à ma terre d’origine et non à mes deux résidences actuelles …

    • 19
      Désap.
      12 octobre 2020 à 15:01 / Répondre

      13 – Marcos, je parle de principes.
      C’est une facilité de prétendre qu’on ne parle pas de religion à la GLNF ou ailleurs.
      En effet, vous n’en parlez pas de manière effective. Cependant, et il ne suffit que de cela, vous affirmez que le GADLU est Dieu, celui décrit pas le monothéisme, et exigez qu’on croit en la révélation biblique.
      Dès lors, tout ce qui contrevient à ce dogme n’est pas de la maçonnerie, d’ailleurs, conformément à la « Réaffirmation en 2009 des principes de reconnaissance commune (Angleterre, Écosse, Irlande) de 1938 » émit par la GLUA : « La Grande Loge est consciente qu’il existe des corps se déclarant francs-maçons, qui n’adhèrent pas à ces principes (Basic Principles 1929), et bien que cette attitude existe, la Grande Loge d’Angleterre refuse absolument d’avoir des relations avec de tels organismes, ou de les considérer comme francs-maçons. »
      « Ils doivent être acceptés et mis en pratique sans réserve et dans leur intégralité par ceux qui désirent être reconnus comme des francs-maçons par la Grande Loge Unie d’Angleterre. »
      En d’autres termes, tu ne me considères pas comme un franc-maçon. Tu peux affirmer le contraire, ce sera toujours faux.
      Par ailleurs, il ne faut pas inverser les choses.
      C’est se baser sur la bible et considérer sa révélation comme vérité qui constitue une croyance.
      Avant le monothéisme, seul ce qui était démontré constituait une révélation.
      A telle enseigne que les Egyptiens construisaient des monuments hors normes pour, non seulement fixer les connaissances, également comme preuve de leur efficience.
      Les Grecs, eux, sont passés à la démonstration intellectuelle. Ils ont démontré (démontré n’est-ce-pas) que seul l’intellect est en mesure de permettre une compréhension valable de la transcendance, que la croyance n’est d’aucun bénéfice en comparaison de ce qu’apporte la compréhension, et ont décrit une méthode : la rigueur intellectuelle, décrit n’est-ce-pas, avec tout un ensemble d’exigences absolues en matière de principes hors desquels il ne peut s’agir que de croyances, et là encore l’ont démontré.
      Le problème est que la bible ne résiste pas à cette méthode, elle est prise en défaut, notamment de cohérence.
      La croyance n’est que du sentiment. Or, d’un point de vue métaphysique le sentiment est hors sujet parce qu’il ne peut que troubler la réalité par l’effet et les conséquences émotionnels qu’il produit.
      Je dis et je répète, vous passez à coté de quelque chose d’immense et juste, qui est une méthode, en ne vous en remettant à toute fin qu’à la bible.
      Il me semble bien que la maçonnerie est une méthode. Si on la « sentimentalise », elle devient une croyance et n’a dès lors plus rien à envier aux églises.

      • 30
        MarcosTestos
        12 octobre 2020 à 20:59 / Répondre

        19- Désap
        Ce n’est pas une facilité que de prétendre qu’on ne parle pas de religion à la GLNF, c’est tout simplement la Réalité. Le reste n’est que polémiques stériles.

  • 9
    Yvan d’Alpha
    12 octobre 2020 à 09:20 / Répondre

    « celles qui s’identifient à la transmission initiatique fondée sur un enracinement spirituel et celles qu’on dit sociétales et qui sont, en réalité, politiques. »
    Pour qu’il y ait tradition, il y a un impératif de transmission. Car sans transmission, la tradition disparaît ou tombe en désuétude. Il en est ainsi par exemple des nombreuses traditions régionales qui progressivement disparaissent, faute de transmission, immuables et figées dans un passé disparu, qui paraissent ringardes ou pire, réactionnaires, aux yeux des bien pensants modernistes. Dans un autre pays comme l’Espagne par exemple, les traditions régionales sont tout sauf du folklore. Car générations après générations, la jeunesse s’en empare, prend le relais des parents pour en faire quelque chose de vivant et actuel. La tradition, une fois transmise, est fondatrice de valeurs et n’existe plus pour elle même, mais pour ceux qui la portent et surtout, en la transmettant, ne la possède pas.

    Alors que dire de la tradition en maçonnerie ? Que certains en font un dogme ? Que d’autres l’oublient ? Cette phrase de l’édito qui de prime abord semble positionner la GLAMF comme l’obédience parfaite, ni dogmatique, ni laïcarde, peut heurter certains. C’est oublier deux aspects : d’une part, il y a suffisamment d’obédiences pour trouver celle qui se prête le mieux à nos convictions et envies maçonniques et d’autre part, la liberté de parole et de pensée reste un des fondements de « l’esprit maçonnique ».
    Dans cette petite phrase qui semble remuer beaucoup d’eau dans le verre, la seule chose qui pourrait être éventuellement discutée, c’est cette fausse vérité concernant les obédiences libérales, prétendument sociétales. Il suffit pour comprendre de visiter par exemple une loge travaillant au RER au GODF ou à la GLMF qui malgré leur obédience ne font pas vraiment dans le sociétal …
    Pour le reste, travaillons (sur nous) et n’aspirons pas au repos …

    • 11
      Désap.
      12 octobre 2020 à 09:53 / Répondre

      9 – Outre que la première partie décrit les traditions sociales qui n’ont rien à voir avec ce qu’on peut entendre par « tradition » en maçonnerie, il y a une chose qui ne va pas dans ton raisonnement : si toutes les cathédrales sont différentes, elles sont toutes rigoureusement construites sur les mêmes principes, ou bien elles s’écrouleraient.
      Allez, je ne vais pas faire Cassandre, je ne vais pas préjuger du présent et du futur de la franc-maçonnerie.
      Cependant méfiance vis à vis de l’illusion, l’écroulement ne traduit pas toujours par une disparition physique.

  • 8
    yasfaloth
    11 octobre 2020 à 23:23 / Répondre

    Vous êtes bien susceptibles, je trouve les « sociétaux » dans cette affaire… c’est le terme de « club » qui vous défrise ainsi, à moins que ce soit celui de « politique » ? (que l’on vous trouve coupés de la transcendance (Dieu) ne doit pas vous déranger beaucoup je présume).
    .
    Si nous l’étions autant chaque fois qu’une sœur ou un frère bien intentionné moque allègrement ce concept de Tradition (avec un grand « T »), piétine un de ses hérauts (R. Guénon par exemple) ou se gausse de notre rapport au Livre…

    • 10
      Désap.
      12 octobre 2020 à 09:36 / Répondre

      8 – Et bien dis donc, « Dieu », « Livre », à part ça chez certains on n’est pas du tout religieux, on dit même ne pas être croyant.
      Quelle misère, dire que par Principe la religion, cette subjectivité intégrale, n’a pas de place en maçonnerie.
      Mais attention mécréant, tu oublies que le Livre a été écrit sous la dictée de Dieu, c’est donc la Vérité.
      On m’a rit au nez, on s’est offusqué lorsque j’ai écrit que la majorité des maçons d’aujourd’hui se sentent perdus hors des prismes politiques et religieux.
      Intelligence et 1723 ne sont plus qu’un vague souvenir historique et la maçonnerie n’est elle-même plus qu’un mot.

      • 12
        yasfaloth
        12 octobre 2020 à 10:46 / Répondre

        Je ne sais pas si tu es toujours à la Glamf mais franchement si c’est le cas et vu que tu ne fais toujours pas apparemment la différence entre la signification exotérique de ces mots et celle qu’on leur donne dans (pour faire simple) le « Pôle Tradition », tu dois être un virtuose du grand écart 🙂 !

        • 15
          Désap.
          12 octobre 2020 à 12:37 / Répondre

          12 – Ce n’est pas un grand écart que je fais, c’est de l’abstraction. Je suis résigné, c’est le seul moyen de continuer à pratiquer le rituel. Jusqu’au jour où, si rien ne change dans les prochaines années, si la religion continue de polluer la maçonnerie, je quitterai la franc-maçonnerie, celle-ci ne m’apportant alors plus rien. Je n’ai rigoureusement rien à faire de l’exégèse biblique, qu’elle soit exotérique ou prétendument ésotérique.
          J’ai la chance de travailler au RF bleu et uniquement. C’est le seul rituel que l’on puisse entendre selon les principes de 1723. Effectivement, lorsque j’entends « le GADL’U qui est Dieu » je me bouche les oreilles, d’autant plus facilement qu’il ne s’agit pas de la rédaction originale.
          Il n’y a pas d’ésotérisme dans la bible, le prétendre est une construction mentale. La bible, comme tout livre religieux, ne peut s’entendre que littéralement, je t’invite à lire le Talmud pour la Torah, Jésus et les apôtres, St. Augustin et Eusèbe de Césarée pour le Christianisme ; tout juste peut-on accorder aux religions de s’exprimer par paraboles, mais ceci ne saurait être qualifié d’ésotérisme, moins encore d’initiation, principe contre lequel s’est construit le monothéisme.
          La scolastique a entrepris d’élaborer une interprétation ésotérique des Ecritures. Pour se faire, elle n’a eu d’autre choix que de s’en remettre aux principes métaphysiques de la Philosophie grecque, les seuls en sa possession, l’Egypte étant le contre exemple, tentant de démontrer que Platon et Aristote préfigurent le Christianisme. Elle a dû s’arrêter. Au fur et à mesure qu’elle extrapolait ou qu’elle intégrait, pour ne pas être en contradiction avec le dogme il était nécessaire pour elle de s’y référer en dernier ressort pour ne pas se retrouver en parfaite contradiction avec le dogme parce que la finalité des livres grecs lui est contraire. Et bien entendu, je ne parle pas du dogme défini à Nicée en 325, qui lui est de pure forme, mais du dogme exprimé par les Ecritures, savoir la Révélation.
          Et vous, maçon religieux qui vous ignorez, par l’oeuvre de l’ésotérisme et d’un usage détourné des outils maçonniques, vous vous faites forts de dévoilez la réalité biblique, vous êtes plus qualifiés que les docteurs de l’Eglise post Nicée, Augustin faisant partie de vos maitres, pour en tirer la substantifique moelle. Vous ne craignez rien. Vous ne vous rendez même pas compte que vous reproduisez la même erreur que la scolastique, vous ne chercher rien d’autre qu’à marier la carpe avec le lapin.
          Longtemps, au regard de sa richesse, je n’ai pas compris pourquoi le néoplatonisme avait si peu d’intérêt pour les maçons. Au fur et à mesure que la religiosité imprègne les loges et les chapitres, la réponse se dessine : si vous mettez le nez dans ses livres, tout autour de vous va s’écrouler parce qu’il est une chose contre laquelle on ne peut rien, sauf par la croyance, c’est la force de la démonstration. Le néoplatonisme, c’est la purification de l’analyse, c’est l’évacuation du fantasme, c’est l’exploration exhaustive de toutes les possibilités avec la même rigueur que celle qui prévaut à l’établissement des vérités matérielles, c’est à dire scientifiques, lui se situant sur le plan métaphysique et, au contraire de la religion, en respectant plus que rigoureusement ses principes.
          Entre 1909 et 19013, Guénon expose très précisément ces principes, avant de tomber à son tour dans la religion.
          Alors certes ! Il ne s’agit pas pour moi de prétendre que la maçonnerie serait la suite du néoplatonisme. Quoique, mais ceci est une opinion qui ne regarde que moi.
          En revanche ! Il s’agit d’en perpétuer l’exigence, et ceci c’est le rituel bleu qui vous l’intime.
          Vous en êtes très loin.

          • 22
            yasfaloth
            12 octobre 2020 à 15:27 / Répondre

            Ok, bon courage !

            • 31
              Désap.
              12 octobre 2020 à 21:12 /

              22 – Courage ? Quel courage ??
              😂 Je ris bien voyons, s’enferrer ainsi de son plein gré ce n’est pas banal.
              Pour le reste, le spectacle est intéressant, on ne t’a jamais autant entendu parlé de Dieu et de Livre que depuis que tu te perfectionnes.

            • 34
              Yasfaloth
              12 octobre 2020 à 23:20 /

              Lol il y a plus de dix ans j’ai quitté le GODF, entre autre parce qu’un enragé dans ton genre m’avait sorti qu’il était interdit de prononcer le mot « Dieu » en loge car, soit disant « non maçonnique » !
              .
              (Bon ce n’était pas la raison principale mais cela y a participé !)
              .
              Et la première chose qu’on m’a apprise au début de mon « perfectionnement » c’est qu’il ne fallait pas prendre des mots pour des …..

  • 5
    michel
    11 octobre 2020 à 20:37 / Répondre

    On ne se grandit jamais en piétinant l’autre.
    J’ai connu il y a très longtemps une maçonnerie respectueuse de la différence.
    Puis la communication est arrivée, suivie par la course au recrutement. Et les obédiences sont entrées en concurrence.
    Aujourd’hui c’est le face à face, et voir un grand maitre dénigrer ouvertement une autre forme de maçonnerie c’est pitoyable.

    Ma Tradition , ce n’est pas de cracher sur les frères différents !
    Ma tradition c’est de reconnaitre pour frère (ou soeur) ceux qui m’ouvre la porte de leur temple !

    • 7
      Adrien C
      11 octobre 2020 à 21:12 / Répondre

      Merci Michel, je vois qu’on est d’accord sur les grandes lignes : respectons-nous les uns les autres.
      Du moins entre ceux qui se respectent …

  • 3
    MarcosTestos
    11 octobre 2020 à 17:47 / Répondre

    Adrien C
    Chercherais tu toi aussi la bagarre ? Mais tu sais ce que te dis un FM à la GLNF depuis plus de 35 ans ?
    Je ne sais pas où tu pratiques ta Maçonnerie et franchement je m’en contrefous. Par contre je peux t’assurer que ce genre de propos sur la GLNF ne te grandit pas à titre personnel et discrédite ta maison.

    • 6
      Durruti
      11 octobre 2020 à 20:41 / Répondre

      Tout en nuance.

  • 2
    Désap.
    11 octobre 2020 à 17:36 / Répondre

    Le F. Adrien C a raison, pourquoi parler d’autres maçonneries que la sienne ?
    C’est une manie de perdant de parler des autres.
    Que la GL-AMF s’occupe de sa maçonnerie et la développe ; les bases proposées par F. Bardot sont excellentes, originales pour la période et, de mon point de vue, particuliérement conforme à l’originale.

    • 14
      marcos testos
      12 octobre 2020 à 12:21 / Répondre

      2-
      « Le F. Adrien C a raison, pourquoi parler d’autres maçonneries que la sienne ? » C’est justement ce qu’il ne fait pas en critiquant sournoisement la GLNF. Duplicité quand tu nous tiens …

      • 16
        Adrien C
        12 octobre 2020 à 13:42 / Répondre

        En quoi est-ce une critique de la GLNF que de rappeler la réalité, qui est que celle-ci ne reconnaît la qualité maçonnique à personne d’autre en France qu’à ses membres ?
        Et n’est-ce pas là une position « élitiste » et « dédaigneuse des autres » ?…
        .
        Et d’ailleurs, pourquoi venir s’encanailler à vouloir venir parler franc-maçonnerie sur ce site avec des « non maçons » ?… 🙁

        • 18
          MarcosTestos
          12 octobre 2020 à 14:17 / Répondre

          Et en quoi est ce une position « élitiste et dédaigneuse » ?
          Je ne m’encanaille pas pour le plaisir mais pour répondre à qq’un qui sournoisement attaque l’obédience à laquelle appartient ma Loge.
          Ne ferais tu pas la même chose si on attaquait ton obédience ? D’ailleurs de quelle obédience dépends tu ?

          • 25
            Adrien C
            12 octobre 2020 à 15:46 / Répondre

            Il me semble assez clairement explicite à travers ce post et d’autres que je suis du GODF.
            Quant à qualifier le fait que la GLNF ne reconnaît la qualité de franc-maçon qu’à ses seuls membres de « position élitiste et dédaigneuse des autres « , je laisse tous les non membres de la GLNF apprécier.
            .
            Pour être clair rappelons l’important 8e « landmark » de La Grande Loge Unie d’Angleterre, landmarks auxquels la GLNF est obligée de se conformer :
            La Grande Loge est consciente qu’il existe des corps se déclarant francs-maçons, qui n’adhèrent pas à ces principes, et bien que cette attitude existe, la Grande Loge d’Angleterre refuse absolument d’avoir des relations avec de tels organismes, ou de les considérer comme francs-maçons.

            • 32
              Jean_de_Mazargues
              12 octobre 2020 à 21:44 /

              @ Adrien C. Mais qu’est-ce que cela peut bien te faire ? Moi aussi je suis irrégulier à l’aune des critères de la GLUA et je ne mène pas pour autant une guerre picrocholine contre les réguliers. C’est grotesque. Encore plus grotesque quand nous constatons que dans cet échange c’est toi qui est parti bille en tête contre la GLAMF, pas plus régulière que la GLDF, le GODF ou la GLTSO … Laisse donc les obédiences et travaille l’Art, mon F.

        • 21
          Jean_de_Mazargues
          12 octobre 2020 à 15:19 / Répondre

          C’est faux, pure fake news ! La GLNF ne pratique par les intervisites mais se garde bien de se prononcer sur la qualité maçonnique des FF et SS des autres obédiences françaises. Lors des première Rencontres Lafayette il y a 5 ans environ, le GM de la GLNF dans le grand Temple Groussier s’adressa aux participants en les interpellant comme de « chers FF et chères SS ».
          Adien S, en plus d’être sectaire, tu es inexact.

          • 27
            Désap.
            12 octobre 2020 à 18:42 / Répondre

            21 – C’est bien toi qui te trompes JDM.
            Les paroles s’envolent, les écrits restent.

          • 29
            MarcosTestos
            12 octobre 2020 à 20:48 / Répondre

            21- Jean de Mazargues
            Les propos malfaisants d’ex GLNF (ayant mal vécu leur exclusion très souvent ) ou de polémistes en herbe ne sont pas préjudiciables en soi mais sont fatigantes à la longue !
            Alors merci Jean de rétablir la Vérité et de mettre à jour leurs techniques de détournement d’informations.
            Avec mes F. Salutations

            • 33
              Désap.
              12 octobre 2020 à 22:19 /

              29 – Ah bon ? Votre respect des principes de la GLUA serait à géométrie variable ?
              Tu voudrais faire croire ça à qui ?
              Vous n’avez aucune considération pour qui ne respecte pas les BPs 1929.
              Il n’y a bien que le GODF, votre allié objectif dans le partage du PMF, qui feint de l’ignorer.

  • 1
    Adrien C
    11 octobre 2020 à 13:10 / Répondre

    Sympa avec les copains et très diplomatique le premier paragraphe de l’édito du GM. Il chercherait la bagarre avec les « libéraux » qui, dit-il, « se sont coupés de toute transcendance et ont glissé vers une culture de club », qu’il ne s’y prendrait pas autrement. La vraie maçonnerie, comprendre la seule vraie, étant bien sûr celle pratiquée à la GLAMF !
    .
    Comment ces Frères qui n’ont que 8 ans d’existence peuvent-ils avoir une telle « suffisance » et être dédaigneux avec les autres, en oubliant qu’il y a 8 ans ils idolâtraient un autre veau d’or, une autre pratique de la maçonnerie à la GLNF, encore plus élitiste et dédaigneuse des autres puisque ne reconnaissant à personne d’autre qu’à ses membres la qualité maçonnique…
    .
    Il est vrai qu’après avoir raté leur OPA sur la si indispensable « reconnaissance » de la GLUA la GLAMF ne sait plus très bien qui elle est ni où elle est…
    Un espèce d’OVNI maçonnique sans réelle personnalité ni utilité, qui finira par se dissoudre. Une partie de ses membres retournera à la chère GLNF, déjà regrettée par beaucoup, une autre partie s’affiliera à la GLDF, et un petit noyau d’irréductibles finira en micro-obédience, dans l’indifférence générale.

    • 4
      altec
      11 octobre 2020 à 19:58 / Répondre

      Etrange réquisitoire avec sentence !!
      ADRIEN C dis nous à quelle magnifique obédience est fédérée ta Loge ?
      (Je ne suis ni à la GLAMF ni à la GLNF )

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif