Les Amis de la Vertu, de Charleroi

Publié par Géplu
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mardi 19 mai 2020
  • 5
    Augustin1813
    7 novembre 2020 à 10:45 / Répondre

    En ces temps moroses, malgré le confinement, « Les Amis de la Vertu » est disponible en librairie, chez l’éditeur ou sur le net.

  • 4
    pierre noel
    14 septembre 2020 à 14:06 / Répondre

    Je reçois ce matin le livre de Jacques Declercq.
    Je le recommande vivement à tous ceux que cette période et cette région intéressent. Il y s’agit de maçonnerie, mais pas seulement !
    La présentation est soignée. Les illustrations, reproductions de pièces authentiques d’époque, sont aussi bonnes que possible, vu leur âge et leur état. Sa lecture est un plaisir.

    L’ occupation française a laissé quelques souvenirs dans la région, pas tous désagréables quoi qu’on puisse en penser. Les marches de l’Entre- Sambre-et-Meuse en sont un exemple que je vous souhaite de découvrir (l’auteur du livre en est un excellent guide).

  • 3
    Augustin1813
    20 mai 2020 à 11:32 / Répondre

    Merci mes Amis. J’espère que vous apprécierez!

  • 2
    pierre noel
    19 mai 2020 à 10:45 / Répondre

    Je suis heureux de saluer la sortie de l’ouvrage de Jacques Declercq qui traite d’un sujet rarement évoqué, la maçonnerie à Charleroi, entre l’apogée (1809) et l’écroulement (1814) de l’empire napoléonien. Les dates montrent déjà que la vie de la loge dut être fonction de la présence française dans la ville (surtout d’employés du fisc, semble-t-il) appuyé par la bourgeoisie locale dont le français était la langue natale, à l’inverse de bien d’autres départements annexés par l’empire en-dehors des limites de la France prérévolutionnaire). Bien peu de choses subsistent de cette loge, un nom évocateur des préoccupations de la maçonnerie d’antan, quelques diplômes, des noms de rue, le souvenir des quelques heures que passa l’empereur des Français dans la demeure d’un notable du cru, maître de forges et franc-maçon. L’évocation pointilleuse qu’en fait Jacques Declercq réveille le charme et le calme d’une ville de province où il devait faire bon de maçonner à l’écart des centres stratégiques et militaires d’un empire dont nul n »imaginait qu’il était au bord du gouffre. La description de la vie maçonnique carolorégienne n’en prend que plus de sel par le contraste entre la paix des tenues et l’ouragan qui allait balayer la loge comme le monde profane.

  • 1
    Michel Hermand
    19 mai 2020 à 07:30 / Répondre

    Je me réjouis de lire l’ouvrage de Jacques. L’étude de la Franc-Maçonnerie dans les territoires annexés par la France en 1795, qui deviendront la Belgique, est tout simplement passionnante.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous