Les Amis de la Vertu, de Charleroi

Publié par Géplu
Dans Edition

Jamais sans doute dans toute son histoire, et sur une période de temps si courte, la Franc-Maçonnerie ne connut une expansion aussi importante en Europe qu’à l’époque du Consulat et de l’Empire. Napoléon était d’ailleurs entouré de Francs-Maçons. La protection qui fut accordée à l’Ordre par le pouvoir, conjuguée aux conquêtes napoléoniennes, fut sans nul doute une des raisons profondes de ce rayonnement acquis grâce notamment aux Francs-Maçons grand Dignitaires de la Couronne, officiers militaires et nombreux fonctionnaires, répartis et dispersés sur tout le territoire de la France impériale.

Cette influence se fit sentir jusque dans les diverses villes de province, comme à Charleroi, nichée dans un boucle stratégique de la Sambre, déjà sous Louis XIV (Vauban) dans cette partie de France aujourd’hui belge, petite ville jadis nommée « Libre Sur Sambre » et bien avant, Karnoy (980), puis Charnoy ( 1188) encore sous le régime espagnol, avant de s’appeler Charleroy.

Au sein de cette modeste sous-préfecture impériale du département de Jemmape, des Français, Francs-Maçons, vont se reconnaître, se retrouver et décider de fonder une Loge, avec l’aide notamment de négociants et d’industriels importants de la région comme les dénommés Puissant, Huart-Chapel, Dorlodot et autre Houtard. Ils lui donneront le nom des « Amis de la Vertu », cette « Vertu » qui soulignait une des valeurs essentielles à laquelle invitait la Franc-Maçonnerie pour ses membres. Leur «aventure» ne durera cependant guère plus de quatre ans. L’effondrement de l’Empire et le départ consécutif des fonctionnaires français rentrant au pays allaient avoir raison de cette entreprise fraternelle. Il faudra attendre 1837 pour que deux nouvelles Loges voient le jour dans la région : l’une à Lodelinsart et l’autre à Charleroi…

Jacques Declercq, passionné par l’époque napoléonienne sous tous ses aspects, a réuni au fil des ans une importante collection de souvenirs d’époque. Il a signé nombre d’articles historiques et généalogiques et publié plusieurs ouvrages pointus de recherche : «Trois cents grognards du Canton de Lessines dans la Grande Armée », « Quand les Belges se battaient pour Napoléon. 1813 – 1814. Le 5e corps d’infanterie dans la tourmente», et «Histoire des distinctions honorifiques du royaume de Westphalie» en 2018 aux éditions ECE-D, Paris.

_____________________________________
Les Amis de la Vertu, une Loge à Charleroi sous le premier empire (1809-1814), de Jacques Declercq. Aux Editions ECE-D (Le livre paraîtra cet été, au prix de 15 €. Dans l’attente une souscription est ouverte avec le livre à 13 €. : Souscription les Amis de la Vertu), chez Amazon (à sa sortie) ou de préférence dans la librairie la plus proche de votre domicile.
ISBN : 978-2-37939-031-9

mardi 19 mai 2020
  • 5
    Augustin1813
    7 novembre 2020 à 10:45 / Répondre

    En ces temps moroses, malgré le confinement, « Les Amis de la Vertu » est disponible en librairie, chez l’éditeur ou sur le net.

  • 4
    pierre noel
    14 septembre 2020 à 14:06 / Répondre

    Je reçois ce matin le livre de Jacques Declercq.
    Je le recommande vivement à tous ceux que cette période et cette région intéressent. Il y s’agit de maçonnerie, mais pas seulement !
    La présentation est soignée. Les illustrations, reproductions de pièces authentiques d’époque, sont aussi bonnes que possible, vu leur âge et leur état. Sa lecture est un plaisir.

    L’ occupation française a laissé quelques souvenirs dans la région, pas tous désagréables quoi qu’on puisse en penser. Les marches de l’Entre- Sambre-et-Meuse en sont un exemple que je vous souhaite de découvrir (l’auteur du livre en est un excellent guide).

  • 3
    Augustin1813
    20 mai 2020 à 11:32 / Répondre

    Merci mes Amis. J’espère que vous apprécierez!

  • 2
    pierre noel
    19 mai 2020 à 10:45 / Répondre

    Je suis heureux de saluer la sortie de l’ouvrage de Jacques Declercq qui traite d’un sujet rarement évoqué, la maçonnerie à Charleroi, entre l’apogée (1809) et l’écroulement (1814) de l’empire napoléonien. Les dates montrent déjà que la vie de la loge dut être fonction de la présence française dans la ville (surtout d’employés du fisc, semble-t-il) appuyé par la bourgeoisie locale dont le français était la langue natale, à l’inverse de bien d’autres départements annexés par l’empire en-dehors des limites de la France prérévolutionnaire). Bien peu de choses subsistent de cette loge, un nom évocateur des préoccupations de la maçonnerie d’antan, quelques diplômes, des noms de rue, le souvenir des quelques heures que passa l’empereur des Français dans la demeure d’un notable du cru, maître de forges et franc-maçon. L’évocation pointilleuse qu’en fait Jacques Declercq réveille le charme et le calme d’une ville de province où il devait faire bon de maçonner à l’écart des centres stratégiques et militaires d’un empire dont nul n »imaginait qu’il était au bord du gouffre. La description de la vie maçonnique carolorégienne n’en prend que plus de sel par le contraste entre la paix des tenues et l’ouragan qui allait balayer la loge comme le monde profane.

  • 1
    Michel Hermand
    19 mai 2020 à 07:30 / Répondre

    Je me réjouis de lire l’ouvrage de Jacques. L’étude de la Franc-Maçonnerie dans les territoires annexés par la France en 1795, qui deviendront la Belgique, est tout simplement passionnante.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif