Frontispice des Constitutions d'Anderson de 1723.
Georges Payne serait le dernier personnage à droite de l'image. De gauche à droite, derrière le duc de Montagu qui tient la constitution, Isaac Newton. À droite, derrière le duc de Wharton accédant à la Grande Maîtrise, Jean-Théophile Désaguliers, et les anciens Grands Maîtres Anthony Sayer et Georges Payne.

Les Règlements Généraux de George Payne

Publié par Pierre Noël

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 24 novembre 2022
  • 10
    Etienne Hermant
    26 novembre 2022 à 12h32 / Répondre

    Comme indiqué en -9- William Hawkins, maçon, se retrouve mentionné comme Grand Surveillant du duc de Wharton dans les « Constitutions de 1723 ».
    James Anderson est mentionné en approbation à la suite de l’annonce du duc de Wharton, parmi les « vénérables et surveillants des Loges particulières » :
    « XVII JAMES ANDERSON, A.M., Vénérable (l’auteur de cet ouvrage)
    Gwinn Vaughan, Walter Green Wood, Surveillants ».
    .
    En dehors de Stukeley, témoin oculaire, se trouve également Robert Samber.
    Il le relate dans sa traduction de « Ebrietatis encomium : or Praise of Drunkenness » où il se met en scène, ayant assisté à la tenue solennelle et au banquet de clôture qu’il détaille : « jambons succulents, poulets dodus de Westphalie, exquis saumons d’Ecosse, copieuses libations, huzzas bien sonores, envolées musicales ».
    Il fait mention d’une chanson entonnée à la gloire des jacobites, « Let the King enjoy his own again », (Wharton pouvait faire preuve de beaucoup d’opportunisme), ce qui offusqua une personne de « grande gravité et de science » qu’on désigne en général comme étant Désaguliers.
    La régularité de cette cérémonie ne sera pas remise en cause à l’époque.
    Les archives de « The Lodge at the Goose and Gridiron » édité par W.Harry Rylands en 1911 (AQC) ne font pas état d’irrégularité du chef du duc de Wharton en la circonstance, que Anderson mentionne néanmoins dans ses « Constitutions », irrégularités qui furent par ailleurs démenties par la presse de l’époque (Daily Post, du 27 juin 1722 et le Weekly Journal, du 30 juin 1722).
    .
    Sans vouloir interférer dans une matrice existante en commentaire du frontispice mis en entête de cet article, les faits semblent plutôt accréditer la composition suivante :
    .
    Frontispice des Constitutions d’Anderson de 1723.
    De gauche à droite, derrière le duc de Montagu qui tient la constitution, se tiennent ses deux Grands Surveillants, Thomas Morris le jeune (maçon ou tailleur de pierre) et Josiah Villeneau (tapissier), et son Grand Maître adjoint, le Dr John Beal (médecin, membre de la Royal Society).
    Derrière le duc de Wharton, se tiennent ses deux Grands Surveillants, Joshua Timson (forgeron) et William Hawkins (maçon), et le Dr Désaguliers, son Grand Maître adjoint.

    • 11
      Pierre Noël
      26 novembre 2022 à 13h18 / Répondre

      Etienne Hermant, en lecteur attentif d’Hiram.be, pourrait/devrait se souvenir que Ashmole, Stukeley, Sample, la presse de l’époque, les minutes de la première loge (dans un ouvrage de Rylands publié à titre privé) ont été traités dans des articulets publiés dans Hiram.be. (Ne serait-ce simple courtoisie de le rappeler ?)
      Suffit pour les consulter de les chercher grâce au petit formulaire présent en haut à droite de chaque nouvelle contribution.

      • 12
        Etienne Hermant
        26 novembre 2022 à 13h27 / Répondre

        Je ne me cadre pas sur Hiram.be pour mes recherches, et sauf à vous désobliger je n’avais pas ces éléments en mémoire.
        La courtoisie n’a strictement rien à voir à la circonstance…

    • 13
      Pierre Noël
      26 novembre 2022 à 18h09 / Répondre

      Des vingt loges citées par l’Approbation des Constitutions de 1723, Thomas Morris était le VM de la 1ère, Anthony Sayer, surveillant de la 3ème , George Payne VM de la 4ème, John Beal, VM de la 12ème , Thomas Morris fils, VM de la 13ème et James Anderson de la 17ème.

      Thomas Morris père, VM et père de VM, n’était sans doute plus si jeune cela

  • 9
    Pierre Noël
    25 novembre 2022 à 16h11 / Répondre

    La grande maîtrise de Wharton est un épisode étrange de la naissance de la fm. Il a été élu et installé en juin , en l’absence de son prédécesseur (quasi à son insu !), dans des conditions qu’Anderson dira, en 1738, irrégulières. Les circonstances de son élection sont discutées et dénigrées a posteriori par Anderson, mais dûment annoncées par la presse du temps et par Stukeley qui y assistait. La présence de Désaguliers y est assurée par l’Approbation (p 79) contenue dans la version 1723 des Constitutions : PHILIP Duke of WHARTON, Grand-Master, J.T. DESAGULIERS, L.L.D. and F.R.S., DEPUTY Grand-Master, JOSHUA TIMSON, WILLIAM HAWKINS, Grand-Wardens. En 1738, Anderson écrit que Timson absent (out of town) en cours de mandat fut remplacé par Anderson qui l’acheva. En tout cas, la transmission de pouvoir de Montagu à Wharton n’a pu avoir lieu de façon formelle qu’en janvier 1723.

  • 6
    Jacques Huyghebaert
    25 novembre 2022 à 9h08 / Répondre

    Pour ceux qu le sujet intéresse et qui connaissent l’anglais je conseille la lecture de l’article intitulé « Roberts’ Constitutions » paru dans le « Square Magazine » du mois d’août 2022. 1722 (téléchargeavble grauitement) https://www.thesquaremagazine.com/mag/article/202208roberts-constitutions-of-freemasonry-1722/

    • 8
      Etienne Hermant
      25 novembre 2022 à 15h32 / Répondre

      S’y trouve également des articles sur la « Constitution de 1723 » et un descriptif de la composition des personnages présents sur le frontispice.
      On y retrouve « William Hawkins and Jodhua Timson to the right next to Dr Desaguliers ».
      « The Frontispiece that illustrates the 1723 Constitutions is designed to impress. It depicts John, Duke of Montagu, wearing the robes of the Order of the Garter, presenting the Constitutional scroll and compasses to his successor, Philip, Duke of Wharton (1698-1731). Each man is supported by his respective Deputy Grand Master and Grand Wardens: John Beale, Josias Villeneau and Thomas Morris are to the left; and William Hawkins and Joshua Timson to the right next to Dr Desaguliers, dressed in clerical robes. A colonnade of pillars representing the five orders of architecture is shown in perspective and frames the transfer of Masonic authority from Montagu to Wharton. »

  • 5
    pierre noel
    24 novembre 2022 à 22h45 / Répondre

    24 JUIN 1721. John MONTAGU Duke of Montagu GRAND MASTER of Masons and Brother Payne having invested his Grace’s WORSHIP with the Ensigns and Badges of his Office and Authority, install’d him in Solomon’s Chair and sat down on his Right Hand while the Assembly own’d the Duke’s Authority with due Homage and joyful Congratulations, upon this Revival of the Prosperity of Masonry. MONTAGU G. Master, immediately call’d forth (without naming him before) as it were carelessly, John Beal MD as his Deputy Grand Master, whom Brother Payne invested, and install’d him in Hiram Abbiff’s Chair on the Grand Master’s Left Hand. In like Manner call’d forth and appointed Josiah Villeneau (upholsterer) and Thomas Morrice (stone cutter) Grand Wardens. who were invested and install’d by the last Grand Wardens (Mr.Thomas Hobby, Stone-Cutter, and Mr. Rich. Ware, Mathematician).aster

    Cet extrait des Constitutions prouve que la loge est toujours présidée par trois Maîtres, le reigning Master au centre, l’IPM à sa droite, le Depute Master à sa gauche. C’est toujours le cas dans une loge écossaise (pour de vrai).

  • 4
    Pierre Noël
    24 novembre 2022 à 22h01 / Répondre

    l’impartialité de Geplu est un exemple de professionnalisme.

  • 1
    Pierre Noël
    24 novembre 2022 à 16h36 / Répondre

    Le frontispice du livre des Constitutions montre le Duc de Montagu (GM 1721-1722), revêtu de la robe de l’ordre de la Jarretière, remettant au duc de Wharton (GM 1722-1723), en robe et couronne ducale, un manuscrit des Constitutions et un compas. Derrière Montagu, se tiennent son Deputy, le Dr John Beale, et ses deux Grands Surveillants, Josiah Villeneau (un garnisseur) et Thomas Morrice (un maçon, à demi caché sur la reproduction). Derrière Wharton, se trouvent ses deux GW,Joshua Timson (forgeron) et James Anderson, ainsi que Désaguliers, son Deputy, en tenue ecclésiastique. (The New Book of Constitutions 1738, pp 114-115). Newton n’a pas été franc-maçon.

    • 2
      Etienne Hermant
      24 novembre 2022 à 18h24 / Répondre

      On est d’accord, alors pourquoi indiquer sous le frontispice : « derrière le duc de Montagu qui tient la constitution, Isaac Newton. » ?

      • 3
        GépluAdministrateur
        24 novembre 2022 à 20h56 / Répondre

        La légende de l’illustration n’est pas de Pierre Noël, mais de moi.
        J’y reprend une présentation possible et souvent évoquée, mais pas admise par tous, la preuve. 🙂

        • 7
          Etienne Hermant
          25 novembre 2022 à 9h42 / Répondre

          « une présentation possible »
          On peut se permettre d’émettre certains doutes quant à cette composition, surtout lorsqu’on sait qu’elle vient en renfort d’une thèse dans le but de la valider…
          .
          Je partage l’analyse de Pierre Noël.
          Là où je pourrais diverger c’est sur la désignation d’Anderson lorsqu’il écrit : « Derrière Wharton, se trouvent ses deux GW, Joshua Timson (forgeron) et James Anderson ».
          Même si R.F. Gould affirme que le 24 juin 1723 « le duc de Wharton présidait en qualité de grand maître, avec le Dr Désaguliers comme député (adjoint) et Josué Timpson et le révérend James Anderson, grands surveillants » et que Mackey confirme « Joshhua Timson et James Anderson » comme étant les Surveillants de Wharton ; ces affirmations vont à l’encontre du « Journal de William Stuckeley » (1687-1765) qui indique que lors de la réunion à Stationers-hall le 24 juin 1722, « le plus ancien maître Maçon proclama à haute et intelligible voix Philip Wharton, duc de Wharton, Grand Maître des Maçons et Mr Josua Timson, forgeron, et Mr William Hawkins, maçon, Grand Surveillants… »
          Il apparaît que ce serait plutôt William Hawkins, maçon, qui se trouverait derrière Wharton sur le frontispice en lieu et place d’Anderson.
          On ne possède pas de portrait d’Anderson qui pourrait nous servir ici.
          Le portrait qu’on désigne souvent d’un homme avec lunettes sur le front dont le nom est James Anderson est, en fait, un économiste et un agronome né en 1739 et mort en 1808.
          La BNF montre le portrait d’un homme élégant qu’elle présente comme étant notre révérend, mais sans aucun lien de vérification

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous