Loi de 1905

Loi de 1905, les Obédiences reçues par le Ministre de l’Intérieur

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 17 janvier 2019
  • 3
    Désap.
    18 janvier 2019 à 11:37 / Répondre

    Il n’y a qu’une proposition à retenir : « l’arsenal d’infractions serait rénové et renforcé, comme l’interdiction de tenir des réunions politiques dans les lieux religieux (article 26 actuel). »
    Le reste se règle par les dispositions légales annexes comme indiqué.
    Le F:. Edouard Habrant fait état de la distinction qu’il convient de faire entre valeurs et principe, c’est ainsi qu’il faut allez plus loin s’agissant (a minima) des articles 1 et 2, ne pas demander qu’ils soient constitutionnalisés, mais les graver en tant que principe inaliénable au même titre et à part égale de la Devise.

  • 2
    357
    18 janvier 2019 à 06:35 / Répondre

    Enfin une réaction intelligente et une analyse mesurée qui contrastent avec les tentatives maladroites de fermeture du débat à coup de communiqués vindicatifs et de pétitions alarmistes. Le Grand Maître de la GLMF a contextualisé le débat tout en reconnaissant qu’il n’y avait pas encore de texte officiel. Des pistes sont évoquées. Des journalistes croient savoir des choses. Et on extrapole. Comme le souligne le dignitaire, la laïcité n’est pas un objet de musée et tout dépend de la nature et de la portée de la modification envisagée. Le problème, c’est que beaucoup d’obédiences, travaillées par le Comité Laïcité République et les associations dites du Collectif Laïque, se comportent en gardiennes de musée dans un domaine qui exige au contraire du recul, du sang froid et une grande souplesse. La société française de 2019 n’est pas celle de 1905. Une modification législative ne signifie pas nécessairement un recul, un abandon ou une compromission mais une adaptation à la réalité du droit et des faits afin de proposer un meilleur encadrement législatif.

    Quel dommage que nombre d’Obédiences soient plus dans la réaction et la posture que dans la réflexion et le pragmatisme et veuillent caporaliser leurs loges en prétendant les soumettre à des slogans puérils du genre « Ne touchez pas à la loi de 1905 ! ». En franc-maçonnerie, du moins dans celle qui se veut libérale ou adogmatique, la réflexion est libre. La liberté de conscience du maçon est la règle. Il n’y a pas de sujets tabous. Même au GODF, il n’y a pas de consensus sur une vision de la laïcité bien que certains ultras – très actifs et surtout très bruyants – essaient de faire croire le contraire.

    Si la franc-maçonnerie veut conserver une forme d’influence et demeurer, comme d’autres organisations, une interlocutrice respectée des pouvoirs publics, elle qui aime se présenter comme un « laboratoire d’idées », alors il est grand temps d’offrir une autre image que celle de la fermeture d’esprit et de la sclérose intellectuelle, notamment en matière de défense et de promotion de la laïcité.

    Je remercie Edouard Habrant.

    • 4
      Grannpan
      19 janvier 2019 à 02:42 / Répondre

      Tres bon point que de soulever le fait que de toucher à cette loi entraîne une levée de bouclier du GODF…. Pour une obédience qui se veut adogmatique… Il est étrange de penser que cette loi doit rester immuable.

      Autant je ne suis pas d’accord avec certaines des videos que tu postes sur ta chaîne Youtube, autant je rejoins ton avis ici.

      • 5
        357
        19 janvier 2019 à 20:52 / Répondre

        Ce serait si triste si on était tout le temps d’accord sur tout. 🙂

        Comme disait l’autre, si tu diffères de moi, loin de me léser, tu m’enrichis.

        PS. Ceci dit, demain 20 janvier, j’en remets une couche.

    • 6
      BINAH
      20 janvier 2019 à 18:36 / Répondre

      Une loi qui a bientôt 120 ans d’existence est-elle immuable ?
      Elle démontre en l’espèce qu’elle a su surmonter le temps er qu’elle est de ce fait une loi d’une extrême modernité.
      L’équerre et le compas sont-ils des outils qu’il faudrait remplacer dans les temples au profit de l’iPad ou de tout autre objet technologique au prétexte que l’équerre et le compas seraient devenus obsolètes?
      Toutes celles et ceux que j’entends défendre une soi-disant évolution du Monde dans lequel nous vivons …quel Monde ? Il n’a jamais été aussi individualiste, froid, sans bon sens, traversé par des intérêts particuliers au lieu de l’intérêt général que replacer dans le débat ce principe centenaire, ce serait comme vouloir « tuer la rose de Ronsard ».
      Au pays de la querelle des jésuites et des jansénistes, que chacun reste chez soi et cette vieille dame qu’est la laïcité est le cerbère de notre État de droit.
      Dieu au ciel (s’il existe un dieu vu qu’au moins 3 religions revendiquent la prérogative…au moins les dieux de l’Olympe étaient plus drôles, plus humains et plus farceurs) et les Hommes et Femmes sur le plancher des vaches.
      La spiritualité cela s’enferme dans son coeur sans en faire l’étalage sur la place publique…est-ce-que j’emmerde le Monde avec ma foi…non !
      Et c’est la laïcité qui me l’a appris : faire la distinction entre ma sphère intime et ma sphère sociale. La liberté de son uns s’arrêtent où commencent celles des autres.
      Alors les beaux discours…de mise en conformité avec la modernité …voilà une bien etrange suggestion.
      Les discours modérés sont les plus dangereux en ce sens qu’ils endorment la pensée…et cet entretien est un soporifique.
      Or il se trouve que je n’ai aucune envie de m’endormir.
      Gardant ma foi pour moi et la laïcité de 1905 pour tous.

  • 1
    capelle
    17 janvier 2019 à 10:49 / Répondre

    Nous en sommes à ce jour,à des hypothèses ,sur une éventualité, sans le moindre texte amenant à discussion possible!!!
    Il y a un sujet qui n’est pas abordé…encore mais patience!!!c’est le « fumeux » concordat de 1801!!!N’est-il pas temps,au moment oû l’on parle de privilèges,d’égalité, de bas revenus,de difficultés à finir le mois,d’en finir avec cette anomalie Républicaine ,qui octroie sur le budget de l’Etat des salaires injustes ,de 4500 euros mensuels pour un évêque,2700 pur un curé,etc…
    Il va bien falloir y venir ,à l’abrogation du concordat dans notre belle République, y êtes vous prêts mes Frères ???

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous