Tout savoir (ou presque) sur la Grande Loge Unie d’Angleterre

Publié par Pierre Mollier
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
samedi 1 mai 2021
  • 8
    Peter Bu
    6 mai 2021 à 19:32 / Répondre

    Merci à Pierre Mollier pour ce résumé et ses commentaires.

    Toutefois, je suis surpris par sa conclusion : « Cette plaquette, manifestement beaucoup réfléchie et de grande qualité, permet à tout un chacun de mieux connaître – et de mieux comprendre – la Grande Loge Unie d’Angleterre et sa réalité d’aujourd’hui… Mais – pourquoi ne pas profiter des bonnes idées ? – elle pourra aussi alimenter utilement la réflexion des dignitaires maçonniques français. »

    Pourquoi seulement aux «  dignitaires maçonniques français » ? La réflexion leur serait-elle réservée ?

    Pierre Noël, lui, conclue sa contribution : « Cela n’empêche que cette méconnaissance réciproque existe depuis longtemps et, finalement, arrange tout le monde, continentaux comme insulaires puisque rares sont ceux qui désirent que cela change, d’un côté comme de l’autre. »

    Je fais partie de ces «  rares ». Je trouve CONSTERNANT que les francs-maçons ne soient pas capables de considérer leur diversité comme une source d’inspiration.

    Comment voulons-nous promouvoir la fraternité universelle si nous restons chacun sur son petit tas de sable ? Pourtant, elle serait plus qu’indispensable dans notre « monde globalisé ».

    Excusez-moi d’insister, mais pour comprendre ce que je viens d’affirmer lisez donc mon livre « Les francs-maçons arrêtés au milieu du gué ». (Même s’il semble énerver certains.)

    • 9
      Pierre Noël
      6 mai 2021 à 21:48 / Répondre

      Consternant, vraiment ? Faudrait d’abord que les divers interlocuteurs puissent se parler et se comprendre ! Pas un échange de quelques mots ou une conversation de lieux communs (style « my tailor is rich »), mais des échanges réels allant au fond des choses et susceptibles d’ouvrir des horizons. Et là, l’affaire est loin d’être gagnée pour nous, que ce soit en anglais, en néerlandais ou en allemand (et je ne parle que des langues que je baragouine!). Il est déjà difficile d’établir de tels ponts dans sa langue maternelle quand on vient des coins de son espace naturel !
      (Je ne suis pas « énervé » par un livre dont j’ignore même l’existence ! Je vous prie de m’excuser )

  • 4
    Pierre MOLLIER
    3 mai 2021 à 18:42 / Répondre

    La série Netflix est effectivement une belle présentation de la « réalité maçonnique » anglaise… et montre à quel point elle est différente de la pratique française, y compris d’ailleurs chez son correspondant. La vie quotidienne d’une Loge de la GLNF est bien plus proche de celle d’une Loge de la GLDF – et même de beaucoup de Loges du Grand Orient 🙂 – que d’une Loge anglaise. La présentation des valeurs maçonniques que propose ce rapport annuel est dans la droite ligne de celles illustrées par le documentaire Netflix.

    • 5
      Pierre Noël
      3 mai 2021 à 21:03 / Répondre

      En réponse à l’article de C. Révauger, j’avais envoyé ceci;
      Je ne trouve rien à y changer, (sinon constater que les prises de position dont certaines obédiences sont friandes ne semblent pas servir à grand chose) mais à y ajouter, que je suis désolé lorsque je lis le mépris affiché par les partisans de chaque coterie pour l’autre !

      Pour beaucoup de francs-maçons Français (et Belges), leurs homologues Britanniques ne font que du rituel, du rituel et encore du rituel appris par cœur. La notion de planche leur est inconnue et aucun travail personnel ne leur est jamais demandé. La maîtrise du rituel est le seul but de l’exercice, qui ouvre la porte aux « promotions » largement factices. Les cérémonies sont mécaniques et figées dans leur conservatisme. Les agapes sont guindées. On y mange mal, on y boit beaucoup et on y écoute des allocutions très conventionnelles (les toasts). Les FM continentaux pensent aisément que les œuvres de charité sont l’excuse toute faite de ces réunions de vieux messieurs engoncés dans leur morning dress (jaquette noire, pantalon rayé, chemise blanche et cravate « de loge »).
      Les francs-maçons britanniques sont tout aussi surpris et incrédules devant l’attitude de leurs homologues d’outre-Manche, mais pour la raison inverse. Ils se demandent quel intérêt les francs-maçons continentaux peuvent bien trouver à leur réunion s’ils n’y font pas de cérémonies ! Ils ne comprennent pas l’importance donnée à la « planche », ni au débat qui la suit, ni à la « circulation de la parole » propice aux joutes oratoires, encore moins aux prises de position publiques. Ils ne comprennent pas l’agape vécue comme « une bouffe entre copains », sans mise en scène ni respect du décorum.
      Bien sûr, me dires-vous, tout cela n’est que caricature (j’en suis le premier conscient). Cela n’empêche que cette méconnaissance réciproque existe depuis longtemps et, finalement, arrange tout le monde, continentaux comme insulaires puisque rares sont ceux qui désirent que cela change, d’un côté comme de l’autre.

      • 6
        JMB
        4 mai 2021 à 14:57 / Répondre

        5- Pierre Noël
        Mon TCF, pour t’éviter de généraliser bêtement et de raconter n’importe quoi, je t’invite à visiter des loges au rite Émulation, en France comme en Angleterre.

    • 7
      JMB
      4 mai 2021 à 15:06 / Répondre

      4-Pierre Mollier
      Je ne sais pas d’oú tu tiens ces absurdités ! Es tu au moins membre de la GLNF ? Si c’était le cas je t’invite à changer rapidement d’atelier et, si tu en as l’occasion, à visiter des loges travaillant au rite Émulation.

  • 2
    Pierre
    3 mai 2021 à 09:24 / Répondre

    Pour un éclairage sur certains aspects de la Franc-maçonnerie britannique : En 2017, Netflix a diffusé une série en 5 épisodes intitulée « Inside the Freemasons ». J’ai trouvé cette production télévisuelle honnête et intéressante.

  • 1
    Pierre MOLLIER
    2 mai 2021 à 12:42 / Répondre

    On me fait remarquer, à juste titre, que le Grand Orient avait lu-même sorti un rapport d’activité en 2016.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous