A la recherche de Jakin & Boaz

Publié par Géplu
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
vendredi 19 novembre 2021
  • 5
    lazare-lag
    25 novembre 2021 à 21:25 / Répondre

    La curiosité aidant, je viens de consulter un site que je cite ci de temps à autre, Place des Libraires.
    Les Francs-maçons, mais également les profanes avides de connaissances maçonniques, pourront trouver ce livre de Pierre Noël aussi bien chez des libraires à Nice qu’à Aix-en-Provence, à Royan comme à Vienne (Isère, pour l’Autriche, je ne peux répondre), à Gourdon dans le Lot, à Cherbourg et Nancy, ainsi qu’à Perpignan, Chambery ou Amiens. Pour ne rien dire de Paris.
    A peine sorti et déjà bien distribué en librairie.
    C’est bien.
    Et Noël approche.
    Non Pierre, là je ne parlais pas de toi (facile….).

    • 6
      Pierre Noël
      28 novembre 2021 à 12:16 / Répondre

      @ LL : Merci de l’annonce. Je mentirais si je disais que cela ne me fait pas plaisir !
      Je me suis bien amusé en écrivant ce livre, comme je me suis (presque) toujours bien amusé dans mon parcours maçonnique, en tentant d’échapper à l’esprit de sérieux qui caractérise certains cénacles maçonniques.

  • 2
    lazare-lag
    21 novembre 2021 à 08:47 / Répondre

    Le CV de notre frère Pierre est au sens premier du terme remarquable, personnellement je n’en savais pas tout cela.
    Avide de parfaire ma connaissance maçonnique, est-ce cependant indiscret de demander ce que peuvent signifier les mentions « CBCS » et « installé KT à Londres »?

    • 3
      Pierre Noël
      21 novembre 2021 à 11:01 / Répondre

      La réception dans chaque grade/degré, bleu ou postérieur, est désignée par un nom spécifique : initiation pour l’apprenti, élévation pour le maître, exaltation pour l’arche/arc royal(e), avancement pour la marque … et ainsi de suite. Pour le KT (knight templar), le terme est « installation ». CBCS est le 6° grade du RER (pratiqué partout en France, même au GO). Tous ces « hauts-grades » viennent très naturellement avec l’âge, càd l’ancienneté (pourvu qu’on en ait envie). Faut pas en faire un plat !

      • 4
        lazare-lag
        25 novembre 2021 à 21:02 / Répondre

        Merci MTCF Pierre pour le complément d’information.
        C’est vrai que je n’ai pas spontanément pensé au RER, alors que je sais qu’il est pratiqué en mon obédience, au GODF, j’ai d’ailleurs eu l’occasion de visiter du RER et au GODF, on m’y avait même invité.
        Quant au KT, je soupçonnais, grâce au K certainement, une british appellation.
        C’est très bien.

  • 1
    Pierre Noël
    19 novembre 2021 à 23:17 / Répondre

    La préhistoire de la Fraternité des « Maçons libres » est semée de
    vestiges : allusions brèves, pamphlets sibyllins, catéchismes
    obscurs. Ils apparaissent de ci de là sous l’épaisseur de l’histoire sociale,
    politique et littéraire de l’Âge classique. la trame qui les unit est perdue.
    On ne sait le plus souvent ni où ni quand ils
    furent rédigés, on ignore à quoi ils servaient et par qui ils furent utilisés.
    Dans ces conditions, mieux vaut, disent les érudits de l’École « authentique », s’abstenir de commentaires, a fortiori de conclusions, et se contenter de ressasser ad nauseam les rares données assurées. L’attitude
    est prudente, mais stérile. Elle a en outre le grave inconvénient de laisser le champ libre à toutes les divagations et à tous les fantasmes. Les Francs-Maçons, comme tous les hommes, aiment les belles histoires et
    les fables qui finissent bien. Ils ont besoin qu’on leur raconte que leur
    société fut fondée par Salomon, les Templiers de saint Bernard, les
    bâtisseurs médiévaux ou les Rose-Croix de l’Âge classique. Or c’est justement ce que leur enseignent les rituels eux-mêmes !

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous