Les statistiques d’Hiram.be pour 2020

Publié par Géplu
Dans Divers

Cette année 2020 a été pour Hiram.be aussi bizarre qu’elle l’a été dans la société. Après un début d’année prometteur, dans la continuité et même en progression par rapport aux excellents résultats de l’année 2019, le premier confinement a eu un effet boostant avec de surprenants pics de fréquentation, notamment un 30 744 visites le 2 avril ! Mais dès la fin de celui-ci une sorte d’apathie s’est installée, et la fréquentation le reste de l’année bien inférieure à la moyenne de 2019.

Globalement les chiffres ne sont pas mauvais pour autant, on peut même les considérer comme très bons. Car si l’on note une baisse de 7,10% des utilisateurs, c’est-à-dire du nombre de personnes différentes qui sont venues au moins une fois sur le site cette année, le nombre de sessions, c’est-à-dire de visites sur Hiram.be, et celui du nombre de pages lues sont eux en hausse significative, de plus 6,43% et plus 14,48%, ce que l’on peut interpréter comme une amélioration de la fidélisation des lecteurs, le nombre de visites par utilisateur progressant d’ailleurs aussi de 14,56%. Les deux camemberts du tableau sont clairs à ce niveau : en 2019 19,1% des visiteurs étaient venus au moins deux fois sur Hiram.be, en 2020 c’est 20,8%, et les visiteurs restent plus longtemps sur le site : la durée moyenne des sessions s’est améliorée de 19,85%, ce qui est beaucoup.

Concernant les visiteurs par pays, la France qui représentait 60,9% des visiteurs en 2019 n’en représente plus que 58,8%, mais leur fidélité s’est améliorée, passant de 65,1 à 67,3% des visites. Légère chute aussi des visiteurs américains, qui passent de 8,3 à 7,8 %, alors que la Belgique, troisième pays à compter le plus de visiteurs améliore en passant de 6,3 à 7,5%. Peut-être reprendra-t-elle en 2021 la seconde place que lui avaient prise les Américains il y a quelques années. Nous avons également perdu quelques Anglais, qui passent de 0,35 à 0,25% des visiteurs, alors que les Allemands sont stables et que les Martiniquais, les Réunionnais, les Hollandais, les Portugais et les Canadiens sont en hausse. Au total Hiram.be n’a été lu en 2020 que dans 202 pays, contre 213 l’an dernier. Nous avons par exemple perdu les 2 lecteurs que nous avions au Brunei, en Érythrée, aux iles Faroe et à Guam, ainsi que le lecteur du Kyrgyzstan, celui de St Kitts & Nevis, du Liechtenstein et de St Vincent des Grenadines…   🙂

dimanche 3 janvier 2021
Étiquettes : , ,
  • 3
    MuFMR7
    10 janvier 2021 à 10:38 / Répondre

    Merci à Géplu et à son Hiram.be
    Je suis simple maçon et j’éprouve toujours beaucoup de plaisir à avoir mon petit billet du dimanche matin.
    Je suis admiratif du travail réalisé par notre ami Géplu.
    J’ai plaisir aussi à lire les commentaires des articles qui sont souvent très explicites et qui décryptent l’information.
    Merci entre autres à YG dont j’admire la culture.
    Parfois aussi, je suis las des commentaires épidermiques et des querelles de clocher.
    Certains oublient même que l’on n’a droit (façon de parler) qu’à 3 interventions sur le même sujet.
    Et à un devoir de Fraternité
    3BIZZZFrat à tou(te)s
    Mu

  • 2
    pierre noel
    5 janvier 2021 à 11:14 / Répondre

    Les commentaires de LL me surprennent un tantinet et j’avoue ne pas comprendre vraiment où il veut en venir.
    Le succès d’Hiram fait plaisir à voir et il faut en féliciter Géplu qui en est la cheville ouvrière. Son développement vers l’Europe doit être encouragé, mais il rencontre naturellement plusieurs obstacles que LL ignore superbement.
    Le premier est la barrière des langues. Or l’énorme majorité des articles et commentaires sont écrits en français qui n’est plus la langue des échanges internationaux comme elle l’était autrefois. Elle est de plus en plus ignorée (en Europe en tout cas) et son utilisation (en particulier l’écrit) est difficile (1) (malgré les systèmes de traduction actuels). Il est normal qu’un correspondant hésite à se lancer dans l’écriture d’une langue dont il risque de ne pas maîtriser parfaitement les subtilités et la soumette à un public peu enclin à la bienveillance (Je pense d’abord aux 65% de Suisses de langue allemande ou au même % de Belges de langue néerlandaise, sans pour autant négliger les autres locuteurs pour qui le français n‘est même pas la 2° langue).
    On lit souvent des discours enflammés concernant l‘universalité de la FM qui devait être ouverte à tous ses membres. C’est oublier que la barrière de la langue est bien plus efficace que tous les mots en R. ! Après avoir vu un 2° degré en estonien ou un 18° en slovène, le visiteur étranger lambda hésitera à recommencer l’expérience (malgré la fraternité de ses hôtes), s’il ne baragouine au moins quelques mots d’anglais.
    1) D’accord le russe et l’allemand sont bien plus difficiles !
    Mais il y a un autre problème ! Nombreux sont les articles qui ne traitent que de quelques problèmes exclusivement français (la fameuse « spécificité), notamment la laïcité et la loi de 1905, mais pas seulement. Et là, un lecteur étranger (ce que je suis) s’abstiendra toujours d’intervenir (j’entends d’ici les réactions enflammées.)
    Ce sont en tout cas plusieurs raisons pour lesquelles juger les statistiques d’hiram ne peut se faire sur les critères évoqués par LL.

  • 1
    Lazare-lag
    4 janvier 2021 à 19:36 / Répondre

    M’étant l’an passé essayé à commenter les résultats de 2019, j’estimais déjà que les chiffres avaient cet avantage de pouvoir nous faire aller un petit peu plus loin dans la réflexion et dans l’analyse, façon à peine voilée de dire qu’on pouvait leur faire dire à peu près tout ce qu’on voulait, ou de les mener sur tel terrain plutôt que tel autre.
    Ici, une comparaison 2020/2019, trait pour trait, ou point pour point est d’autant plus délicate que le confinement, le COVID et leurs conséquences comportementales sont passées par là.
    On se doit donc d’être plus prudent dans un tel exercice, et Géplu y réussit fort bien et nous explique la difficulté d’une comparaison qui n’est pas raison lorsqu’elle oppose une année « normale », 2019, et une année que l’on qualifiera « d’atypique », pour éviter d’évoquer une anormalité qui, par ricochet, nous qualifierait alors tous d’anormaux, tant notre vie en 2020 a été, au vrai sens du terme, hors-normes.
    Cela n’empêche pas de se poser quelques questions.
    – – –
    Il est par exemple fort dommage, à moins que cela en soit leur charme, que certains chiffres gardent une part de mystère.
    Qui peuvent être les lecteurs perdus du Brunei Darussaam ? De l’Érythrée, des Îles Féroé, de Saint Kitts & nevis, Du Liechtenstein ? Etc ?
    S’agit-il de francs-maçons ou de profanes ? S’agit-il d’hommes ou de femmes ? S’agit-il de nationaux ou d’étrangers de passage ? S’agissait-il de lecteurs réguliers ou, éventuellement même, d’une erreur de recherche de site ? Pour ceux-là, mais plus généralement pour tous les lecteurs, les statistiques auront du mal à nous livrer les véritables motivations de chacun à venir visiter et lire les articles proposés par Hiram.be
    – – –
    Par ailleurs, et je suis constant sur ce point par rapport à mon interrogation de l’an passé, j’aimerai bien pouvoir me faire une idée des visiteurs européens du site.
    N’oublions pas en effet que ce site qui nous est si cher est désormais Hiram.be, Hiram.fr, Hiram.eu.
    Au delà de cet affichage européen, cette vocation européenne ne mériterait-elle pas a minima une concrétisation par les statistiques ?
    Une fois encore, ne sont cités que la France et la Belgique. Du coup immanquablement, on s’interroge : quid des autres états européens, et en particulier de ceux de l’Union Européenne ? Nous avons parfois quelques commentaires ou espagnols ou italiens. On voit même poindre des néerlandais, je crois me souvenir d’un danois il me semble.
    Qui dit commentaires suppose donc préalablement des lectures. Combien sont-elles ? De quel ordre ? De quel pays ? Une union européenne n’est pas uniquement politique ou économique ; n’est-ce pas aussi une chaîne d’union maçonnique ?
    C’est ça qui manque un peu lorsqu’on se veut européen : qu’on parle, fût-ce maçonniquement, de ce qui se passe dans les autres 26 états-membres de l’U.E. Au niveau des articles c’est fait par Géplu, c’est incontestable. Mais que savons-nous du « ressenti » européen et maçonnique de nos partenaires de l’U.E. ?
    C’est particulièrement vrai pour les adhérents les plus récents, de ceux qu’on appelait, avant la chute du mur de Berlin en 1989, les pays de l’Est.
    Sommes-nous lu en Croatie ?en Slovénie ? en Pologne ? En Tchéquie ? En Slovaquie ? A Chypre ? A Malte ?Même si le chiffre est infime, voire nul, n’avons-nous pas besoin de le savoir ? Et eux aussi d’ailleurs, surtout s’ils sont très peu nombreux.
    C’est comme ça que vivra Hiram.eu.
    J’ose même suggérer que dans les statistiques d’Hiram.be de l’an prochain, ça puisse éventuellement faire l’objet d’un focus particulier.
    – – –
    L’an passé, je m’étais également posé des questions sur la Suisse dont il avait été dit que pour 2019, les visiteurs helvètes représentaient environ 1% du total.
    Pour 2020, aucune allusion à la Confédération Helvétique. Fréquentation en hausse ? En baisse ? On ne sait pas.
    Mais les Suisses posent-ils un problème à Hiram.be, ou Hiram.be est-il un problème pour les Suisses ?
    Dans mon commentaire, du 04 janvier 2020, des statistiques de 2019 exposées ici le 02 janvier 2020, je remarquais déjà que :
    « Il n’empêche que, par comparaison avec la Belgique (et ses 6,4% de visiteurs), on peut observer que ces deux pays ont en similitude d’avoir une situation de plusieurs langues très différentes utilisées officiellement sur leur sol et des franc-maçonneries également partagées entre « la régulière » et « l’adogmatique ».
    Dès lors pourquoi une telle différence de fréquentation du site Hiram.be entre ces deux pays partiellement francophones ? »
    Cette remarque de ma part sur la fréquentation suisse d’Hiram.be en 2019, m’a amené à être un petit peu plus attentif à ce qu’il advenait avec les articles publiés en 2020 et traitant de la FM suisse.
    Il en ressort deux constatations totalement opposées :
    – soit nous avons des articles qui marchent très bien :
    C’est le cas, le 23 décembre dernier avec un documentaire suisse sur la Franc-Maçonnerie ( lu plus de 2480 fois, commenté 9 fois)
    https://www.hiram.be/un-documentaire-suisse-sur-la-franc-maconnerie/
    Ou ceux sur la F.M. et le 7ème art (cinéma, TV, séries) des 22/11 et 06/05/2020. Chacun étant bien fréquenté (plus de 2150 fois en novembre, plus de 5600 fois en mai)
    https://www.hiram.be/les-differentes-representations-de-la-franc-maconnerie-dans-le-7e-art/

    https://www.hiram.be/la-franc-maconnerie-dans-le-cinema-et-les-series-televisees/

    Et dans ces trois cas j’observe, sans en tirer de conclusion particulière, qu’on y retrouve ou comme auteur ou comme intervenant, Dominique-Alain Freymond, par ailleurs président du Groupe de Recherche Alpina,

    – soit nous avons des articles abondamment lus et peu ou quasiment pas commentés, par exemple ceux-ci :
    Sur une lettre numérique intitulée : « Le fil à plomb » ( plus de 1400 lectures, 1 commentaire), le 27 octobre.
    https://www.hiram.be/le-fil-a-plomb/

    Le 22 août, sur la loge « Liberté » de Lausanne, de la G.L.S.A., avec interview dans « Le Temps de Silvio Amstad-Wang, par ailleurs Grand Secrétaire de la G.L.S.A. ( 1310 lectures, 2 commentaires)
    https://www.hiram.be/la-loge-liberte-de-lausanne-presentee-dans-le-temps/

    Ou encore pour la loge de Fribourg « La Régénérée », laquelle doit faire ses 170 ans en mars 2021 avec la présence du Grand-Maître de la G.L.S.A. en personne. (1330 visites, et 1 seul commentaire pour un article publié le 08/10/2020)

    https://www.hiram.be/la-franc-maconnerie-ca-vous-parle/

    Enfin, le 06 novembre 2020, pour un article curieusement intitulé « La mode dans les loges », (curieusement par ce qu’il s’agit d’une brève, ce n’est pas l’essentiel de la revue) évoquant le n°6 de la revue Alpina, la revue de la G.L.S.A. ( lu plus de 1780 fois pour 6 commentaires).

    https://www.hiram.be/la-mode-aussi-dans-les-loges/

    Du coup se posent des questions sur la fréquentation suisse pour « ces », j’allais dire pour « ses » articles.
    On a l’impression, je n’ai pas dit que c’était un fait totalement avéré, que les Suisses ne viennent pas commenter les articles qui les concernent sur Hiram.be.
    Pourquoi cette réserve, cette pudeur? Mystère.
    C’est d’autant plus frappant dans une comparaison avec la Belgique, autre pays francophone, et d’autant plus comparable que dans les deux cas ils ne sont pas exclusivement francophones, ils sont en superficie et en population plus comparables entre eux qu’avec la France, et qu’en plus sur le plan maçonnique les deux pays offrent toute la palette maçonnique possible : FM régulière et libérale, masculine, féminine et mixte.
    De l’extérieur, et de l’extérieur dans les deux cas, on a du mal à comprendre pourquoi côté suisse on demeure hyper réservé pour intervenir, par commentaires, sur le site de Hiram.be, alors que les belges n’éprouvent pas cette retenue.
    Et alors que Hiram.be semble évoquer souvent le paysage maçonnique de chacun des deux pays.
    (Et on n’oubliera pas que Géplu est quasiment seul à gérer le site d’Hiram.be, et qu’il ne dispose pas d’une équipe permanente autour de lui).
    Poser la question, n’est évidemment pas y répondre.
    – – –
    Voilà, à brûle-pourpoint où m’ont menées mes réflexions sur de simples statistiques annuelles.
    Il va sans dire qu’on pourrait en extraire mille autres considérations.
    Libre à chacun de s’y livrer.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif